En­det­tée mal­gré un bon em­ploi

Le Nord - - ACTUALITÉS - Ma­thieu Ste-Ma­rie

Mère de trois en­fants en bas âge et pro­prié­taire d’une mai­son à Saint- Co­lom­ban, Vé­ro­nique Chias­son ne cache pas qu’elle est en si­tua­tion d’en­det­te­ment. Pour­tant, son conjoint et elle ont de « bons emplois stables».

« De­puis que nous avons la mai­son, notre dé­fi est de se faire un bud­get. Nous ai­me­rions pré­voir notre bud­get trois mois d’avance, pré­voir l’ar­gent pour les va­cances, mais on y ar­rive ja­mais», dit celle qui a ac­cueilli les trois élus du Nou­veau Par­ti dé­mo­cra­tique dans sa cui­sine.

Cette em­ployée au ser­vice à la clien­tèle chez Hy­dro-Qué­bec fait par­tie des 60 % des Ca­na­diens qui vivent d’un chèque de paie à l’autre.

« On doit uti­li­ser une carte de cré­dit parce qu’on n’ar­rive pas et on nous charge du 20 % d’in­té­rêt», dé­plore Mme Chias­son qui es­time que plu­sieurs autres fa­milles vivent cette si­tua­tion.

Le fi­nan­ce­ment de sa voi­ture lui coû­te­ra 8 500 $ et ce­lui de sa mai­son 174 000 $, soit près du double de sa va­leur.

Prise à la gorge, Mme Chias­son veut quand même of­frir de la nour­ri­ture de qua­li­té à ses en­fants. « Nous fai­sons des choix san­té donc ça coûte très très cher. J’ai­me­rais ache­ter seule­ment lo­cal, mais ce n’est pas pos­sible parce que c’est sou­vent plus cher», sou­ligne la mère qui dit dé­pen­ser pour 250 à 300 $ de lait et de yo­gourt par mois.

Avec la voi­ture qu’il fau­dra chan­ger pro­chai­ne­ment, les pro­blèmes de san­té d’un de ses en­fants et son re­tour au tra­vail l’au­tomne pro­chain, le cycle de l’en­det­te­ment n’est pas près de s’ar­rê­ter. « Il va y avoir les frais de gar­de­rie, le ma­té­riel sco­laire, les frais de garde… énu­mère-t-elle. J’entrevois ce qui va se pas­ser».

« J’ai été gon­flé à bloc»

Jean Gau­thier croit que le gou­ver­ne­ment doit agir. Ce re­trai­té de 72 ans, qui avoue ne rien connaître de la po­li­tique, em­brasse les so­lu­tions pro­po­sées par le NPD.

« J’ai tout lu (sur le site In­ter­net du NPD) et j’ai été gon­flé à bloc. J’ai en­suite par­ta­gé la page sur mon Fa­ce­book et j’ai de­man­dé aux gens de ré­agir», a-t-il dit. Plu­sieurs uti­li­sa­teurs du ré­seau so­cial di­saient qu’il n’y a rien à faire pour amé­lio­rer la si­tua­tion fi­nan­cière de la classe moyenne.

« Ils di­saient qu’on ne pou­vait rien chan­ger puis­qu’on était me­né par la haute fi­nance, les pa­trons des com­pa­gnies pé­tro­lières, les banques…»

M.Gau­thier n’est pas aus­si fa­ta­liste et es­père l’élec­tion pro­chaine d’un gou­ver­ne­ment néo-dé­mo­crate puisque « c’est ce par­ti qui est le plus près de la classe moyenne».

Ma­thieu Ste-Ma­rie

Vé­ro­nique Chias­son fait par­tie des 60 % des Ca­na­diens qui vivent d’un chèque de paie à l’autre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.