Ve­nir en aide aux per­sonnes vul­né­rables par le dé­nei­ge­ment

2å ġĤėĉåĮ S G 2 áå ČȱėĤûÑĒÿĨđå NġåÝĮĤå áå Ĥıå ġåĤđåĮ Ñıļ ġåĤĨėĒĒåĨ ĺıČĒ­çĤÑÜČåĨ áå îÑÿĤå áçĒåÿûåĤ ČåıĤ åĒĮĤ­çå ûĤÑĮıÿĮåđåĒĮȩ ĺåÝ ČåĨ ĒėđÜĤåıĨåĨ ÜėĤá­çåĨ áå Ēåÿûå ģıÿ Ĩå ĨėĒĮ ÑÜÑĮĮıåĨ ĨıĤ 7ėĒĮĤ­çÑČȦ ÝåĮĮå Ñÿáå îėĒÝĮÿėĒĒå Ò ġČåÿĒå ÝÑġÑÝÿĮç ÝåĮ þÿĺåĤȩ

Le Plateau - - LA UNE - CHAR­LOTTE LO­PEZ ÝþÑĤČėĮĮåȩČėġåŀɝĮÝȩĮÝ

Un re­cord de 58 per­sonnes bé­né­fi­cient de ce ser­vice dans le Pla­teau-Mont-Royal et 17 dans Ville-Ma­rie cette an­née en rai­son de la sixième tom­bée nei­geuse sur Mon­tréal.

L’ar­ron­dis­se­ment du Pla­teau offre ce ser­vice de­puis 2013, en col­la­bo­ra­tion avec l’or­ga­nisme Spectre de rue qui, par le biais du pro­jet TAPEL, per­met à 30 jeunes entre 16 et 30 ans d’en­tre­prendre une dé­marche de ré­in­ser­tion so­ciale.

« Nous avons à coeur de pen­ser à nos ci­toyens vul­né­rables, et d’es­sayer de bri­ser l’iso­le­ment dont ils peuvent être vic­times, sur­tout l’hi­ver. Grâce à ce pro­gramme, des jeunes en ré­in­ser­tion donnent un ser­vice de dé­nei­ge­ment d’en­trée per­son­na­li­sé et ras­su­rant pour les per­sonnes vul­né­rables», dé­clare Alex Nor­ris, conseiller du dis­trict de Jeanne-Mance et res­pon­sable de la sé­cu­ri­té pu­blique.

Ces jeunes sont en ef­fet en si­tua­tion de grande pré­ca­ri­té et vivent de l’itinérance, avec des pro­blèmes de toxi­co­ma­nie, sont sous-sco­la­ri­sés, ou pro­viennent de mi­lieu fa­mi­lial dys­fonc­tion­nel, se­lon Jean-De­nis Ma­ho­ney, res­pon­sable du pro­gramme Tra­vail al­ter­na­tif payé à la jour­née (TAPAJ) qui pro­pose le pro­jet TAPEL.

« En gé­né­ral les jeunes de ce pro­jet sont en train de fran­chir un pre­mier pas dans un pro­ces­sus d’in­ser­tion et tra­vaillent de fa­çon ré­gu­lière chaque se­maine dans un cadre qui re­flète les réa­li­tés du mar­ché du tra­vail », ex­plique M. Ma­ho­ney

Sous su­per­vi­sion d’un in­ter­ve­nant, les par­ti­ci­pants dé­neigent de­vant les mai­sons de ré­si­dents pri­son­niers de leur toit, telles que des per­sonnes âgées ou han­di­ca­pées. Payés de fa­çon for­fai­taire et bo­ni­fié en fonc­tion du froid et de la neige qui est tom­bée, les jeunes peuvent faire cha­cun entre cinq à huit adresses.

« Ce pro­jet sus­cite des échanges entre des per­sonnes qui ont de la mi­sère à avoir un toit au-des­sus de leur tête et d’autres qui se sentent pri­son­niers du leur. Ce­la sus­cite de beaux échanges, les jeunes dé­ve­loppent une confiance du fait que même dans leur mal­chance, ils ont la chance d’être nor­ma­le­ment consti­tués et au­to­nomes », sou­ligne Jean-De­nis Ma­ho­ney.

« C’est sou­vent très ins­pi­rant pour eux, ils font une dif­fé­rence dans la qua­li­té de la vie des gens à qui ils rendent ser­vice, ça leur donne des ailes », ajoute-t-il.

(PHO­TO GRA­CIEU­SE­TÉ)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.