Cinq ans de tri­cot, 9 500 mor­ceaux !

Des aî­nés brisent la so­li­tude et l’en­nui

Le Nord - - ACTUALITÉS - Fran­çoise Le Guen

La se­maine der­nière c’était un jour de fête au Ma­noir Saint-Jé­rôme, le groupe de tri­cot cé­lé­brait ses cinq ans d’exis­tence.

Et la fé­bri­li­té qui ré­gnait n’était pas seule­ment due à la pé­riode des fêtes. Pour le groupe de tri­cot, cette ma­gie a lieu chaque jeu­di, jour où les membres se ren­contrent. La ma­gie c’est tout ce que ce pro­jet ap­porte. D’un cô­té, il va­lo­rise les aî­nés, les sort de la so­li­tude et de l’en­nui, c’est même une thé­ra­pie, et de l’autre, il aide des en­fants qui en ont be­soin en leur ap­por­tant la cha­leur d’une tuque, d’une écharpe ou de mi­taines.

Bri­ser la so­li­tude, être utile

Ri­ta nous ra­conte que, lors­qu’elle est ar­ri­vée, il y a 5 ans, elle a consta­té qu’il n’y avait pas grand-chose à faire. Et c’est ain­si que le groupe de tri­cot a dé­mar­ré avec 20 per­sonnes in­té­res­sées. « Les gens en avaient be­soin! » Ce pro­jet a été réa­li­sé grâce à l’ap­pui de Car­men Ouel­lette, di­rec­trice du ma­noir. Il s’ins­crit comme une des réa­li­sa­tions ou ac­ti­vi­tés dont bé­né­fi­cient les ré­si­dants du ma­noir.

La mise en place de ce pro­jet se base sur une consta­ta­tion, le fait que deux pro­blèmes guettent les ai­nés, la so­li­tude donc l’en­nui, et le sen­ti­ment d’être inu­tile. Il y ré­pond par­fai­te­ment et de­puis cinq ans les aî­nés ne connaissent plus la so­li­tude et ont re­trou­vé le sen­ti­ment d’être utile.

Les trente et une per­sonnes qui tri­cotent au Ma­noir - deux ont moins de quatre-vingts ans, les autres ont de quatre-vingts à quatre-vingt-dix-sept ans - dont deux hommes, se disent très heu­reuses et se consi­dèrent, en plus, comme un groupe spé­cial qui vé­hi­cule la bonne hu­meur, la joie et le res­pect des uns et des autres. C’est clair, le tri­cot chasse l’en­nui et les ren­contres du groupe éloignent la so­li­tude. En plus, ces per­sonnes se sentent utiles en fai­sant des tri­cots tout par­ti­cu­liè­re­ment pour des en­fants qui en ont be­soin.

De­puis cinq ans 9 500 mor­ceaux ont été réa­li­sé, des tuques, cache-cou, fou­lards, bas, pan­toufles cou­vertes pour bé­bé, etc.

Une bonne par­tie est re­mise à l’or­ga­nisme Grands-Pa­rents Ten­dresse de Saint-Jé­rôme qui dis­tri­bue en­suite les tri­cots dans 27 écoles de la ré­gion pour les en­fants qui en ont be­soin.

Une autre par­tie va au Dr Ju­lien de Mon­tréal. « Les res­pon­sables de sa fon­da­tion ac­cueillent avec grande joie ces tri­cots parce que, disent-elles, beau­coup d’en­fants en ont vrai­ment be­soin! »

Té­moi­gnages

Gil­berte nous confie avec beau­coup d’émo­tion « quand je suis ar­ri­vé ici, je sor­tais de l’hô­pi­tal, je ne connais­sais per­sonne. J’étais désem­pa­ré, je n’avais plus le mo­ral. Je pleu­rais. Je me sen­tais com­plè­te­ment seule. À 92 ans, ça ne prend pas grand-chose et ça nous jette à terre! Je n’avais qu’en­vie de mou­rir. » Quand Ri­ta lui pro­pose de faire du tri­cot, elle ac­cepte tout de suite. « C’est elle qui m’a sau­vé la vie. Elle m’a mon­tré à faire du tri­cot, et le mo­ral est re­ve­nu. » C’était il y a un an.

Roch, lui aus­si, fait par­tie du groupe. Il a ar­rê­té de tra­vailler à 83 ans. Il en a 91 ans. Ar­ri­vé au ma­noir sans avoir rien à faire, il a trou­vé ça dur. Sa femme lui a mon­tré comment faire du tri­cot… et ça fait deux ans qu’il est là. Il a même réa­li­sé un tri­co­tin en bois!

De­nise, elle, a tou­jours ai­mé se dé­vouer pour les autres. Elle est ar­ri­vée il y a deux ans. « Moi je pense aux en­fants qui n’ont pas de mi­taines, pas de tuques, quand je tri­cote. Noël s’en vient, on en a de prêt pour les en­fants! »

Cha­cun tri­cote pour son bien et pour rendre ser­vice. C’est clair pour tout le monde. « Et on ne fait pas ça pour avoir de ré­com­penses! »

Ain­si les ai­nés sa­tis­faits ont réus­si à chas­ser l’en­nui et font des en­fants heu­reux. En plus, « dès le dé­but on se di­sait on était un groupe spé­cial. On se res­pecte les uns les autres! » Un groupe qui rayonne la bonne hu­meur, la joie et le res­pect de l’un et l’autre!

Chaque jeu­di le groupe se ren­contre de 9 h à 11 h. Et chaque se­maine les gens ap­portent leurs tri­cots, re­partent avec de la laine, d’autres tri­cotent sur place. Il y a aus­si des gens qui tri­cotent de l’ex­té­rieur.

D’ailleurs, si des per­sonnes ont de la laine à don­ner ou veulent par­ti­ci­per au pro­jet en tri­co­tant ou ai­der, le co­mi­té des tri­cots vous re­ce­vra avec plai­sir au 475 rue Au­bry à Saint-Jé­rôme (Ri­ta au 450 436 1737)

Pho­to

Des membres du groupe de tri­cot du Ma­noir Saint-Jé­rôme : Jean­nette (102 ans) elle a tri­co­té jus­qu’à 100 ans! En ar­rière : Ri­ta, 81 ans, De­nise, 82 ans, Roch, 91 ans, Thé­rèse, 89 ans et Gil­berte, 92 ans.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.