Sté­phane Dus­sault, vi­brant porte-pa­role d’Ici par les arts

Les Res­pec­tables à ICI par les arts

Le Nord - - DIVERTISSEMENT ET SPECTACLES - Fran­çoise Le Guen

Une ren­contre for­tuite à Los An­geles en juin 2010 entre Sté­phane Dus­sault et Mi­chael Cas­si­dy- Ro­bert, gé­rant de la salle Mi­chelC­lé­ment d’ICI par les arts a conduit le bas­siste des Res­pec­tables à ac­cep­ter d’être le porte-pa­role de l’or­ga­nisme.

« J’avais ren­con­tré Mi­chael à Los An­geles à une con­fé­rence, le mu­sex­po. Je trou­vais ça drôle de ren­con­trer un pe­tit gars de Saint-Jé­rôme. Il avait à l’époque son band « Star­ting line up «, nous dit Sté­phane Dus­sault. On a fi­ni par tra­vailler en­semble, j’ai tra­vaillé avec son band pen­dant deux ans. En­suite lui est ren­tré à Ici par les arts au vo­let de dé­ve­lop­pe­ment mu­sique. Il m’a

Une cause ex­tra­or­di­naire

ap­pe­lé et m’a dit qu’ils avaient be­soin d’un por­te­pa­role. J’ai dit oui tout de suite. Je connais­sais dé­jà Ici par les arts ! ». Les Res­pec­tables en for­mule trio se­ront d’ailleurs à ICI par les arts le sa­me­di 22 fé­vrier pro­chain. Une soi­rée qui consti­tue une cam­pagne de fi­nan­ce­ment pour l’or­ga­nisme. Les pro­fits iront au pro­jet Connexion-Com­pé­tences des­ti­né à de jeunes adultes en dif­fi­cul­té qui vise, ul­ti­me­ment, leur re­tour aux études ou sur le mar­ché du tra­vail.

L’Hip­po­ly­tois a ac­cep­té d’em­blée son rôle de porte-pa­role. La cause lui tient à coeur. « Tout est à dé­ve­lop­per. J’aide à ou­vrir des portes plus dif­fi­ciles à ou­vrir. On peut des fois bé­né­fi­cier, de par un sta­tut po­pu­laire, d’avoir des re­tours par exemple au ni­veau des mé­dias. Et je vais pou­voir ex­pri­mer com­ment la boite vibre, dé­ve­lop­per des nou­veaux pro­jets » pré­cise Sté­phane Dus­sault.

Il note que beau­coup d’ar­tistes se pré­sentent à Ici par les arts au ni­veau de la mu­sique. « D’ailleurs, ici dans le Nord, on est lais­sé à nous-mêmes pour édu­quer nos en­fants en mu­sique. Il y a des jeunes qui viennent ici qui mé­ri­te­raient un coup de main. On va re­gar­der de quelle fa­çon on va dé­ve­lop­per cet as­pect. En tant que mu­si­cien im­pli­qué et en tant que porte-pa­role, je suis à à leur dis­po­ni­bi­li­té pour por­ter la bonne nou­velle !»

Pour Sté­phane Dus­sault, ce qui se fait à Ici par les arts est ex­tra­or­di­naire : « ce qui se fait ici de­vrait se faire un peu par­tout dans les mu­ni­ci­pa­li­tés du Qué­bec », men­tionne-t-il.

« Je trouve ça fan­tas­tique de voir les gens qui ont été sau­vés. L’en­ca­dre­ment sco­laire ne cor­res­pond pas à tous les be­soins, on le sait et les per­son­na­li­tés plus ar­tis­tiques en souffrent et beau­coup de jeunes peuvent se re­trou­ver ici. La so­cia­li­sa­tion n’est pas fa­cile quand tu ne fais pas par­tie d’un stan­dard ! Les plus grands ar­tistes peuvent vrai­ment se perdre à l’école».

Le bas­siste confie avoir évo­lué à une époque où « s’il n’y avait pas eu la mu­sique, hon­nê­te­ment, de mon cô­té, ça n’au­rait pas été ter­rible. J’avais beau me for­cer, je n’étais pas ap­pe­lé par l’école. Je n’étais pas un mau­vais gar­çon pour au­tant, je ne trou­vais pas ma place. Et la mu­sique est ve­nue à moi! » Une ren­contre avec un pro­fes­seur l’a alors ai­dé, gui­dé. Et « au lieu de par­tir à la dé­rive à l’ado­les­cence, on s’est trou­vé quelque chose, on a eu du fun. C’était une dé­rive contrô­lée ! J’ai l’im­pres­sion qu’ICI par arts peut faire ça pour bien du monde. »

Un rêve pour Ici par les arts ? « Pro­je­ter dans l’ave­nir qu’Ici par les arts de­vienne une pla­te­forme exem­plaire pour pou­voir aug­men­ter ses ac­ti­vi­tés, son vo­lume et ai­der de plus en plus de jeunes. On est dans un bas­sin ici qui en a be­soin. Et d’avoir un Ici par les arts par­tout au Qué­bec.»

Fran­çoise Le Guen

Sté­phane Dus­sault, bas­siste du groupe Les Res­pec­tables, porte-pa­role d’ICI par les arts pour l’an­née 2013-2014.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.