Cou­pure de postes à pré­voir chez Wa­ter­ville TG

Le Progres de Coaticook - - Actualités - Vincent.cliche@tc.tc

ÉCO­NO­MIE. L’en­tre­prise Wa­ter­ville TG sabre dans ses opé­ra­tions en éli­mi­nant une cin­quan­taine d'em­plois.

Les em­ployés concer­nés ont été avi­sés au cours des der­niers jours. « Cer­taines des mises à pied sont per­ma­nentes, tou­te­fois, la ma­jo­ri­té des mises à pied est de na­ture tem­po­raire puisque nous sommes en dé­mar­rage pro­gres­sif d’un nou­veau pro­gramme avec FCA (Fiat Chrysler Au­to­mo­biles) qui per­met­tra de conso­li­der un bon nombre de nos em­plois, et ce, pour une pé­riode de huit ans, ce qui est si­gni­fi­ca­tif dans le do­maine de l’au­to­mo­bile », in­dique la di­rec­trice gé­né­rale des res­sources hu­maines de l’en­tre­prise, Ma­rie-Douce Pel­le­rin.

Wa­ter­ville TG re­fuse ce­pen­dant d’éta­blir une cor­ré­la­tion entre cette nou­velle et le non-re­nou­vel­le­ment du contrat avec l’en­tre­prise BMW, au prin­temps der­nier. « On parle plu­tôt d’une fin de contrat pré­vue plus si­gni­fi­ca­tive avec un autre client, ju­me­lée à une baisse glo­bale des ventes du mar­ché au­to­mo­bile qui nous af­fecte », in­dique le pré­sident de l’en­tre­prise, Be­noit Té­treault.

L’en­tre­prise, qui compte des ins­tal­la­tions à Wa­ter­ville et Coa­ti­cook, no­tam­ment, em­ploie tout près de 1000 tra­vailleurs. Ces der­niers fa­briquent des bandes d’étan­chéi­té pour les au­to­mo­biles.

« UN­MO­MENT DIF­FI­CILE », DIT LA MAI­RESSE

La perte de ces em­plois re­pré­sente un mo­ment dif­fi­cile aux dires de la mai­resse de Wa­ter­ville, Na­tha­lie Du­puis. « Ce genre de nou­velles n’est ni agréable ni po­si­tif à en­tendre, fait- elle sa­voir. D’un autre cô­té, ce n’est pas la pre­mière fois que Wa­ter­ville TG doit com­po­ser avec ce pro­blème. Et, chaque fois, elle réus­sit à re­bon­dir, à ti­rer son épingle du jeu. »

« Les di­ri­geants sont tou­jours proac­tifs dans les me­sures à prendre, ra­joute-t- elle. Ils se­ront ca­pables de s’ajus­ter. »

AUTRE COUP DUR POUR WA­TER­VILLE

Une autre mau­vaise nou­velle s’est abat­tue sur la pe­tite mu­ni­ci­pa­li­té de Wa­ter­ville. De­puis lun­di, le Mar­ché Mo­rin a ces­sé ses ac­ti­vi­tés. Le com­merce, qui avait dé­mé­na­gé dans ses nou­veaux lo­caux de la rue Gos­se­lin il y a à peine un an, a dû prendre cette dé­ci­sion en rai­son de dif­fi­cul­tés fi­nan­cières.

La pre­mière ma­gis­trate re­fuse ce­pen­dant de bais­ser les bras. « On a dé­jà en­tre­pris des dé­marches afin d’in­té­res­ser cer­tains épi­ciers à re­prendre le flam­beau, note Mme Du­puis. À mon avis, il y a un énorme po­ten­tiel dans ce site. »

No­tons éga­le­ment que la sta­tion d’es­sence est fer­mée. Tou­te­fois, la phar­ma­cie du pe­tit centre com­mer­cial de­meure ou­verte. Le pro­prié­taire des lieux étant un en­tre­pre­neur.

LA CE­RISE SUR LE SUN­DAE

Ja­mais deux sans trois, dit un vieux dicton. Le site où se trouve le pia­no pu­blic, der­rière l’hô­tel de ville de Wa­ter­ville, a été van­da­li­sé. La housse pro­tec­trice de l’ins­tru­ment, qui est de cou­leur jaune vif, au­rait même été vo­lée. « J’ai beau­coup de dif­fi­cul­té à croire qu’elle se­rait par­tie au vent », ré­sume la mai­resse, Na­tha­lie Du­puis.

« Si on ne la re­trouve pas, on de­vra re­mi­ser le pia­no plus tôt, pour ne pas qu’il soit en­dom­ma­gé par Dame na­ture. »

(Pho­to gra­cieu­se­té)

L’en­tre­prise Wa­ter­ville TG em­ploie tout près de 1000 tra­vailleurs.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.