Un prix de­si­gn pour le centre d’art Le Li­vart

GĤaeĨ áȱıĒ ÑĒ åĮ áåđÿ ÑġĤaeĨ ÑĺėÿĤ ėıĺåĤĮȦ Čå ÝåĒĮĤå áȱÑĤĮ 2å 2ÿĺÑĤĮ ĨÿĮıç ĨıĤ ČÑ Ĥıå NÑÿĒĮȿ åĒÿĨȦ Ñ ĤåÞı ıĒ ġĤÿļ đÑĤáÿ áåĤĒÿåĤ ČėĤĨ áåĨ #ĤÑĒáĨ GĤÿļ áı åĨÿûĒ áå Čȱ ûåĒÝå G' Ȧ áÑĒĨ ČÑ ÝÑĮ­çûėĤÿå GĤÿļ ĮÑÜČÿĨĨåđåĒĮ ÝıČĮıĤåČȩ

Le Plateau - - LA UNE - CHAR­LOTTE LO­PEZ ÝþÑĤČėĮĮåȩČėġåŀɝĮÝȩĮÝ

L’an­cien pres­by­tère Saint-Jude, qui a été un couvent au cours des an­nées 1960, in­clut dé­sor­mais une école d’art, 13 stu­dios d’ar­tistes, une ga­le­rie d’art, une salle mul­ti­fonc­tion­nelle et trois es­paces pu­blics ex­té­rieurs. Rien n’est lais­sé au ha­sard au Li­vart, de la nou­velle fe­nes­tra­tion à la ges­tion de l’éclai­rage.

Des­si­né par la SHED ar­chi­tec­ture, ce lieu qui date de 1930 cô­toie au­jourd’hui à la fois le mo­derne et l’an­cien. En ef­fet, les fon­da­teurs du Li­vart, Marc O’Brien-Mi­ro et Cin­dy Tes­sier-Tru­deau, sou­hai­taient ab­so­lu­ment pré­ser­ver le pa­tri­moine de ce pres­by­tère, tout en y in­té­grant des élé­ments mo­dernes.

« L’es­pace était très frag­men­té et il n’y avait pas vrai­ment de com­mu­ni­ca­tion entre les nom­breuses pièces, c’était im­por­tant pour nous d’avoir la flexi­bi­li­té de l’es­pace, donc SHED est ve­nu agran­dir la vo­lu­mé­trie de cer­taines pièces pour fa­vo­ri­ser nos ac­ti­vi­tés », com­mente le co­fon­da­teur.

Se­lon lui, la qua­li­té du de­si­gn et de l’ar­chi­tec­ture de l’es­pace est au­jourd’hui in­croyable. « Les ar­chi­tectes ont fait un tra­vail re­mar­quable alors que c’était un vrai chal­lenge, on vou­lait conser­ver le ca­chet et l’es­prit ori­gi­nal. Ils ont fait des in­ter­ven­tions très ponc­tuelles et res­pec­tueuses du lieu qui s’har­mo­nisent très bien », ajoute-t-il.

Si les boi­se­ries d’ori­gine ont été conser­vées, le choix du blanc do­mi­nant neu­tra­lise les nom­breuses or­ne­men­ta­tions et ouvre l’es­pace.

« Ils ont su mo­der­ni­ser par des in­ter­ven­tions ponc­tuelles, tout en fai­sant un pe­tit clin d’oeil au pas­sé en conser­vant des boi­se­ries dans cer­tains en­droits, tout comme l’es­ca­lier ma­jes­tueux qui mène au 2e étage que nous avons réus­si à gar­der. La SHED c’est vrai­ment leur force, ils sont sou­cieux des pe­tits dé­tails et c’est ce qui fait toute la dif­fé­rence», sou­ligne M. O’Brien-Mi­ro.

Quatre pro­jets en un

Ou­vert de­puis oc­tobre 2016, le Li­vart pro­pose quatre pro­jets en un, tou­jours en met­tant en avant des ar­tistes d’ici. Ces der­niers peuvent ve­nir créer dans l’un des 13 stu­dios d’art si­tués au ni­veau des étages su­pé­rieurs.

Le rez-de-chaus­sée pro­pose une ga­le­rie d’art nou­veau genre avec des ex­po­si­tions en so­lo ou en groupe, sous une thé­ma­tique com­mune. Des ate­liers d’art sont aus­si of­ferts où adultes et en­fants viennent créer, comme der­niè­re­ment les ate­liers de Le­go et le sous-sol est un es­pace mul­ti­fonc­tion où plu­sieurs évè­ne­ments peuvent être or­ga­ni­sés.

« Ce type de pro­jet n’est pas fa­cile à conce­voir, c’est un dé­fi opé­ra­tion­nel et au ni­veau de la concep­tion de l’es­pace. Il faut s’as­su­rer d’har­mo­ni­ser tous ces dif­fé­rents pro­jets sous un même toit. Mais nous sommes agréa­ble­ment sur­pris, car la com­mu­nau­té nous sup­porte am­ple­ment, il y a un vrai en­goue­ment», ex­plique M. O’Brien-Mi­ro.

(PHO­TO GRA­CIEU­SE­TÉ LE LI­VART)

Ou­vert de­puis oc­tobre 2016, le Li­vart pro­pose quatre pro­jets en un, tou­jours en met­tant en avant des ar­tistes d’ici.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.