Un châ­teau sur la rue Ra­chel

2åĨ ûåĒĨ ģıÿ ÝÿĤÝıČåĒĮ ĨıĤ ČÑ Ĥıå JÑÝþåČ åĒ áÿĤåÝĮÿėĒ åĨĮ áåġıÿĨ Čå ġÿåá áå ČÑ đėĒĮÑûĒå ĨėĒĮ îÑđÿČÿåĤĨ ÑĺåÝ ČȱÿđÑûå áȱıĒå þÑıĮå ĮėıĤ ģıÿ îåĤđå ČÑ ġåĤĨġåÝĮÿĺå Ò ČÑ þÑıĮåıĤ áåČȱÑĺåĒıå þĤÿĨĮėġþåȿ ėČėđÜȩ

Le Plateau - - LA UNE - GA­BRIEL DESCHAMBAULT DE LA SO­CIÉ­TÉ D’HIS­TOIRE DU PLA­TEAU-MONT-ROYAL

Mais il n’en fut pas tou­jours ain­si et vers la fin du 19ème siècle, on re­trou­vait à cet en­droit un ma­gni­fique bâ­ti­ment de trois étages, édi­fié dans les plus pures ten­dances du style «vic­to­rien»; un style ar­chi­tec­tu­ral qui uti­li­sait un vo­ca­bu­laire di­ver­si­fié et fai­sait ap­pel à des élé­ments par­fois dis­pa­rates.

Le bâ­ti­ment qui nous in­té­resse se trouve en face du parc La Fon­taine et en vis-à-vis des grandes serres mu­ni­ci­pales qui sont ins­tal­lées dans ce sec­teur nord -ouest du parc. À la fin du 19ème siècle, la rue Ra­chel est une des ar­tères prin­ci­pales de l’an­cien Vil­lage de Saint-Jean-Bap­tiste (an­nexé à Mon­tréal en 1886).

L’édi­fice en ve­dette cette se­maine jouit donc d’une vi­si­bi­li­té ex­cep­tion­nelle et il fait hon­neur à son pro­prié­taire le den­tiste Adolphe l’Ar­che­vêque.

La com­po­si­tion ar­chi­tec­tu­rale montre bien que le rez-de-chaus­sée est ré­ser­vé à la cli­nique alors que les es­paces fa­mi­liaux se re­trouvent aux étages.

C’est presque, avant la lettre, le mo­dèle de la cli­nique pro­fes­sion­nelle ayant pi­gnon sur rue de fa­çon au­to­nome.

L’édi­fice nous pré­sente un re­vê­te­ment de pierres de taille fai­sant al­ter­ner des rangs de tex­tures dif­fé­rentes.

L’uti­li­sa­tion d’une tô­le­rie dé­co­ra­tive (pour ne pas dire in­usi­tée) re­la­ti­ve­ment éla­bo­rée donne éga­le­ment un ca­rac­tère par­ti­cu­lier à l’en­semble.

La tou­relle d’angle et la fe­nêtre en oriel sur la fa­çade la­té­rale ajoutent à la pro­fu­sion de dé­tails.

L’en­trée prin­ci­pale en log­gia, ac­ces­sible par un es­ca­lier mo­nu­men­tal, par­ti­cipe aus­si au dis­cours ar­chi­tec­tu­ral.

L’ana­lyse de cette image nous per­met fi­na­le­ment de re­con­naître tous les élé­ments ar­chi­tec­tu­raux qui com­po­saient le vo­ca­bu­laire cou­rant de l’époque.

Cet es­pace oc­cu­pé par une seule fa­mille a été rem­pla­cé par une tour d’ha­bi­ta­tion conte­nant plus d’une cen­taine de lo­ge­ments.

C’est as­sez par­ti­cu­lier ! Il faut le re­con­naître, de belles choses exis­taient dans le quar­tier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.