Tou­risme Mau­ri­cie convain­cu du suc­cès

«Des pro­jets qui réunissent cinq ter­ri­toires sur six, il n’y en a pas d’autres»

Le Nouvelliste - - AFFAIRES - GUY VEILLETTE

SHA­WI­NI­GAN — La di­rec­trice gé­né­rale de Tou­risme Mau­ri­cie, Ge­ne­viève Boi­vin, rap­pelle que cinq des six ter­ri­toires de la ré­gion fe­ront par­tie de la Route des bras­seurs et qu’en ce sens, il s’agit d’une ini­tia­tive qui peut être qua­li­fiée de ras­sem­bleuse. À long terme, elle de­meure convain­cue que Sha­wi­ni­gan trou­ve­ra sa place dans ce cir­cuit, qui ne se­ra pas ex­clu­si­ve­ment com­po­sé de mi­cro­bras­se­ries, glisse-t- elle.

La co­lère du maire Mi­chel An­gers a ré­son­né ven­dre­di, à la suite de la dé­ci­sion du co­mi­té du Fonds d’aide au rayon­ne­ment des ré­gions d’ac­cor­der une aide fi­nan­cière de 53 000 $ pour ce pro­jet, même si le Re­grou­pe­ment des mi­cro­bras­se­ries de la Mau­ri­cie re­fuse d’in­té­grer le Trou du diable sur ce par­cours. Il jus­ti­fie cette dé­ci­sion par le fait que Mol­son Coors ait fait l’ac­qui­si­tion de l’en­tre­prise sha­wi­ni­ga­naise à pa­reille date l’an der­nier, ce qui la dis­qua­li­fie main­te­nant comme en­ti­té in­dé­pen­dante.

Mme Boi­vin ex­plique qu’elle a ten­té une ap­proche au­près du Trou du diable, la se­maine der­nière, pour trou­ver une so­lu­tion pos­sible. Comme le res­pon­sable du dé­ve­lop­pe­ment des af­faires, Isaac Trem­blay, l’ex­pri­mait dans Le Nou­vel­liste ven­dre­di, son équipe veut main­te­nant pas­ser à autre chose.

« Nous avons une ap­proche dif­fé­rente, qui est celle d’in­clure Sha­wi­ni­gan sur la route et pas né­ces­sai­re­ment Le Trou du diable», nuance Mme Boi­vin. «Ce qui im­porte, c’est que l’en­semble des ter­ri­toires soient re­pré­sen­tés. Au- de­là de ce­la, ça de­vien­drait de l’in­gé­rence. J’ai donc ten­té une ap­proche pour in­clure Sha­wi­ni­gan, mais ça n’a pas été fruc­tueux.»

La Route des bras­seurs de l a Mau­ri­cie se­ra donc bel et bien lan­cée en l’ab­sence du Trou du diable et du Broad­way Pub qui, par so­li­da­ri­té, re­fuse de faire par­tie de ce cir­cuit pro­mo­tion­nel tou­ris­tique même si cette mi­cro­bras­se­rie ré­pond aux cri­tères. On peut évi­dem­ment se dé­so­ler de ces ab­sences, mais Mme Boi­vin pré­fère voir le verre à moi­tié plein.

« D’em­blée, je suis très op­ti­miste et po­si­tive! » , fait- elle re­mar­quer. « Dans trois ou cinq ans, ce pro­jet se­ra un vrai beau pro­duit d’ap­pel pour la ré­gion, j’en suis convain­cue. Cet épi­sode se­ra der­rière nous.»

« Des pro­jets qui réunissent cinq ter­ri­toires sur six en Mau­ri­cie, il n’y en a pas d’autres » , sou­ligne la di­rec­trice gé­né­rale. « La Route des bras­seurs, c’est pro­ba­ble­ment le pro­jet tou­ris­tique le plus ré­gio­nal que nous avons. La Route des ri­vières touche quatre ter­ri­toires, le Che­min du Roy en touche trois... À cinq sur six, c’est le pre­mier et le seul. Dans un monde idéal, on au­rait vou­lu tout le monde, mais c’est quand même bon.»

De plus, Mme Boi­vin as­sure que Tou­risme Mau­ri­cie ne met­tra pas Le Trou du diable de cô­té parce qu’il est ex­clu de l a Route des bras­seurs, fait-elle re­mar­quer. Ces ins­tal­la­tions de­meurent tout aus­si at­trac­tives pour les tou­ristes.

« Quand nous ré­di­ge­rons un blogue ou que nous fe­rons la pro­mo­tion de cette route, on ne se gê­ne­ra pas pour dire que la Route des bras­seurs, c’est un beau pro­jet avec de belles en­tre­prises, mais si ça vous tente de faire un dé­tour par Sha­wi­ni­gan, i l existe deux autres belles en­tre­prises. Nous sommes là pour mettre en va­leur nos membres et la ré­gion.»

Un jour, Mme Boi­vin croit que tous les ter­ri­toires se­ront re­pré­sen­tés sur la Route des bras­seurs.

« Je suis as­sez convain­cue qu’on va ar­ri­ver à in­clure des en­tre­prises de Sha­wi­ni­gan dans ce pro­jet à moyen terme » , pré­dit- elle. « Au dé­part, on veut mettre en va­leur des mi­cro­bras­se­ries de la ré­gion, mais pour en faire un pro­jet tou­ris­tique, ça va prendre d’autres at­traits qui vont s’y joindre, de l’hé­ber­ge­ment. Pour avoir un pro­duit com­plet et struc­tu­ré, ça ne prend pas seule­ment des places où on va boire! Sha­wi­ni­gan va être sur la route, mais ce ne se­ra pas avec le Trou du diable, de toute évi­dence. Nous al­lons tou­te­fois tra­vailler pour que l’en­semble des ter­ri­toires soient pré­sents, d’une fa­çon ou d’une autre.»

Elle ne perd pas es­poir non plus qu’un jour, le Broad­way Pub se ra­vise et dé­cide de joindre la Route des bras­seurs de la Mau­ri­cie.

« Ils sont pris entre leur com­mu­nau­té lo­cale, leurs élus, leurs par­te­naires, leurs gens d’af­faires d’un cô­té et un pro­jet ré­gio­nal de l’autre » , ob­serve- t- elle. « Ils viennent d’ache­ter cette mi­cro­bras­se­rie, alors ce n’est pas l e temps pour eux de faire de mau­vais gestes po­li­tiques. Je ne veux pas leur mettre de pres­sion.»

— PHO­TO: SYL­VAIN MAYER

Ge­ne­viève Boi­vin, di­rec­trice gé­né­rale de Tou­risme Mau­ri­cie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.