De vic­time à ac­cu­sée?

Le Progrès Weekend - - ACTUALITÉS - STÉ­PHANE BÉGIN

Jean-Mi­chel Boi­ly, un Chi­cou­ti­mien de 27 ans, a re­çu une sen­tence sus­pen­due de deux an­nées après avoir plai­dé cou­pable à des accu­sa­tions de voies de fait sur son ex-conjointe. Cette vic­time pour­rait ce­pen­dant su­bir les foudres de la jus­tice à son tour pour avoir pous­sé le bou­chon un peu trop loin. L’his­toire de Boi­ly re­monte à quelques mois dé­jà. Il avait si­gni­fié sa rup­ture avec la dame de 42 ans, mais celle-ci ne pou­vait se ré­soudre, semble-t-il, à vivre sans lui.

Sa­chant très bien que l’homme, dont les in­té­rêts étaient dé­fen­dus par Me Pierre Ga­gnon, ne pou­vait être en contact avec la plai­gnante à la suite d’une pre­mière plainte, celle-ci lui a tout de même don­né ren­dez-vous dans un res­tau­rant de Place du Royaume.

À peine as­sis, Boi­ly a re­çu les in­vec­tives de la dame, qui l’a trai­té de tous les noms. Il a dé­ci­dé de quit­ter la table. La plai­gnante l’a quand même sui­vi et a conti­nué de l’in­sul­ter.

À un mo­ment don­né, l’ac­cu­sé s’est tour­né et s’est di­ri­gé vers la dame. Il l’a prise par le der­rière du cou pour lui faire sa­voir qu’il en avait as­sez.

Im­mé­dia­te­ment, la vic­time s’est je­tée au sol.

Ra­pi­de­ment, elle a por­té plainte, al­lant jus­qu’à dire que son ex­con­joint l’avait frap­pée à coups de poing.

« Elle lui a tout sim­ple­ment ten­du un piège », a plai­dé Me Pierre Ga­gnon, lors d’une in­ter­ven­tion au­près du juge Mi­chel Bou­dreault, de la Cour du Qué­bec.

Jean-Mi­chel Boi­ly a été ar­rê­té et a ra­con­té sa ver­sion des faits aux po­li­ciers. Comme l’his­toire ne cor­res­pon­dait pas, les en­quê­teurs du Ser­vice de po­lice de Sa­gue­nay ont re­tra­cé les bandes vi­déo de la scène. Ils ont vu le geste de l’homme de prendre la dame par le cou, mais n’ont ja­mais re­mar­qué de coups de poing.

L’his­toire ne s’ar­rête ce­pen­dant pas là. Boi­ly s’est re­trou­vé at­ta­blé dans un bar de Chi­cou­ti­mi avec des amis lorsque la même plai­gnante s’y est pré­sen­tée. À sa sor­tie de l’éta­blis­se­ment, elle a dé­po­sé une plainte aux agents pour har­cè­le­ment cri­mi­nel et me­naces.

Les po­li­ciers ont en­quê­té et se sont aper­çus que l’ac­cu­sé n’avait ja­mais eu de contact avec la plai­gnante ce soir-là, ver­sion cor­ro­bo­rée par les amis de Boi­ly, qui se trou­vaient sur les lieux.

Le client de Pierre Ga­gnon a dé­ci­dé à son tour de por­ter plainte pour méfait pu­blic (fausse plainte), dos­sier qui est tou­jours à l’étude et qui pour­rait me­ner à des accu­sa­tions contre la dame.

Elle a aus­si fait par­ve­nir en­vi­ron 300 tex­tos en 48 heures à la nou­velle amie de coeur de Boi­ly afin de lui dé­peindre un por­trait peu flat­teur de son co­pain.

« La veille du pro­cès, elle a écrit à mon client lui di­sant qu’elle avait pris la dé­ci­sion de ne pas ve­nir té­moi­gner sou­hai­tant que les accu­sa­tions tombent contre M. Boi­ly. Elle vou­lait qu’il re­tire sa plainte à son en­droit. J’ai ap­pris que ce n’était que de la ma­ni­pu­la­tion, car elle n’avait ja­mais été convo­quée au tri­bu­nal pour té­moi­gner », a ex­pri­mé Me Ga­gnon.

La veille du pro­cès, elle a écrit à mon client lui di­sant qu’elle avait pris la dé­ci­sion de ne pas ve­nir té­moi­gner sou­hai­tant que les accu­sa­tions tombent contre M. Boi­ly. Elle vou­lait qu’il re­tire sa plainte à son en­droit. J’ai ap­pris que ce n’était que de la ma­ni­pu­la­tion, car elle n’avait ja­mais été convo­quée au tri­bu­nal pour té­moi­gner. — M Pierre Ga­gnon

Mal­gré tout, Jean-Mi­chel Boi­ly est le seul à avoir été pu­ni pour l’ins­tant. Il doit se te­nir tran­quille pour deux an­nées et ne plus avoir de contacts avec la dame. Et il n’en veut plus, a-t-il fait sa­voir.

Quant à la dame, la plainte a été dé­po­sée aux po­li­ciers de Sa­gue­nay et le dos­sier est à l’étude. L’af­faire pour­rait être trans­mise au Di­rec­teur des pour­suites cri­mi­nelles et pé­nales (DPCP) qui dé­ter­mi­ne­ra si des accu­sa­tions se­ront dé­po­sées.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.