L’ha­bit ne fait pas le moine…

Le Nord - - ACTUALITÉS -

L’ha­bit ne fait pas le moine… surtout si vous dé­fro­quez.

No­vembre est, à mon avis, plus ef­frayant que l’Hal­lo­ween.

Le 11e mois de l’an­née est ce­lui de la Sainte-Catherine, donc des vieilles filles.

No­vembre ar­rive lors d’une pé­riode de l’an­née où les bas sont plus fré­quents que les hauts chez les bi­po­laires et le com­mun des mor­tels.

Mois des tests

No­vembre est ap­pe­lé le mois des morts, c’est le mois du dou­lou­reux sou­ve­nir, c’est éga­le­ment ce­lui où votre mous­ta­chu pren­dra son rdv pour le test de la Hum! Hum! Hum! Pros­tate.

Donc bien des choses pas né­ces­sai­re­ment très joyeuses, mais…

Ce n’est pas tout, no­vembre ar­rive à la pé­riode de l’an­née où le stress des ados leur fait pré­ma­tu­ré­ment écla­ter l’ac­né.

Les tests d’ad­mis­sion pour le se­con­daire. Oui tests, et pas seule­ment au pri­vé, mais aus­si à l’école de la rue comme disent cer­tains. Test d’ap­ti­tude pour le pro­gramme foot­ball, test à l’in­ter­na­tio­nal et test de pa­tience sur les pa­rents et en­fants qui at­tendent la ré­ponse comme si c’était un test de gros­sesse ins­tan­ta­né.

On leur dit quoi pour les en­cou­ra­ger, les gui­der vers un pro­gramme et vers une car­rière? « Il faut que ce soit payant, va­lo­ri­sant et que tu aimes ça. » Lol! Lire ici: «payant pour que je ne sois pas obli­gé de sub­ve­nir à tes be­soins. Va­lo­ri­sant pour que je puisse par­ler de ta réussite. Et si tu peux ai­mer ton tra­vail, ben ça peut ai­der re­lol!»

Bon, j’en mets un peu pas mal beau­coup, car ce n’est plus ain­si au­jourd’hui en prin­cipe.

Per­son­nel­le­ment, je suis un pro­duit du pri­vé. D’ailleurs si mon père avait pu, il m’au­rait payé des cours de dé­ve­lop­pe­ment de la vie à même le ventre de ma mère du­rant mes neuf mois de foe­tus.

Et avoir sui­vi la ligne di­rec­trice fa­mi­liale, je se­rais au­jourd’hui avo­cat ou mé­de­cin ou agent en fis­ca­li­té des im­pôts. Car, oui, j’ai aus­si étu­dié en éco­no­mie et j’ai dé­mis­sion­né de Re­ve­nu Ca­na­da ayant la vo­lon­té de suivre ma voie et ma voix. Car mal­gré le la­tin, le pri­vé et l’uni­ver­si­té, le dé­fro­qué que je suis a dé­ci­dé de ser­vir les ci­toyens dans les mé­dias. Et j’en suis très content. Bon, je ne veux pas éta­ler mon C. V., mais j’ose me mê­ler de vos oi­gnons. Le choix de l’école et du pro­gramme est une chose, mais c’est la vo­lon­té qui est la clé de tout. J’en ai eu la preuve. Mer­ci aux étu­diants de Mont- Trem­blant, Sain­teA­gathe et Ri­vière Rouge ou ailleurs dans notre Nord qui font la route jus­qu’à SaintJé­rôme pour l’UQO ou vers La­val pour une fa­cul­té de l’Uni­ver­si­té de Mon­tréal.

Ou même comme ce père de fa­mille qui mal­gré le fait qu’il ne pos­sède pas de DES (di­plôme d’études se­con­daires) a eu la vo­lon­té de réus­sir sa vie, sa fa­mille et son couple.

Si vous aviez vu sa mai­son, vous pen­se­riez que s’est la de­meure d’un pro­fes­sion­nel d’Eaux- Vives, de Bal­mo­ral ou du Ver­sant So­leil. Mais non c’est celle d’un gars qui n’aime pas la lec­ture. Par contre, son pro­chain dé­fi est de ter­mi­ner son se­con­daire, même s’il est un homme d’af­faires et tra­vailleur qui a du suc­cès… il conti­nue.

Ne ja­mais ou­blier que, même dans l’es­pace, les in­gé­nieurs et doc­teurs en as­tro­phy­sique doivent aus­si être plom­bier, sou­deur, élec­tri­cien et me­nui­sier lors­qu’ils construisent, ré­parent la sta­tion spa­tiale et dé­bloquent les toi­lettes comme il est ar­ri­vé il n’y a pas si long­temps à la sta­tion spa­tiale in­ter­na­tio­nale.

Non l’ha­bit ne fait pas le moine et les études non plus, c’est la vo­lon­té de chan­ger le monde pour le mieux qui compte.

Car le gars sur la pho­to, même s’il porte le com­plet on voit bien que son coeur ba­lan­çait dé­jà entre la té­lé et la ra­dio…

Gra­cieu­se­té Pho­to

Alain Jean-Ma­ry dans sa jeu­nesse.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.