Che­mi­nots: Gi­no Perreault quitte son poste d’en­traî­neur-chef

Le Nord - - SPORTS - Ma­thieu Ste-Ma­rie

En­traî­neur-chef de l’équipe de foot­ball des Che­mi­nots de­puis le dé­but du pro­gramme il y a quatre ans, Gi­no Perreault a sur­pris tout le monde en an­non­çant sa dé­mis­sion la semaine der­nière.

« C’était le temps pour moi de par­tir. Je pars en paix avec moi-même, en bon terme avec le Cé­gep et avec le sentiment du de­voir ac­com­pli», a-t-il dit lors d’un en­tre­tien té­lé­pho­nique.

De­puis le dé­but du pro­gramme de foot­ball à Saint-Jé­rôme, les Che­mi­nots se sont amé­lio­rés chaque an­née. L’an der­nier, ils se sont même qua­li­fiés pour les sé­ries pour la pre­mière fois de sa jeune his­toire.

« Lors­qu’ils m’ont en­ga­gé il y a cinq ans, je m’étais fixé des buts, j’avais des at­tentes, et beau­coup de ces choses ont été réa­li­sées», ob­serve-t-il.

Même si son équipe n’a ja­mais tou­ché au Bol d’or, il est fier d’avoir fait pro­gres­ser le pro­gramme.

« Fi­na­le­ment après quatre ans, nous com­men­cions à nous faire res­pec­ter, à voir nos joueurs être re­cru­tés par les uni­ver­si­tés. Les ré­sul­tats des matchs, c’est le cré­mage sur le gâ­teau. Le gâ­teau, c’est de faire gra­duer les jeunes, les faire gran­dir, les ame­ner à de­ve­nir de meilleures per­sonnes. Dans la ma­jo­ri­té des cas, je peux dire «mis­sion ac­com­plie»».

Gi­no Perreault croit en­core que le Cé­gep de Saint-Jé­rôme est le meilleur en­droit pour un jeune qui veut jouer au foot­ball au col­lé­gial. « Pas plus tard qu’hier soir, j’ai re­cru­té des joueurs», confie ce­lui qui sou­haite aux Che­mi­nots une conquête du Bol d’or cette an­née.

Conflit avec le Cé­gep ?

Perreault se­rait sans doute en­core en­traî­neur­chef des Che­mi­nots s’il avait pu conti­nuer d’en faire «à sa tête». Mais, le cé­gep ne l’en­ten­dait pas ain­si. Mal­gré tout, il ne garde pas un mau­vais sou­ve­nir de sa relation avec l’ins­ti­tu­tion sco­laire. « De­puis 5 ans, on s’en­ten­dait sur tout à 98 % du temps», af­firme-t-il.

Ri­chard Cam­peau, co­or­don­na­teur des sports du Cé­gep, concède qu’il y a des choses qui ne fonc­tion­naient pas au goût de tout le monde.

« Ce n’est pas simple de gé­rer dix en­traî­neurs et 50 joueurs. Gi­no a don­né tout ce qu’il avait à don­ner. Je crois que dans la po­si­tion dans la­quelle il était, il ne pou­vait pas en faire plus», af­fir­met-il, ajou­tant qu’il s’agit bel et bien d’une dé­mis­sion et non d’un congé­die­ment.

« C’était hors de mon contrôle. Sa dé­mis­sion n’a rien à voir avec la di­rec­tion du col­lège».

M.Cam­peau vante les qua­li­tés de lea­der de Perreault. « Il était pré­sent de­puis le jour un et ses ef­forts ont per­mis de construire une équipe qui s’est consi­dé­ra­ble­ment so­li­di­fiée avec les an­nées. Nous sou­hai­tons re­mer­cier Gi­no pour le tra­vail co­los­sal qu’il a ac­com­pli.», a-t-il dit.

« Lais­ser re­tom­ber la pous­sière»

Gi­no Perreault ne quitte pas l’or­ga­ni­sa­tion des Che­mi­nots pour un autre pro­jet. Ré­sident de ValDa­vid, il pren­dra du temps pour lui et sa fa­mille et dé­va­le­ra les pistes de ski cet hi­ver. De plus, il ai­de­ra sa femme dans son en­tre­prise de cha­lets de lo­ca­tion qui pour­rait prendre de l’am­pleur pro­chai­ne­ment.

Tou­te­fois, il ne ferme pas la porte à un re­tour sur les lignes de cô­té pour une autre équipe.

« Je vais lais­ser re­tom­ber la pous­sière. C’est sûr que je vais «re­coa­ché» parce que le foot­ball c’est ma vie. J’ai tel­le­ment don­né de temps pour ce sport et je vais en don­ner en­core. Ma fa­mille a fait des sa­cri­fices. Main­te­nant, c’est à mon tour de leur consa­crer du temps», ter­mine ce­lui qui a éga­le­ment été en­traî­neur à l’Uni­ver­si­té McGill et au Col­lège de Mai­son­neuve.

Gra­cieu­se­té

Après quatre ans à la barre des Che­mi­nots de Saint-Jé­rôme, Gi­no Perreault a dé­ci­dé qu’il était temps de pas­ser à autre chose.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.