Un vrai lea­der

Le Nouvelliste - - OPINIONS -

J’ai tou­jours pen­sé qu’une per­sonne de­vait avoir cer­taines qua­li­tés es­sen­tielles pour être qua­li­fiée de lea­der. Ma ré­flexion sur les can­di­dats au poste de maire de Trois-Ri­vières me porte à croire qu’un seul se dé­marque et c’est M. Yves Lévesque et voi­ci pour­quoi.

Son par­cours en est la preuve évi­dente. Avoir du lea­der­ship, c’est d’abord avoir une vi­sion. Sou­ve­nons- nous de Trois- Ri­vières avant son pre­mier man­dat. Entre autres, sec­teur Capde- la- Ma­de­leine: le bou­le­vard Thi­beau où la cir­cu­la­tion était dif­fi­cile, le bou­le­vard Sainte-Ma­de­leine, où le sta­tion­ne­ment était af­freux et dan­ge­reux, etc.

Sec­teur Trois- Ri­vières: le bou­le­vard Ri­gaud qui ne dé­bou­chait pas entre Trois- Ri­vières-Ouest et Trois- Ri­vières, et le centre-ville pra­ti­que­ment dé­sert avec trot­toirs as­phal­tés, etc.

Ce ne sont que quelques la­cunes que M. Lévesque a cor­ri­gées. J’au­rais pu en énu­mé­rer bien d’autres.

Je me sou­viens aus­si lors­qu’il par­lait de la ve­nue de ba­teaux de croi­sière, plu­sieurs étaient scep­tiques. Et qui au­rait pen­sé qu’un jour Cé­line Dion, main­te­nant ve­dette mon­diale, le Cirque du So­leil et de nom­breux autres ar­tistes re­con­nus se pro­dui­raient chez nous? Et que dire du Grand Prix au­to­mo­bile main­te­nant re­con­nu in­ter­na­tio­na­le­ment?

Un lea­der est un ras­sem­bleur, vous en avez la preuve.

Au cours de son man­dat, M. Lévesque a tou­jours eu l’ap­pui de la ma­jo­ri­té du con­seil mu­ni­ci­pal pour une ad­mi­nis­tra­tion ef­fi­cace et pro­duc­tive.

Bien sûr qu’à de très rares oc­ca­sions, cer­tains étaient en désac­cord avec les dé­ci­sions de la ma­jo­ri­té. C’est la dé­mo­cra­tie, mais qu’un conseiller dise pu­bli­que­ment le contraire de sa po­si­tion prise au con­seil, ça c’est être un peu gi­rouette.

Les gens de la culture le men­tionnent sou­vent: cette ville n’a ja­mais été aus­si vi­vante. Les loi­sirs et les dif­fé­rents parcs sont vrai­ment ap­pré­ciés.

De très nom­breux prix ont ho­no­ré notre ville. Il suf­fit d’avoir lu notre quo­ti­dien pré­fé­ré et avoir écou­té nos dif­fé­rents mé­dias.

Un bon lea­der est aus­si un bon com­mu­ni­ca­teur.

M. Lévesque pos­sède une qua­li­té es­sen­tielle qui se dé­marque de ses ad­ver­saires, son cha­risme évident, un atout pré­cieux pour le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique qui est en pleine crois­sance et les re­la­tions avec les di­vers pa­liers de gou­ver­ne­ment sans ou­blier le com­mu­nau­taire et les di­verses as­so­cia­tions qui re­quièrent son ap­pui et sa pré­sence. La po­pu­la­tion veut suivre un lea­der. Il est fa­cile pour M. Au­bin de pro­mettre la Lune aux gens du sec­teur Cap et l’uni­vers aux autres. De ba­nales gé­né­ra­li­tés que les po­li­ti­ciens d’une autre époque se per­met­taient. Si le pas­sé est ga­rant de l’ave­nir, M. Au­bin n’a pas grand- chose à of­frir. M. Ber­trand, quant à lui, est un pur in­con­nu pour moi.

Mon choix est fait , vous l’au­rez de­vi­né: à 100 % M. Lévesque. Con­ti­nuons avec lui l’es­sor de notre belle ville de Trois-Ri­vières.

Hé­lène Le­mire Trois- Ri­vières

— PHO­TO: SYL­VAIN MAYER

Yves Lévesque

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.