Un be­soin dans le mi­lieu

Le Nouvelliste - - AFFAIRES - MAR­TIN LAFRENIÈRE mar­tin.la­fre­niere@le­nou­vel­liste.qc.ca

TROIS- RI­VIÈRES — Les be­soins de main-d’oeuvre du sec­teur du com­merce de dé­tail ain­si que le suc­cès d’une pre­mière co­horte mo­tivent le Centre de re­cherche d’em­ploi de la Mau­ri­cie à lan­cer une deuxième for­ma­tion en vente-con­seil.

Sec­teur d’ac­ti­vi­tés en plein bou­le­ver­se­ment en rai­son no­tam­ment de la po­pu­la­ri­té du com­merce en ligne et d’une clien­tèle de mieux en mieux in­for­mée, le com­merce de dé­tail tra­vaille fort pour trou­ver des conseillers aux ventes. Le CREM a lan­cé il y a en­vi­ron un an et de­mi une for­ma­tion ré­mu­né­rée de 40 heures, di­rec­te­ment dans les en­tre­prises, des­ti­née aux re­crues du mi­lieu. Ac­com­pa­gne­ment per­son­na­li­sé, rem­bour­se­ment de 50 % du sa­laire de l’em­ployé à for­mer, for­ma­tion axée sur la spé­ci­fi­ci­té des pro­duits, le pro­gramme a per­mis aux em­ployés d’ac­qué­rir des connais­sances et de l’as­su­rance.

Le CREM avait l’ob­jec­tif de for­mer 20 par­ti­ci­pants et de re­crut er 12 en­tre­prises. En j uill et 2018, le pro­gramme avait réuni 14 en­tre­prises et 23 em­ployés. De ce nombre, 80 % ont com­plé­té leur for­ma­tion.

« Plus de 10 000 per­sonnes en Mau­ri­cie t ra­vaillent dans 1000 en­tre­prises qui sont dans le com­merce de dé­tail, dont 50 % sont des conseillers-ven­deurs. Et 30 % des dé­taillants veulent aug­men­ter leur per­son­nel d’ici 2019. Notre pro­jet de for­ma­tion est une so­lu­tion aux be­soins ex­pri­més par les com­mer­çants » , men­tionne la di­rec­trice gé­né­rale du CREM, Diane Cos­sette, ren­con­trée ven­dre­di lors d’une confé­rence de presse pré­sen­tée au com­merce Pis­cines St-Louis de Trois-Ri­vières.

Cette en­tre­prise a par­ti­ci­pé à cette pre­mière for­ma­tion en vente-con­seil. Louis Ri­card, co­pro­prié­taire, n’a que de bons mots à adres­ser à cette ini­tia­tive.

« On a des em­ployés mieux for­més! C’est dif­fi­cile à trou­ver, des conseillers aux ventes. C’est un mé­tier exi­geant, avec de longues de tra­vail. Il faut connaître le pro­duit, of­frir un bon ser­vice à la clien­tèle. Et la clien­tèle a chan­gé. Elle est plus exi­geante, car les connais­sances sont à la por­tée du doigt main­te­nant. Mais c’est en­core un mé­tier in­té­res­sant. La per­sonne qui tra­vaille va cher­cher de bons re­ve­nus. La force d’un bon re­pré­sen­tant est la per­sé­vé­rance.»

Deux em­ployés de Pis­cines St-Louis ont re­çu la for­ma­tion du CREM. Leur pré­sence au sein de l’en­tre­prise règle les pro­blèmes de re­cru­te­ment. Si la for­ma­tion est un plus pour un com­mer­çant, ce­lui-ci doit aus­si faire preuve d’ou­ver­ture pour sa­tis­faire ses em­ployés.

« Comme pa­tron, il faut re­mer­cier les em­ployés, les gra­ti­fier, les ac­com­mo­der, leur of­frir des va­cances en plein été (même pour un com­mer­çant qui vend des pis­cines). Il faut être plus à l’écoute.»

Pour Jean Bou­let, ce pro­gramme a une grande per­ti­nence.

« C’est une for­ma­tion concrète et pra­tique. La for­ma­tion per­met à des per­sonnes pro­ve­nant de mi­lieux di­ver­si­fiés d’in­té­grer le mar­ché du tra­vail et d’être for­mées dans un en­vi­ron­ne­ment de tra­vail qui leur per­met d’être beau­coup plus per­for­mantes. Ça as­sure une meilleure ré­ten­tion après leur in­té­gra­tion dans le mar­ché du tra­vail», ra­conte le dé­pu­té de Trois-Ri­vières et mi­nistre du Tra­vail, de l’Em­ploi et de la So­li­da­ri­té so­ciale

La deuxième for­ma­tion vient de dé­bu­ter avec huit en­tre­prises et 15 par­ti­ci­pants.

— PHO­TO: FRAN­ÇOIS GER­VAIS

Le mi­nistre Jean Bou­let et la di­rec­trice gé­né­rale du CREM, Diane Cos­sette, ont pris part ven­dre­di à l’an­nonce sur les ré­sul­tats de la pre­mière co­horte de la for­ma­tion en vente- con­seil.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.