Un mode de transport de plus en plus po­pu­laire

Le Plateau - - LA UNE -

« L’équipe de dé­nei­ge­ment du Pla­teau vou­lait connaître l’aug­men­ta­tion du nombre de cy­clistes afin de se rendre compte de l’im­pact de son tra­vail », pré­cise Jean-Fran­çois Rheault, di­rec­teur d’Eco-comp­teur.

La Ville compte 23 comp­teurs per­ma­nents ins­tal­lés sur la ma­jo­ri­té des pistes cy­clables de Mon­tréal, de­puis 2007. Tous sont in­vi­sibles et sont en­fouis sous l’as­phalte, ex­plique M. Rheault, ex­cep­té ce­lui sur la rue Lau­rier, en face du mé­tro du même nom, qui montre en temps réel le nombre de pas­sages.

Dans le PMR, il en existe aus­si deux sur la rue Ra­chel, un sur la rue Bré­beuf, un sur la rue Saint-Ur­bain, ain­si qu’un dans le parc Jeanne-Mance. À l’aide d’une boucle de dé­tec­tion, les fils élec­triques ins­tal­lés dans le sol dé­tectent le pas­sage des roues avec une pré­ci­sion d’en­vi­ron 97 à 99 %.

Eco-comp­teur dé­voile que dans le Pla­teau, l’heure de pointe des cy­clistes en se­maine est à 8 h le ma­tin et à 17 h le soir. « Do­ré­na­vant en sa­chant ce­la, les cols bleus ne vont plus for­cé­ment faire des in­ter­ven­tions de ba­layage sur les pistes à ces heures-là, car il y a beau­coup de gens », in­dique-t-il. De­puis 2009, le PMR a connu une aug­men­ta­tion de 40 % du nombre de cy­clistes se­lon les don­nées d’Eco-comp­teur, avec 1,5 mil­lion de vé­los comp­tés en 2017 sur le pas­sage in­fé­rieur de Saint-Laurent et Bel­le­chasse, sous la voie fer­rée. Ce­la en fait ain­si la piste cy­clable la plus acha­lan­dée de la ville.

Be­soin de pistes plus sé­cu­ri­taires

« On voit des en­droits en été où il y a de la conges­tion sur le ré­seau, ce qui prouve qu’il n’y a pas as­sez de pistes cy­clables pro­té­gées et sé­cu­ri­taires, sou­ligne Jean-Fran­çois Rheault. Il y a vrai­ment un be­soin, une pres­sion forte et une grande de­mande de sé­cu­ri­té. » Jean-Fran­çois Rheault, di­rec­teur d’Eco- comp­teur.

Avec une part mo­dale de 10 à 12 % de dé­pla­ce­ment à vé­lo dans le PMR, ce der­nier pense que ce chiffre pour­rait mon­ter à 20 % avec de meilleures in­fra­struc­tures.

Ma­rianne Gi­guère, conseillère de Ville et res­pon­sable des trans­ports ac­tifs au co­mi­té exé­cu­tif de la Ville de Mon­tréal, est consciente que le ré­seau cy­clable ac­tuel au­rait be­soin d’être sé­cu­ri­sé.

La piste sur la rue Saint-Ur­bain va être bo­ni­fiée cette an­née et l’axe est-ouest sur la rue Lau­rier doit être amé­lio­ré se­lon elle. Aus­si, les axes nord-sud doivent être tra­vaillés dans le Pla­teau. « Pour al­ler vers le nord de la ville, il n’y a rien, mis à part Ber­ri, et Bré­beuf qui est conges­tion­né », avoue la conseillère.

« La Ville de Mon­tréal sou­haite at­teindre la part mo­dale de 12 % de na­vet­teurs à vé­lo par jour, d’ici 10 à 15 ans. Donc, le Pla­teau peut s’at­tendre à voir ses chiffres dou­blés. On doit alors pré­voir d’of­frir un es­pace agréable et sé­cu­ri­taire pour tous ces nou­veaux cy­clistes », ex­plique-t-elle.

L’hi­ver à vé­lo

Les chiffres d’Eco-comp­teur montrent qu’en hi­ver les cy­clistes ne rangent pas leurs vé­los : 65 % des cy­clistes d’hi­ver ont pé­da­lé le jour le plus froid de l’hi­ver der­nier – à -24 de­grés Cel­sius – et plus de 70 % des cy­clistes d’hi­ver ont pé­da­lé lors de la plus grande tem­pête de neige de l’an­née.

« On a été sur­pris de voir qu’une fois que les cy­clistes se lancent, ils ne s’ar­rêtent pas, mal­gré le froid et la neige », sou­ligne Jean-Fran­çois Rheault.

Avec une aug­men­ta­tion de 159 % du nombre de cy­clistes au mois de jan­vier et fé­vrier entre les an­nées 2015 et 2017, ce der­nier avance que ce chiffre est re­lié au chan­ge­ment de culture du dé­nei­ge­ment.

« Comme les pistes sont beau­coup mieux dé­nei­gées qu’au­pa­ra­vant, plus de gens y roulent. Le comp­tage sur les pistes cy­clables est aus­si un in­dice de qua­li­té du tra­vail. Avant les pistes n’étaient pas aus­si bien dé­blayées que main­te­nant. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.