AU CENTRE DE DIF­FU­SION PRESSE PA­PIER Ma­riages d’amour, comme de rai­son

Le Nouvelliste - - ARTS & SPECTACLES - FRAN­ÇOIS HOUDE

TROIS- RI­VIÈRES — Le centre de dif­fu­sion Presse Pa­pier pré­sente, de­puis jeu­di et jus­qu’au 5 no­vembre, l’ex­po­si­tion OEuvres en ban­dou­lière qui ma­rie vingt-sept oeuvres d’ar­tistes de l’ate­lier avec au­tant de textes is­sus de la plume d’Hé­lène Four­nier.

L’idée est ve­nue comme un plan B de­vant le dé­sis­te­ment d’un ar­tiste qui de­vait oc­cu­per cette pé­riode dans la pro­gram­ma­tion du Centre de dif­fu­sion. Louise Cour­chesne, membre de Presse Pa­pier, a sug­gé­ré ce ma­riage en de­man­dant à ses col­lègues de pro­po­ser une oeuvre qui leur est par­ti­cu­liè­re­ment chère pour que non seule­ment elle soit ex­po­sée mais pour qu’Hé­lène Four­nier s’en ins­pire.

L’exer­cice est in­té­res­sant et in­édit pour Presse Pa­pier. On a certes sou­vent as­so­cié des textes à des oeuvres mais c’est la pre­mière fois qu’une seule écri­vaine as­sume le poids d’au­tant d’oeuvres d’au­tant d’ar­tistes dif­fé­rents. Il en ré­sulte ce que l’ins­ti­ga­trice du pro­jet ap­pelle une série de duos. Aus­si in­té­res­sante pour un pan du con­cept que pour l’autre. Est-ce un ma­riage to­tal? « Il fau­drait faire un son­dage au­près de cha­cun des ar­tistes vi­suels, dit Louise Cour­chesne, mais en ce qui me concerne, Hé­lène m’a tel­le­ment bien per­çue à tra­vers mon oeuvre que c’est un vrai ma­riage. Se­lon les col­lègues que j’ai ques­tion­nés, elle a très bien cer­né les ar­tistes.»

On de­vine que l’exer­cice a pu être ar­du. Hé­lène Four­nier ac­quiesce, mais à cer­tains égards seule­ment. « J ’a i ac­cep­té i mmé­dia­te­ment quand on me l’a of­fert, ra­con­tet- elle, je trou­vais ça très ex­ci­tant. C’est par la suite que l’am­pleur du pro­jet est ap­pa­rue: entre le mois de juin et main­te­nant, je me suis le­vée tous les jours à 4 h du ma­tin pour écrire jus­qu’à 10 h. Il y avait une pres­sion énorme parce que c’est le re­grou­pe­ment Presse Pa­pier mais de ma part aus­si parce que j’ai mes sen­seurs per­son­nels qui sont là, ta­pis dans l’ombre, qui ne de­mandent qu’à s’ex­pri­mer.»

L’écri­vaine a dû conju­guer ins­pi­ra­tion ex­terne et ap­pro­pria­tion in­time de chaque oeuvre pour en faire éma­ner un texte per­son­nel. «J’ai été en­traî­née dans des zones de créa­tion que je ne pou­vais même pas ima­gi­ner au dé­part. Je ne ré­vo­lu­tion­ne­rai pas l’écri­ture, j’en suis bien consciente, mais ça ne m’em­pêche de faire la dé­marche avec beau­coup de sé­rieux et en me po­sant beau­coup de ques­tions. Quand j’écris, je joue tou­jours avec une ten­sion qui m’est in­time mais cette fois, la ten­sion était pro­po­sée par quelque chose de l’ex­té­rieur. Je l’ai vu comme un jeu de créa­tion mais un jeu ex­ces­si­ve­ment per­son­nel.»

Quand on com­pare les oeuvres vi­suelles avec les textes, cer­taines ins­pi­ra­tions ap­pa­raissent évi­dentes. Le plus sou­vent, ce­pen­dant, elles sortent d’on ne sait où. Hé­lène Four­nier s’est aban­don­née au pou­voir des oeuvres de la bous­cu­ler. Comme chaque spec­ta­teur peut le faire de­vant l’un ou l’autre des vingt­six coups de coeur des ar­tistes de Presse Pa­pier.

En ce­la, l’exer­cice tend vers l’uni­ver­sel. On pour­rait même le voir comme une l eçon qui n’a pas échap­pé à l’écri­vaine.

«Soyons hon­nête: il y a des oeuvres que je ne vou­drais pas avoir dans mon sa­lon, qui ne re­joignent pas ma sen­si­bi­li­té à moi. Mais je me suis ren­du compte que je peux ne pas ai­mer mais que ça peut me par­ler quand même. Elles ont toutes des pro­pos hu­mains qui m’in­ter­pellent d’une fa­çon ou d’une autre.»

Quant à sa­voir si l’exer­cice a don­né nais­sance à des oeuvres lit­té­raires qui au­ront une vie au­to­nome, loin de leur ins­pi­ra­tion, il fau­dra, se­lon l’au­teure, at­tendre que le temps donne le né­ces­saire re­cul.

«J’es­père que ces textes-là peuvent vivre par eux-mêmes. Mais je soup­çonne que oui parce qu’ils ré­sultent d’une dé­marche ex­trê­me­ment per­son­nelle.»

— PHO­TO: FRAN­ÇOIS GER­VAIS

Louise Cour­chesne, à gauche, membre de l’ate­lier Presse Pa­pier et ins­ti­ga­trice de l’ex­po­si­tion OEuvres en ban­dou­lière a confié à Hé­lène Four­nier le soin d’écrire des textes en s’ins­pi­rant d’oeuvres de 27 membres de l’ate­lier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.