Bom­bar­dier li­cen­cie 5000 em­ployés, dont 2500 au Qué­bec

Cinq mille tra­vailleurs perdent leur em­ploi et le pro­gramme de l’avion Q400 est ven­du à Vi­king Air

Le Nouvelliste - - LA UNE - JU­LIEN ARSENAULT

MON­TRÉAL — La cure min­ceur chez Bom­bar­dier pour­rait al­ler plus l oin que l ’éli­mi­na­tion de 5000 em­plois, dont 2500 au Qué­bec et 500 en On­ta­rio, ain­si que la vente de deux ac­tifs, dont le pro­gramme d’avion tur­bo­pro­pul­sé Q400.

En plus d’an­non­cer une t roi­sième re­struc­tu­ra­tion d’en­ver­gure de­puis 2015 et deux tran­sac­tions lui per­met­tant de ré­col­ter en­vi­ron 900 mil­lions $ US, jeu­di, l’avion­neur a éga­le­ment pré­ve­nu qu’il ré­flé­chis­sait à ses op­tions avec les CRJ. Ces jets ré­gio­naux, qui peuvent trans­por­ter jus­qu’à 90 pas­sa­gers se­lon leur confi­gu­ra­tion, ont été pen­dant de nom­breuses an­nées le fer de lance de Bom­bar­dier dans le sec­teur de l’avia­tion com­mer­ciale.

« Nous de­vons ré­duire nos coûts avec le CRJ, a pré­ve­nu le pré­sident et chef de la di­rec­tion de l’en­tre­prise, Alain Bel­le­mare, au cours d’une confé­rence té­lé­pho­nique vi­sant à com­men­ter l es ré­sul­tats du troi­sième tri­mestre. Nous de­vons ob­te­nir des chan­ge­ments avec nos four­nis­seurs.»

Dans le sec­teur des avions com­mer­ciaux, ce pro­gramme est dé­sor­mais le seul en­tiè­re­ment contrô­lé par Bom­bar­dier étant don­né que la C Se­ries est pas­sée dans le gi­ron d’Air­bus et que le Q400 est ven­du à Vi­king Air. Ces ap­pa­reils ré­gio­naux sont as­sem­blés à Mirabel, dans les Lau­ren­tides, par plus de 1000 syn­di­qués.

DANS LE NÉANT

En sa­brant 5000 em­plois, l e construc­teur d’avions et de trains, dont le plan de re­dres­se­ment doit culmi­ner en 2020, croit pou­voir éco­no­mi­ser an­nuel­le­ment 250 mil­lions $ US au terme de la re­struc­tu­ra­tion, d’ici 18 mois.

« Avec les me­sures an­non­cées, nous sommes confiants d’être en me­sure d’at­teindre nos ob­jec­tifs», a ana­ly­sé M. Bel­le­mare.

Tous les sites qué­bé­cois de l’en­tre­prise, dont Dor­val et Mirabel, de­vraient être tou­chés. À l’échelle mon­diale, en­vi­ron 75% des sup­pres­sions d’em­plois au­ront lieu dans le sec­teur aé­ro­nau­tique.

La mul­ti­na­tio­nale, qui dit tour­ner la page sur une pé­riode de grands i nves­tis­se­ments pour l es pro­grammes C Se­ries et Glo­bal 7500, compte entre autres re­dé­ployer des in­gé­nieurs vers son sec­teur des jets d’af­faires.

Sur­pris par l’am­pleur des li­cen­cie­ments, le co­or­don­na­teur qué­bé­cois de l’As­so­cia­tion in­ter­na­tio­nale des ma­chi­nistes et des tra­vailleurs de l’aé­ro­spa­tiale ( AIMTA), Da­vid Char­trand, a cri­ti­qué Bom­bar­dier pour ses ma­nières «ca­va­lières».

« On ignore les dé­tails de la re­struc­tu­ra­tion, a-t-il dé­plo­ré pen­dant un en­tre­tien té­lé­pho­nique. Ce que Bom­bar­dier fait, c’est de mettre tout le monde sur le qui-vive. Ce n’est pas lo­gique de faire ce­la aux tra­vailleurs.»

M. Char­trand a as­su­ré que le dos­sier se­ra abor­dé alors que le syn­di­cat et l’em­ployeur doivent se ren­con­trer pour une pre­mière fois le 19 no­vembre dans le cadre de né­go­cia­tions vi­sant à re­nou­ve­ler le contrat de tra­vail de mil­liers de tra­vailleurs.

RECENTRAGE

Tour­née vers sa di­vi­sion fer­ro­viaire et des jets d’af­faires dans le cadre de son plan de re­dres­se­ment, Bom­bar­dier a dé­ci­dé de lais­ser al­ler son pro­gramme d’avions à hé­lices en le cé­dant à la bri­tan­no­co­lom­bienne Vi­king Air pour en­vi­ron 300 mil­lions $ US.

« Nous croyons que cette com­pa­gnie est le bon pro­prié­taire pour ce pro­gramme, a dit M. Bel­le­mare. Nous les connais­sons bien. Ils avaient ac­quis (l’avion-ci­terne) CL- 415 en 2016. Ils vont res­pec­ter les en­ga­ge­ments du car­net de com­mandes.»

En plus du Q400, Vi­king Air met la main sur les Dash 8, 100, 200 et 300.

Dans une deuxième tran­sac­tion, l’avion­neur a cé­dé ses ac­ti­vi­tés concer­nant la for­ma­tion de tech­ni­ciens et de pi­lotes pour ses avions d’af­faires à la mul­ti­na­tio­nale qué­bé­coise CAE, em­po­chant au pas­sage près de 645 mil­lions $ US.

Plu­sieurs ques­tions sub­sis­taient quant à l’ave­nir du Q400 puisque Bom­bar­dier avait an­non­cé la vente de son site to­ron­tois de Downs­view, où s’ef­fec­tuait l’as­sem­blage de ces ap­pa­reils et des jets d’af­faires Glo­bal.

Si un nou­veau site avait été dé­si­gné en sol on­ta­rien pour le Glo­bal, le construc­teur d’avions et de trains se li­mi­tait à dire qu’il dé­si­rait ré­duire les coûts de pro­duc­tion de ses avions à hé­lices, sans four­nir plus de dé­tails.

— AR­CHIVES, AGENCE FRANCE- PRESSE

Bom­bar­dier, qui avait dé­jà cé­dé la C Se­ries à Air­bus, pour­suit un plan de re­dres­se­ment. Ce der­nier doit culmi­ner en 2020.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.