Trois à tis­ser dé­cenn­nies des liens

Le Plateau - - LA UNE - CHAR­LOTTE LO­PEZ

Après avoir com­men­cé sa car­rière à 24 ans en 1988 à l’an­cien poste de quar­tier 37 du PMR (qui a fu­sion­né avec le PDQ 38 en 2014), c’est à 54 ans que Be­noit Glo­bens­ky, main­te­nant lieu­te­nant, pren­dra sa re­traite au mois de sep­tembre.

Trente ans à tra­vailler dans le même en­droit, tout en mon­tant les éche­lons de po­li­cier à ser­gent en 1998, puis lieu­te­nant en 2008, M. Glo­bens­ky ne réa­lise pas qu’il prend sa re­traite.

«Je me trouve en­core jeune, c’est cli­ché, mais c’est comme si j’étais en­tré hier, ma car­rière est vrai­ment pas­sée vite, confie ce­lui qui a pas­sé 20 ans sur le ter­rain. Ser­vir et ai­der les gens c’est comme notre sa­laire. Pour la plu­part des po­li­ciers, c’est pour ça qu’on fait ce mé­tier.»

Le lieu­te­nant a vu le Pla­teau-Mont-Royal évo­luer et chan­ger, jus­qu’à de­ve­nir une «pe­tite ville dans la ville».

Une bonne com­mu­ni­ca­tion

Un des points pri­mor­diaux pour le lieu­te­nant tout au long de sa car­rière a été la com­mu­ni­ca­tion avec les ci­toyens. Il pa­trouillait sou­vent en voi­ture ou al­lait boire des ca­fés dans des com­merces afin de pou­voir par­ler avec les ré­si­dents, prendre le pouls du quar­tier.

En­tré en poste en jan­vier 2016, l’ins­pec­teur Be­noit Amyot as­sure que Be­noit Glo­bens­ky a été un grand atout pour lui. «Il a ac­quis de nom­breuses ex­pé­riences, il connaît très bien les pro­blé­ma­tiques et l’évo­lu­tion du quar­tier. C’est comme une mé­moire or­ga­ni­sa­tion­nelle, donc avant qu’il s’en aille on es­saie de s’im­pré­gner de tout ça.»

La ser­gente Na­dine Garneau qui connaît M. Glo­bens­ky de­puis 2013, es­time pour sa part que ce der­nier était comme un men­tor lors­qu’elle l’a connu, car «il connais­sait tout et tout le monde sur le Pla­teau».

«C’est un homme très calme qui peut ré­gler de nom­breux conflits et qui trouve des so­lu­tions à tous les pro­blèmes, com­mente-telle. Trente ans de car­rière dans le même quar­tier c’est très rare, ce­la lui a per­mis de créer de bons liens avec la com­mu­nau­té.»

Be­noit Glo­bens­ky pense d’ailleurs qu’il peut en­core ap­por­ter son aide à des or­ga­nismes, et ne compte pas s’ar­rê­ter de tra­vailler après sa re­traite, ou bien seule­ment quelques mois pour prendre du temps pour lui.

(PHO­TO CHAR­LOTTE LO­PEZ/TC MEDIA)

Be­noit Glo­bens­ky a com­men­cé sa car­rière au PDQ 37 sur la rue Lau­rier Est, avant qu’il ne fu­sionne avec le PDQ 38, sur la rue Ra­chel, en 2014.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.