Êtes-vous un bon « parent d’es­trade » ?

Le Plateau - - PETITES ANNONCES CLASSÉES -

D’abord, sa­chez que tout se joue dès l’ins­crip­tion de votre en­fant. Ce­lui-ci de­vrait être en­thou­siaste à l’idée de se joindre à une équipe spor­tive. Évi­tez donc les ins­crip­tions for­cées, même si vous rê­vez de voir votre fils évo­luer dans la Ligue na­tio­nale de ho­ckey ! Pour que le sport reste un jeu, il doit être pra­ti­qué dans la bonne hu­meur. De ce fait, il est pré­fé­rable de lais­ser votre en­fant choi­sir une dis­ci­pline qui lui plaît vrai­ment. Vous de­vez aus­si sa­voir tem­pé­rer les am­bi­tions de votre jeune ath­lète lorsque celles-ci de­viennent sources d’an­goisse ou de frus­tra­tion. Il est tout à fait nor­mal qu’il veuille per­for­mer et s’amé­lio­rer, et il est tout aus­si na­tu­rel de l’en­cou­ra­ger à per­sé­vé­rer. Tou­te­fois, rap­pe­lez-lui que le pre­mier ob­jec­tif, c’est de s’amu­ser ! La per­for­mance vient après et elle ne doit pas mi­ner sa bonne hu­meur… ni la vôtre!

Dans les gra­dins

Pour être un bon par­ti­san, veillez à res­ter op­ti­miste en toutes cir­cons­tances. Ap­plau­dis­sez lorsque les joueurs font de beaux coups et en­cou­ra­gez-les à ne pas aban­don­ner lorsque leur équipe tire de l’ar­rière. Évi­tez à tout prix d’ex­pri­mer votre co­lère ou votre frus­tra­tion : votre en­fant pour­rait croire qu’il vous dé­çoit. Vous ne vou­lez pas non plus qu’il fasse comme vous et qu’il pique une co­lère sur le ter­rain! Mon­trez plu­tôt l’exemple en re­con­nais­sant le ta­lent de l’équipe ad­verse lorsque celle de votre en­fant su­bit un re­vers, par exemple. Si ses joueurs ont rem­por­té le match, c’est sû­re­ment qu’ils ont bien per­for­mé ! In­vi­tez votre en­fant à les fé­li­ci­ter et faites de même. Ex­pli­quez-lui qu’il est nor­mal d’être dé­çu, mais qu’il pour­ra se re­prendre la pro­chaine fois. En­fin, gar­dez en tête qu’il s’agit de sport ama­teur. Le seul ré­sul­tat es­comp­té à la fin du match, c’est d’avoir eu du plai­sir!

À ne pas faire

Ne vous in­sur­gez pas contre les dé­ci­sions des ar­bitres ou celles des en­traî­neurs, ni pen­dant ni après la par­tie. Ce­la mi­ne­rait in­uti­le­ment leur cré­di­bi­li­té, et votre en­fant doit re­con­naître leur au­to­ri­té sur le ter­rain. Après tout, ce n’est qu’un jeu, et l’adulte, c’est vous !

Pour être un bon par­ti­san, res­tez op­ti­miste et en­cou­ra­gez les joueurs au lieu de les cri­ti­quer.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.