L’heure juste d’ici deux se­maines?

Le lien in­ter­rives de nou­veau fer­mé

Le Nouvelliste - - ACTUALITÉS - BRI­GITTE TRAHAN bri­gitte.trahan@le­nou­vel­liste.qc.ca

SAINT- ÉTIENNE- DES- GRÈS — Le sort du lien in­ter­rives La Ga­belle pour­rait être con­nu d’ici deux se­maines.

Fer­mé le 11 juillet der­nier à la suite d’un ac­ci­dent de cir­cu­la­tion, le lien avait été rou­vert du 22 oc­tobre der­nier jus­qu’au ven­dre­di 9 no­vembre, à 18 h, dans le cadre d’une étude de cir­cu­la­tion vi­sant à dé­ter­mi­ner s’il pour­ra être rou­vert de fa­çon dé­fi­ni­tive moyen­nant l’ap­pli­ca­tion de cer­taines me­sures de sé­cu­ri­té.

Le maire de Notre- Dame- du­Mont-Car­mel, Luc Dos­ta­ler, in­dique que «le mi­nis­tère des Tran­sports va ex­traire les don­nées et les en­voyer au co­mi­té» pour ana­lyse. Peut-être que le co­mi­té fe­ra éga­le­ment in­ter­ve­nir une firme pri­vée dans cette ana­lyse, ajoute- t- il. Mis à part un ques­tion­naire au­quel les usa­gers ont été sou­mis afin de connaître leurs ha­bi­tudes face au lien in­ter­rives, «il y avait des lignes sur la rue qui cal­cu­laient le nombre de voi­tures», dit-il.

Les quatre in­ter­ve­nants au dos­sier soit sa mu­ni­ci­pa­li­té, celle de SaintÉ­tienne-des-Grès, la Sû­re­té du Qué­bec et Hy­dro-Qué­bec ont conve­nu de se ren­con­trer à nou­veau dans deux se­maines, pré­cise M. Dos­ta­ler.

« On va voir comment ça s’est pas­sé, si les me­sures qu’on a mises en place ont été bonnes, si ça a por­té fruit et si on conti­nue avec ça, s’il y a des choses à amé­lio­rer », ex­plique-t-il.

Le maire Dos­ta­ler ra­conte qu’il est pas­sé à quelques re­prises sur le lien in­ter­rives, par­fois par af­faires et d’autres fois juste pour voir comment ça se pas­sait.

« Je me suis ren­du compte qu’à cause des dos d’âne, il y a moins de vé­hi­cules par fois qui pas­saient sur le bar­rage. Donc si l’on reste avec ces dos d’âne, peut-être qu’il fau­dra ajus­ter, par exemple, la du­rée de la lu­mière», illustre-t-il.

C’est un point qu’il veut d’ailleurs ame­ner lors de la pro­chaine ren­contre du co­mi­té, dit-il. « Notre but, c’est que ça se fasse bien » , fait- il va­loir.

Est-ce que la dé­ci­sion fi­nale sur l’ave­nir du lien in­ter­rives se pas­se­ra lors de cette réu­nion? « Peut-être», ré­pond M. Dos­ta­ler.

«Je pense que ça a très bien fonc­tion­né», dit-il, au cours de la pé­riode d’es­sais avec en­traves de sé­cu­ri­té. Je pense que l’ob­jec­tif a été at­teint », ana­lyse- t- il. Il fau­dra éga­le­ment consi­dé­rer la ques­tion du dé­nei­ge­ment, sou­ligne-t-il. «Si c’est quelque chose qu’on met de fa­çon per­ma­nente, est- ce que c’est fai­sable? Est-ce que les en­tre­pre­neurs sont ca­pables de faire du dé­nei­ge­ment? Si on les en­lève pen­dant la pé­riode d’hi­ver, ce n’est pas né­ces­sai­re­ment très bon. C’est une des choses qu’il fau­dra voir dans les pro­chaines se­maines», in­dique le maire.

L’étude de cir­cu­la­tion per­met­tra de sa­voir d’où les gens viennent pour em­prun­ter le lien in­ter­rives, pour quels mo­tifs (tra­vail, loi­sirs ou autres) et à quelle fré­quence. On vou­lait aus­si sa­voir de quel groupe d’âge pro­viennent les usa­gers et le type de vé­hi­cule qu’ils conduisent.

On va voir comment ça s’est pas­sé, si les me­sures qu’on a mises en place ont été bonnes

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.