Ser­vice à l’au­to de com­mande

Il y pro­ba­ble­ment de moins en moins de gens qui se sou­viennent de ces sacs d'epi­ce­rie. Il y en a peut-etre un peu plus qui se sou­viennent du nom de Stein­berg.

Le Plateau - - NOUVELLES - GA­BRIEL DESCHAMBAULT DE LA SO­CIÉ­TÉ D’HIS­TOIRE DU PLA­TEAU-MONT-ROYAL

Pour­tant, ce phé­no­mène com­mer­cial unique a été créé sur le Pla­teau en 1917, dans un pe­tit lo­cal du bou­le­vard Saint-Laurent, pas très loin au sud de l’ave­nue du Mont-Royal. Ma­dame Ida Stein­berg, qui de­vait sub­ve­nir aux be­soins de sa fa­mille, en­rô­la tous ses en­fants dans cette aven­ture qui du­ra 75 ans.

Elle in­ven­ta une nou­velle fa­çon de ser­vir la clien­tèle, en pla­çant celle-ci au coeur de son concept d’af­faires, et en lui of­frant une nou­velle ma­nière de faire son épi­ce­rie.

Ce se­ra tou­te­fois son fils Sa­muel qui pren­dra la re­lève et mè­ne­ra cette barque dans le fir­ma­ment des af­faires qué­bé­coises.

En of­frant la pos­si­bi­li­té pour les clients de se ser­vir soi-même; en fai­sant dé­gus­ter des pro­duits en ma­ga­sin; en in­ven­tant le concept de l’im­mense su­per­mar­ché et en en ins­tal­lant dans la ma­jo­ri­té des quar­tiers mon­tréa­lais, Stein­berg a vite fait de conqué­rir le mar­ché mon­tréa­lais et le coeur des fa­milles.

Jus­qu’à la fin des an­nées 1980, il est le cham­pion de l’épi­ce­rie chez nous et il s’ins­talle aus­si dans les autres pro­vinces.

Le conglo­mé­rat s’in­té­resse éga­le­ment au com­merce de dé­tail en met­tant sur pied sa chaîne Mi­racle Mart dans les an­nées1960.

Un troi­sième champ d’in­té­rêt vient com­plé­ter le ta­bleau avec la ges­tion im­mo­bi­lière de vastes ter­rains à dé­ve­lop­per.

L’en­tre­prise vise l’in­té­gra­tion de ses fu­turs su­per­mar­chés aux dé­ve­lop­pe­ments im­mo­bi­liers ré­si­den­tiels qu’il pro­jette.

Pour ce qui est de nos sacs d’épi­ce­rie, ils montrent bien le sens de l’in­no­va­tion de Mon­sieur Sam qui, le pre­mier, adapte son com­merce à l’uti­li­sa­tion gran­dis­sante de l’au­to­mo­bile et la nais­sance des ban­lieues des an­nées 1950-60.

C’est avec ce genre de re­la­tion avec sa clien­tèle que Stein­berg de­vient un tel géant. Avec le dé­cès de Sam, en 1978, s’en­suit une dé­gra­da­tion de la di­rec­tion de l’en­tre­prise et ce joyau d’af­faires dis­pa­raît de notre en­vi­ron­ne­ment.

(PHO­TO SITE «DE CHOSES ET D’AUTRES»)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.