La nou­velle rue Prince-Ar­thur inau­gu­rée

ĠĤaeĨ áåıļ ÑĒĨ áå ĮĤÑĺÑıļ åĮ ɷ7ɨáȱÿĒĺåĨĮÿĨĨåđåĒĮĨȦČåĒėıĺåÑıĺÿĨÑûåáåČÑĤıåGĤÿĒÝåȿ ĤĮþıĤÑåĒîÿĒ­çĮ­çÿĒÑıûıĤç áÑĒĨ Čå ÝÑáĤå áåĨ ČåûĨ áı ÑĒĒÿĺåĤĨÑÿĤå áå 7ėĒĮĤ­çÑČȩ 2åĨ ÝėđđåĤÞÑĒĮĨ åĨġaeĤåĒĮ ģıå Čå ĤÑČåĒĮÿĨĨåđåĒĮ çÝėĒėđÿģıå áı ĨåÝĮåıĤ ĨåĤÑ đÑÿĒĮåĒÑĒĮ ÝþėĨå áı ġÑĨĨç

Le Plateau - - LA UNE - CHAR­LOTTE LOPEZ ÝþÑĤČėĮĮåȩČėġåŀɝĮÝȩĮÝ

Arbres, place pu­blique, nou­veau mo­bi­lier ur­bain, saillies de trot­toir et ter­rasses cen­trales: la rue si­tuée entre le car­ré Saint-Louis et le bou­le­vard Saint-Laurent dans le Pla­teau-Mont-Royal pré­sente main­te­nant un de­si­gn en­tiè­re­ment re­vam­pé.

De­puis un bon mo­ment, la pre­mière rue pié­tonne de Mon­tréal était sur­tout con­nue pour être un cor­ri­dor de pas­sage entre les ar­tères ma­jeures que sont la rue Saint-De­nis et le bou­le­vard Saint-Laurent. Elle se­ra main­te­nant «un cor­ri­dor de ver­dure et de dé­am­bu­la­tion», lance le maire d’ar­ron­dis­se­ment Luc Fer­ran­dez.

Es­poir

Be­noit Lam­bert, re­pré­sen­tant de l’As­so­cia­tion des com­mer­çants de la rue Prince-Ar­thur et pro­prié­taire du res­tau­rant Deux Ga­mins, est heu­reux que la pé­riode de tra­vaux soit ter­mi­né et re­garde vers l’ave­nir. Be­noit Lam­bert, re­pré­sen­tant de l’As­so­cia­tion des com­mer­çants de la rue Prince-Ar­thur.

Tou­te­fois, puisque «rien n’est par­fait», il de­meure quelques ajus­te­ments à réa­li­ser, no­tam­ment en ce qui concerne l’ex­ploi­ta­tion des tables en ter­rasse, main­te­nant re­grou­pées au centre de la voie pu­blique.

«On va ap­prendre à uti­li­ser ces nou­veaux es­paces qui de­mandent aux res­tau­ra­teurs une nou­velle fa­çon de tra­vailler. Ce n’était pas ce qui était pré­vu sur les plans, mais nous sommes contents de la réa­li­sa­tion fi­nale», pré­cise M. Lam­bert.

«Ce n’est pas aus­si fa­cile d’ex­ploi­ter une ter­rasse au centre de la rue. Ce­la peu­têtre dif­fi­cile pour les com­mer­çants, mais je pense que s’ils doublent leur chiffre d’af­faires, ils vont être contents de vivre avec cette dif­fi­cul­té-là», sou­ligne pour sa part le maire Fer­ran­dez. L’As­so­cia­tion des com­mer­çants de la rue Prince-Ar­thur es­père re­ce­voir des sub­ven­tions de la Ville de Mon­tréal afin de pou­voir bé­né­fi­cier de da­van­tage de lu­mières et de

«Ç’a été beau­coup de bou­le­ver­se­ments et un grand chan­ge­ment, mais c’est une im­pul­sion pour la rue et ses en­tre­prises. L’acha­lan­dage re­vient, les pas­sants res­tent plus et pro­fitent des bancs. C’est un vrai lieu de vie.»

cou­ver­tures leurs tables.

Ac­ces­si­bi­li­té

pour pro­té­ger Lin­da Gau­thier, an­cienne pré­si­dente du Re­grou­pe­ment des ac­ti­vistes pour l’in­clu­sion au Qué­bec (RAPLIQ) et can­di­date pour l’Équipe Co­derre dans le Pla­teau, dé­plore que 4 M$ aient été mis dans ce pro­jet «quand on au­rait peut-être pu ai­der les com­mer­çants à rendre leurs com­merces uni­ver­sel­le­ment ac­ces­sibles».

Ch­ris­tine Gos­se­lin, conseillère d’ar­ron­dis­se­ment, a fé­li­ci­té le nou­vel amé­na­ge­ment de la rue Prince-Ar­thur, qui de­vient, se­lon elle, «la rue la plus ac­ces­sible de tout Mon­tréal». En ré­ponse à Mme Gau­thier, elle sou­ligne que c’est aux com­mer­çants de mo­di­fier leurs salles de bain et leurs en­trées et non à l’ar­ron­dis­se­ment.

«La par­tie do­maine public est com­plè­te­ment ac­ces­sible, il faut que les com­mer­çants contri­buent de leur cô­té, c’est à eux de jouer main­te­nant», ajoute-t-elle.

(PHO­TO CHAR­LOTTE LOPEZ/TC ME­DIA)

Deux ans de tra­vaux ont été né­ces­saire afin de dy­na­mi­ser une por­tion de la rue Prince-Ar­thur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.