«Les routes de l’es­cla­vage», un do­cu­men­taire de 4 heures à RDI

Le Nouvelliste - - ARTS MAGAZINE -

MON­TRÉAL (PC) — Un im­po­sant do­cu­men­taire de Fan­ny Brillant trace le por­tait de l’es­cla­vage dans l’his­toire, re­mon­tant jus­qu’à 476 après Jé­sus-Ch­rist, lorsque les Arabes éta­blissent un nou­vel em­pire qui s’étend entre l’Afrique et le Moyen-Orient. Tom­bouc­tou est le point de dé­part des ca­ra­vanes trans­sa­ha­riennes mar­quant le dé­but de 700 ans d’es­cla­vage dont les Afri­cains furent la «ma­tière pre­mière».

Donc, les siècles se suivent et l’Afrique riche de mille tré­sors est sé­rieu­se­ment convoi­tée par les na­vi­ga­teurs por­tu­gais par­tis ré­col­ter l’or. Ils ra­mènent des mil­liers de cap­tifs qu’on vend en Eu­rope. Puis on ins­taure des co­lo­nies peu­plées d’es­claves à l’heure où la plan­ta­tion su­crière de­vient la nou­velle ma­tière convoi­tée. La guerre du sucre se pour­suit entre Fran­çais, An­glais, Hol­lan­dais et Es­pa­gnols au point où on trace de nou­velles routes de l’es­cla­vage entre l’Afrique et les îles du Nou­veau Monde, ce qui per­met de mul­ti­plier les dé­por­ta­tions et les vio­lences.

Bien que les puis­sances eu­ro­péennes abo­lissent l’es­cla­vage en 1807, les be­soins de ma­tières pre­mières sont criants. On a alors ten­dance à fer­mer les yeux sur les nou­velles formes d’ex­ploi­ta­tion de l’homme au Bré­sil, aux États-Unis et en Afrique. Ain­si, la dé­por­ta­tion des cap­tifs afri­cains va connaître, au cours du XIXe siècle, son apo­théose: 2,5 mil­lions de dé­por­tés en 50 ans. Les routes de l’es­cla­vage, du lun­di au jeu­di, 12 au 15 no­vembre, 20 h, à RDI.

— PHO­TO ICI TÉ­LÉ

RDI pré­sente Les routes de l’es­cla­vage de lun­di à jeu­di.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.