Sixième cha­pitre en six ans

Six joueurs de la ré­gion au coeur du duel entre le Rouge et Or et les Ca­ra­bins pour la Coupe Duns­more

Le Nouvelliste - - SPORTS - VINCENT GAU­THIER

TROIS-RI­VIÈRES — Le Rouge et Or de l’Uni­ver­si­té La­val et les Ca­ra­bins de l’Uni­ver­si­té de Mon­tréal en fi­nale de la Coupe Duns­more, c’est pra­ti­que­ment de­ve­nu une tra­di­tion. Pour une sixième an­née de suite, les deux en­ne­mis ju­rés ont ren­dez­vous en fi­nale du cir­cuit uni­ver­si­taire qué­bé­cois, sa­me­di au Stade Te­lus de Qué­bec.

Le duel af­fi­che­ra en­core une fois une touche mau­ri­cienne alors que six joueurs is­sus de la ré­gion goû­te­ront à ce ren­dez-vous fort at­ten­du. Pen­dant que Tho­mas Frost se­ra l’unique Mau­ri­cien dans le camp du Rouge et Or, on re­trou­ve­ra cinq joueurs aux ra­cines mau­ri­ciennes dans l’ali­gne­ment des Ca­ra­bins de Dan­ny Ma­cio­cia.

Du lot, Jean- Sé­bas­tien Bé­lisle et Fré­dé­ric La­plante-Thomp­son sont les plus ex­pé­ri­men­tés, eux qui viennent de vivre leur qua­trième cam­pagne au CEPSUM. Ils sont d’ailleurs bien pla­cés pour par­ta­ger l’ivresse que peut pro­cu­rer une vic­toire à la Coupe Duns­more contre les ri­vaux de la Vieille Ca­pi­tale. Après tout, ils y ont goû­té à l’au­tomne 2015. Cette an­née-là, les Bleus avaient at­teint la fi­nale ca­na­dienne avant de s’in­cli­ner 26- 23 de­vant les Thun­der­birds de l’Uni­ver­si­té de la Co­lom­bie-Bri­tan­nique.

DER­NIER DROIT

De­puis, deux dé­faites en fi­nale pro­vin­ciale se sont ajou­tées au comp­teur. Pour La­plante-Thomp­son, qui com­plète ses études cet au­tomne, le der­nier droit s’an­nonce par­ti­cu­liè­re­ment émo­tif. Contrai­re­ment aux sai­sons pré­cé­dentes, l’an­cien des Dia­blos du Cé­gep de Trois- Ri­vières et des Go­thics de l’école se­con­daire Des Pion­niers a eu l’oc­ca­sion de contri­buer da­van­tage aux suc­cès col­lec­tifs. En neuf ren­contres, le Tri­flu­vien de 25 ans a cap­té 17 passes pour des gains de 201 verges, des som­mets en car­rière.

« Je suis bien content d’avoir pu par­ti­ci­per. Il y a beau­coup de pro­fon­deur chez les Ca­ra­bins, mais je suis tou­jours prêt à ré­pondre à l’ap­pel quand on a be­soin de moi. Je joue au foot­ball de­puis que je suis au se­con­daire alors je sais que ça ne se­ra pas fa­cile la tran­si­tion d’étu­diant- ath­lète vers le mar­ché du tra­vail. Je veux pro­fi­ter de chaque mo­ment au maxi­mum», ex­plique le nu­mé­ro 84.

Bé­lisle est en un autre qui a su lais­ser sa marque chez les Ca­ra­bins cette sai­son. Ra­len­ti par des en­nuis de san­té lors des deux der­nières an­nées, le de­mi dé­fen­sif est re­ve­nu en force avec 19 pla­qués en huit matchs. Son brio lui a d’ailleurs va­lu une place sur l’équipe d’étoiles du RSEQ.

Puis, au pre­mier tour éli­mi­na­toire, il s’est of­fert une in­ter­cep­tion re­tour­née sur 42 verges, à la porte des buts! «Cette an­née, je vou­lais seule­ment jouer au foot­ball. Je sais que je suis ca­pable de jouer dans ce ca­libre-là. Dans tout ça, c’est le plai­sir qui de­meure la clé!», men­tionne le nu­mé­ro 9, membre de l’uni­té dé­fen­sive qui a ins­crit un re­cord du ré­seau qué­bé­cois pour le moins de points ac­cor­dés en une sai­son (46.)

À ce su­jet, l’an­cien du Vert et Or du Sé­mi­naire de Trois- Ri­vières n’est pas prêt à éti­que­ter la dé­fen­sive 2018 comme étant la meilleure de­puis son ar­ri­vée en 2015. «On se re­trouve avec une uni­té à ma­tu­ri­té cette sai­son. J’ai joué avec beau­coup de bons joueurs de­puis que je suis avec les Ca­ra­bins. Ce qui fait notre force, c’est la pro­fon­deur. Dès que quel­qu’un quitte, il y en a un autre qui est prêt à prendre sa place. Il n’y a pas seule­ment que les par­tants qui ont eu leur mot à dire dans les suc­cès. Tout le monde y a contri­bué et tout le monde peut être fier de ça.»

AVAN­TAGE ROUGE ET OR

Cette sai­son, le Rouge et Or a domp­té deux fois les Ca­ra­bins, 12-7 au CEPSUM et 18-15 en pro­lon­ga­tion au Stade Te­lus de Qué­bec alors que le pre­mier rang du clas­se­ment était à l’en­jeu. Comp­tez sur les Ca­ra­bins pour faire fi de ces ré­sul­tats lorsque le coup d’en­voi se­ra don­né sa­me­di! « On sait très bien qu’on peut ri­va­li­ser avec eux. Ça donne tou­jours des matchs ser­rés. On doit sim­ple­ment bien exé­cu­ter nos jeux. Dans le ves­tiaire, on sait qu’on peut ga­gner», sou­ligne La­plante-Thomp­son, qui évo­lue aus­si chez les Ca­ra­bins avec son an­cien co­équi­pier des Dia­blos Cé­dric Mi­gnault (ligne dé­fen­sive) et les an­ciens du Vert et Or du Sé­mi­naire de Trois-Ri­vières Marc-An­toine Le­may (ligne of­fen­sive) et An­toine Mail­hot (re­ce­veur).

Au- de­là de l’in­tense ri­va­li­té, le re­ce­veur de passes rap­pelle que les Ca­ra­bins ne veulent pas se conten­ter d’un rôle de fi­gu­rants à la Coupe Duns­more. Leurs am­bi­tions dé­passent le cadre du ré­seau qué­bé­cois. « À chaque an­née, le but n’est pas de ga­gner la Coupe Duns­more ou la de­mi- fi­nale ca­na­dienne. Le but, c’est de ga­gner la Coupe Va­nier. Nos yeux sont là-des­sus. Mais avant, on doit réus­sir à sor­tir du Qué­bec», rap­pelle La­plante-Thomp­son.

«TRÈS EX­CI­TANT»

Du cô­té du Rouge et Or, le se­con­deur Tho­mas Frost est éga­le­ment plon­gé dans la fré­né­sie du wee­kend. Au terme d’une sai­son ré­gu­lière par­faite, les at­tentes sont en­core à l’apo­gée du cô­té de Qué­bec. «Il y a tou­jours un gros ‘X’ sur le ca­len­drier pour ce match-là. Ce sont tou­jours des gros matchs comme Mon­tréal et ce­lui-là l’est en­core plus car il est sans len­de­main. C’est tou­jours très ex­ci­tant pour les joueurs et les par­ti­sans», men­tionne l’an­cien du Vert et Or du STR.

À sa deuxième sai­son dans la Vieille Ca­pi­tale, le Tri­flu­vien a été en uni­forme lors du pre­mier match de la sai­son. De­puis, il conti­nue de mettre les bou­chées doubles à l’en­traî­ne­ment, ques­tion d’être fin prêt lorsque les en­traî­neurs fe­ront ap­pel à lui.

« En sai­son, tu pra­tiques pour prou­ver que tu mé­rites une place dans l’ali­gne­ment. Quand tu ar­rives en éli­mi­na­toires, tout le monde tra­vaille pour le même but. Il faut mettre sa per­sonne de cô­té. Je vis très bien avec mon rôle de sou­tien. Le jour de match, il n’y a que les joueurs ha­billés qui ont un im­pact, mais dans la pré­pa­ra­tion, on a aus­si un rôle im­por­tant à jouer», ex­plique Frost.

Le coup d’en­voi de la Coupe Duns­more est pré­vu sa­me­di à 14 h.

À chaque an­née, le but n’est pas de ga­gner la Coupe Duns­more ou la de­mi-fi­nale ca­na­dienne. Le but, c’est de ga­gner la Coupe Va­nier. Ré­sul­tats de la Coupe Duns­more

2017 : La­val 25 Mon­tréal 22 2016 : La­val 20 Mon­tréal 17 2015 : Mon­tréal 18 La­val 16 2014 : Mon­tréal 12 La­val 9 2013 : La­val 14 Mon­tréal 11

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.