QS pour­rait re­voir sa po­si­tion

Le Progrès Weekend - - ACTUALITÉS - JEAN-MARC SALVET

Qué­bec so­li­daire (QS) pour­rait re­voir sa po­si­tion sur la laï­ci­té et s’op­po­ser fi­na­le­ment à toute in­ter­dic­tion concer­nant le port de signes re­li­gieux chez les fi­gures de coer­ci­tion iden­ti­fiées par la Com­mis­sion Bou­chard-Tay­lor il y a 10 ans. À la de­mande d’as­so­cia­tions de cir­cons­crip­tion, Qué­bec so­li­daire s’en­gage dans une ré­flexion in­terne à ce su­jet, a ap­pris Le So­leil. Elle culmi­ne­ra lors d’un Con­seil na­tio­nal du par­ti qui se dé­rou­le­ra en mars. Il por­te­ra sur cette ques­tion qui ne cesse de faire dé­bat et sus­ci­ter des po­lé­miques, ici et ailleurs.

Ces as­so­cia­tions de cir­cons­crip­tion de QS es­timent que pro­po­ser d’in­ter­dire le port de signes re­li­gieux chez les juges, les po­li­ciers, les pro­cu­reurs de la Cou­ronne et les gar­diens des centres de dé­ten­tion du Qué­bec, comme le pré­co­ni­sait la Com­mis­sion Bou­chard-Tay­lor, va trop loin et brime les droits et li­ber­tés de la per­sonne.

C’est pour­tant la po­si­tion of­fi­cielle du par­ti de­puis de nom­breuses an­nées. En 2013, la dé­pu­tée Fran­çoise Da­vid, qui a quit­té la vie po­li­tique de­puis, avait pré­sen­té à l’As­sem­blée na­tio­nale un pro­jet de loi au nom de son par­ti vi­sant à in­ter­dire « le port de signes re­li­gieux chez les per­sonnes qui exercent un pou­voir de coer­ci­tion au nom de l’État (juges, po­li­ciers, pro­cu­reurs, gar­diens de pri­son) ».

De­puis, Qué­bec so­li­daire a tou­jours pré­sen­té cette po­si­tion comme un « com­pro­mis » sus­cep­tible de ral­lier les Qué­bé­cois. Le dé­sor­mais ex­gou­ver­ne­ment de Phi­lippe Couillard a ce­pen­dant tou­jours re­fu­sé d’al­ler jusque-là, tan­dis que le Par­ti qué­bé­cois et la Coa­li­tion ave­nir Qué­bec ont tou­jours pré­co­ni­sé d’al­ler plus loin – le par­ti de Fran­çois Le­gault a ajou­té à cette liste les en­sei­gnants des écoles pri­maires et se­con­daires du ré­seau pu­blic.

At­ten­tion ! , dit le dé­pu­té so­li­daire An­drés Fon­te­cil­la, res­pon­sable des dos­siers d’im­mi­gra­tion, d’in­ter­cul­tu­ra­lisme (et de lo­ge­ment) au sein de son par­ti. Rien ne per­met d’af­fir­mer à ce stade-ci que la po­si­tion du par­ti chan­ge­ra au terme de la ré­flexion et du dé­bat qui s’amorcent.

Mais c’est un fait qu’« on veut re­vi­si­ter toute cette ques­tion », dit-il.

COM­PRO­MIS VACILLANT

M. Fon­te­cil­la note que le « com­pro­mis » que vé­hi­cule son par­ti date main­te­nant de plu­sieurs an­nées et confesse qu’« on n’est plus cer­tain qu’il soit en­core va­lable ».

« Cer­taines de nos as­so­cia­tions consi­dèrent que le rap­port Bou­chard-Tay­lor consti­tue une po­si­tion dis­cri­mi­na­toire qui em­pêche cer­taines mi­no­ri­tés d’avoir ac­cès à cer­taines fonc­tions liées à l’État. On va faire le dé­bat pour voir ce que tous en pensent au sein du par­ti. »

Il n’y a pas que « des as­so­cia­tions » qui va­cillent. Les 10 dé­pu­tés de Qué­bec so­li­daire ne sont pas una­nimes sur la ques­tion du port de signes re­li­gieux.

Un autre in­ter­lo­cu­teur de QS a te­nu à faire re­mar­quer au So­leil que l’un des deux au­teurs du rap­port Bou­chard-Tay­lor, Charles Tay­lor, n’ap­puie lui-même plus les re­com­man­da­tions qu’il a faites en 2008.

STIG­MA­TI­SA­TION

Pour l’heure, Qué­bec so­li­daire est tou­te­fois una­nime à pour­fendre la vo­lon­té de la Coa­li­tion ave­nir Qué­bec d’in­ter­dire le port de signes re­li­gieux chez les en­sei­gnants. « On craint une stig­ma­ti­sa­tion des femmes mu­sul­manes por­tant le hi­jab, ex­plique An­drés Fon­te­cil­la. Ce­la nous pa­raît in­ac­cep­table et mau­vais pour le cli­mat so­cial d’al­ler dans cette di­rec­tion. »

« On est très pré­oc­cu­pés par cette vo­lon­té du gou­ver­ne­ment Le­gault, qui re­vien­drait à in­ter­dire à ces femmes le droit au tra­vail. Nous al­lons nous op­po­ser à toute ten­ta­tive de dis­cri­mi­ner qui que ce soit. »

AR­CHIVES LE SO­LEIL

Les 10 dé­pu­tés de Qué­bec so­li­daire ne sont pas una­nimes sur la ques­tion du port de signes re­li­gieux. À la de­mande d’as­so­cia­tions de cir­cons­crip­tion, le par­ti s’en­gage dans une ré­flexion in­terne à ce su­jet, ce qui pour­rait le me­ner à re­voir sa po­si­tion sur la laï­ci­té.—

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.