Ste­ven Guil­beault quitte Équi­terre

Le Nouvelliste - - ACTUALITÉS -

MON­TRÉAL — Ste­ven Guil­beault quitte Équi­terre, l’or­ga­nisme qu’il a co­fon­dé et dont il était le di­rec­teur prin­ci­pal et porte-pa­role.

L’or­ga­nisme avait été fon­dé il y a 25 ans par M. Guil­beault, le di­rec­teur gé­né­ral ac­tuel Sid­ney Ri­baux et quatre autres amis et mi­li­tants éco­lo­gistes.

Ste­ven Guil­beault avait oeu­vré au sein d’Équi­terre pen­dant quelques an­nées après sa fon­da­tion avant de se joindre à Green­peace, où il a oeu­vré pen­dant 10 ans. En 2007, il était re­tour­né chez Équi­terre pour as­su­mer le rôle de di­rec­teur prin­ci­pal et de porte- pa­role de l’or­ga­nisme.

Se­lon Équi­terre, M. Guil­beault pour­sui­vra son tra­vail pour la lutte aux chan­ge­ments cli­ma­tiques dans le sec­teur de l’in­ves­tis­se­ment et des tech­no­lo­gies, no­tam­ment les tech­no­lo­gies propres et l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle. Il consa­cre­ra ain­si son temps entre l’écri­ture d’un livre sur le rôle de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle dans la lutte aux chan­ge­ments cli­ma­tiques, et ses ac­ti­vi­tés de conseiller stra­té­gique chez Cycle Ca­pi­tal Ma­na­ge­ment, ain­si qu’au sein de la firme de ser­vi­ces­con­seil spé­cia­li­sée dans les en­jeux d’éco­no­mie verte et d’éco­no­mie so­ciale, Cop­ti­com.

Des ru­meurs l’en­voient tou­te­fois en po­li­tique, plus pré­ci­sé­ment au Par­ti li­bé­ral du Ca­na­da. En confé­rence de presse, le prin­ci­pal in­té­res­sé a tou­te­fois in­di­qué que le fait qu’il ait été aper­çu avec des membres du par­ti ne si­gni­fie pas qu’il va né­ces­sai­re­ment s’y as­so­cier, puis­qu’il ren­contre ré­gu­liè­re­ment des re­pré­sen­tants de chaque par­ti.

Il n’a tou­te­fois pas fer­mé la porte à un éven­tuel saut en po­li­tique.

« Est-ce que je vais faire de la po­li­tique à court terme? Non. Est- ce qu’un jour je vais faire de la po­li­tique? Peut-être», a-t-il lan­cé.

Il a ad­mis avoir été ap­pro­ché par plu­sieurs par­tis pour l’élec­tion par­tielle qui au­ra lieu dans Ou­tre­mont, cir­cons­crip­tion va­cante de­puis l e dé­part de l ’e x- chef néo-dé­mo­crate Tho­mas Mul­cair.

« Je ne se­rai pas can­di­dat » , a- t- il tou­te­fois an­non­cé.

Il a in­di­qué que se pré­sen­ter à l’élec­tion de 2019 n’était pas «dans (son) plan de match» pour le mo­ment, mais a ad­mis qu’il pour­rait « peut- être » dé­ci­der de faire le saut.

Sid­ney Ri­baux as­su­me­ra do­ré­na­vant les fonc­tions de prin­ci­pal porte-pa­role d’Équi­terre.

«Ste­ven est une force in­croyable au sein du mou­ve­ment en­vi­ron­ne­men­tal ca­na­dien. Ce fut un im­mense plai­sir de tra­vailler avec lui toutes ces an­nées et bien sûr je se­rai triste de ne plus échan­ger nos idées aus­si ré­gu­liè­re­ment. Tou­te­fois, je me console en me di­sant qu’il fe­ra en­core par­tie de ce grand mou­ve­ment pour ac­cé­lé­rer un vi­rage vert et du­rable, qui doit in­clure tous les sec­teurs de la so­cié­té dont les ci­toyens, les en­tre­prises, les mu­ni­ci­pa­li­tés, les gou­ver­ne­ments et les in­ves­tis­seurs, qui ont un grand rôle à jouer » a-t-il dé­cla­ré par com­mu­ni­qué.

« De­puis 25 ans, je n’ai ja­mais été très loin d’Équi­terre et cette dé­ci­sion est l’une des plus dif­fi­ciles que j’aie eue à prendre», a de son cô­té ex­pli­qué Ste­ven Guil­beault.

M. Ri­baux a in­di­qué qu’Équi­terre « pour­sui­vra son tra­vail d’in­fluence et de mo­bi­li­sa­tion au­près des dif­fé­rents pa­liers gou­ver­ne­men­taux» et a an­non­cé une ré­or­ga­ni­sa­tion des res­pon­sa­bi­li­tés au sein de l’or­ga­nisme. An­nie Bé­ru­bé et Col­leen Thorpe agi­ront ain­si à titre de porte-pa­role pour cer­tains dos­siers.

— PHO­TO: STÉ­PHANE LES­SARD

Ste­ven Guil­beault

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.