La ré­gion des Lau­ren­tides mo­bi­li­sée

Éli­mi­na­tion de la vio­lence en­vers les femmes

Le Nord - - ACTUALITÉS - Fran­çoise Le Guen

Cette an­née en­core le Réseau des femmes des Lau­ren­tides (RFL) joint sa voix aux ini­tia­tives des groupes de femmes de la ré­gion afin de dé­non­cer l’om­ni­pré­sence de la vio­lence faite aux femmes et les formes mul­tiples sous les­quelles elle se ma­ni­feste. La cam­pagne de cette an­née se dé­roule sous le thème « Les femmes sont en­core vic­times de vio­lence parce qu’elles sont des femmes. Nier les IN­ÉGA­LI­TÉS met les femmes en dan­ger ».

Ain­si, du 25 no­vembre au 6 dé­cembre pro­chain, à l’oc­ca­sion de la Cam­pagne des 12 jours d’ac­tion pour l’éli­mi­na­tion de la vio­lence en­vers les femmes, plu­sieurs ac­ti­vi­tés sont or­ga­ni­sées afin de sen­si­bi­li­ser la po­pu­la­tion au phé­no­mène de la vio­lence et de faire connaître les ser­vices de proxi­mi­té.

Comme par le Centre de femmes Li­ber’Elles, à Sainte-Scho­las­tique, qui or­ga­nise une marche au flam­beau le ven­dre­di 6 dé­cembre pro­chain, dès 18 h.

« La vio­lence faite aux femmes a des ré­per­cus­sions dé­sas­treuses dans une com­mu­nau­té, tant au­près des en­fants, de la fa­mille et de l’en­tou­rage que sur l’en­semble de la ré­gion, y com­pris son dé­ve­lop­pe­ment so­cio-éco­no­mique. La vio­lence conju­gale dé­truit des vies et on a ten­dance à sous-es­ti­mer cette triste réa­li­té » dé­nonce Vi­cky Lan­glais, co­or­don­na­trice du RFL fai­sant re­mar­quer que « mal­heu­reu­se­ment en­core, nous pou­vons consta­ter qu’il y a des re­culs au ni­veau de la re­con­nais­sance de la spé­ci­fi­ci­té de la vio­lence en­vers les femmes et des ten­ta­tives de nier qu’elle est à la fois une consé­quence des in­éga­li­tés vé­cues par les femmes et un obs­tacle à l’éga­li­té pour toutes. »

Pour ne pas ou­blier

Par ailleurs, le 6 dé­cembre, la jour­née com­mé­mo­rant le meurtre de 14 jeunes femmes à l’École Po­ly­tech­nique de Mon­tréal le 6 dé­cembre 1989 est la Jour­née na­tio­nale de com­mé­mo­ra­tion et d’ac­tion contre la vio­lence faite aux femmes, sou­li­gnée of­fi­ciel­le­ment pour la pre­mière fois en 1991 par le Par­le­ment du Ca­na­da. C’est pour­quoi, éga­le­ment à Saint-Jé­rôme, le Centre de femmes, le Calacs-Lau­ren­tides, SOS Ca­fé de rue, La Mai­son d’Ariane, Am­nis­tie In­ter­na­tio­nale et l’AFEAS, ont de­man­dé à une di­zaine de com­merces de dis­tri­buer le ru­ban blanc du­rant les 12 jours d’ac­tions ain­si qu’un texte ex­pli­quant le pour­quoi du ru­ban blanc. Le 6 dé­cembre à mi­di, un ras­sem­ble­ment au­ra lieu à la place de la Paix (piste cy­clable entre la rue Pa­rent et la rue du Pa­lais).

Un cycle in­fer­nal

Se­lon de RFL en­core trop de femmes sont vic­times de vio­lence conju­gale dans la ré­gion. L’or­ga­nisme rap­pelle que la vio­lence conju­gale est une prise de contrôle et non une perte de contrôle et se re­con­naît à sa constance et à l’une de ses cinq formes : ver­bale, psy­cho­lo­gique, phy­sique, sexuelle et éco­no­mique. Le cycle de la vio­lence conju­gale passe par la ten­sion, l’agres­sion, la ré­con­ci­lia­tion et la jus­ti­fi­ca­tion… puis recommence. « La femme pié­gée dans ce cycle a un sé­rieux be­soin d’aide pour s’en sor­tir, parce que quit­ter un con­joint violent, ce n’est pas si simple! Lors­qu’on dé­cide de rompre, les me­naces, la vio­lence et le chan­tage s’in­ten­si­fient. Sa sé­cu­ri­té, et celle de ses en­fants, de­vra faire par­tie du scé­na­rio » ex­pliquent les in­ter­ve­nantes de la mai­son d’hé­ber­ge­ment L’Ombre-Elle, si­tuée à Sainte-Agathe-des-Monts. « Elle au­ra be­soin d’écoute, d’être crue et sou­te­nue. Les mai­sons d’hé­ber­ge­ment pour femmes vic­times de vio­lence conju­gale sont des res­sources dé­ter­mi­nantes pour ces femmes, » ajoutent les in­ter­ve­nantes de la Mai­son d’Ariane, qui offre le même ser­vice à Saint-Jé­rôme. Chi­cane de couple ou vio­lence conju­gale? Pour dé­mys­ti­fier ces si­tua­tions très dif­fé­rentes, le RFL in­vite celles et ceux qui en sont té­moins à com­prendre le cycle de la vio­lence et à dé­man­te­ler les mythes qui l’en­tourent en vi­si­tant le site www.vio­len­ce­con­ju­gale.gouv.qc.ca Pour connaître les or­ga­nismes ve­nant en aide aux femmes vic­times de vio­lence, vi­si­tez le www. fem­mes­lau­ren­tides.org sous la sec­tion Membres. Pour une ur­gence : S.O.S. Vio­lence conju­gale 1 800 363-9010 | www.sos­vio­len­ce­con­ju­gale.ca Créé en 1987, le Réseau des femmes des Lau­ren­tides (RFL) est un re­grou­pe­ment ré­gio­nal qui ras­semble et re­pré­sente les groupes de femmes des Lau­ren­tides. En tant qu’or­ga­nisme fé­mi­niste de dé­fense col­lec­tive des droits, il porte au­près des ins­tances les réa­li­tés des femmes de la ré­gion et vise l’amé­lio­ra­tion de leurs condi­tions de vie.

Photo gra­cieu­se­té

La cam­pagne de cette an­née se dé­roule sous le thème « Les femmes sont en­core vic­times de vio­lence parce qu’elles sont des femmes. Nier les IN­ÉGA­LI­TÉS met les femmes en dan­ger ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.