Hu­mour et poé­sie à la sauce Da­vid Gou­dreault

Le Progres de Coaticook - - Culture - VINCENT CLICHE vincent.cliche@tc.tc

SPEC­TACLE. Da­vid Gou­dreault dit res­sen­tir un at­ta­che­ment pro­fond à Saint-Ve­nant-dePa­quette. Voi­là pour­quoi l’ar­tiste dé­bu­te­ra la tour­née de son nou­veau spec­tacle « Au bout de ta langue » au Mu­sée-église de la pe­tite mu­ni­ci­pa­li­té, le 23 sep­tembre pro­chain.

« J’ai Saint-Ve­nant au coeur du coeur, phi­lo­sophe le maître de la plume. J’ai aus­si beau­coup d’amour pour cet en­droit où j’ai vé­cu de beaux mo­ments, no­tam­ment en ra­me­nant la Nuit de la poé­sie l’an der­nier. C’est aus­si ici que j’ai écrit une par­tie du nou­veau spec­tacle. C’était donc char­gé de sens de le dé­bu­ter à Saint-Ve­nant. »

« Les gens font preuve d’une belle ou­ver­ture d’es­prit pour la culture et la poé­sie », pour­suit-il.

Da­vid Gou­dreault dé­crit sa nou­velle offre comme de l’hu­mour de­bout, ver­sion fran­ci­sée du terme « stand-up », et de la poé­sie « drette ». « J’of­fri­rai des nu­mé­ros qui tournent au­tour de la lit­té­ra­ture et de l’im­por­tance qu’ont la lec­ture et l’écri­ture dans ma vie. Je re­vi­si­te­rai aus­si de grandes oeuvres, tout en fai­sant une place au slam et à la per­for­mance scé­nique. Le tout, avec un peu d’hu­mour. Si les gens ne rient pas, je di­rai que c’est de la poé­sie », ri­gole-t-il.

Cette nou­velle aven­ture le pro­pul­se­ra éga­le­ment en ter­rain in­con­nu puisque ce se­ra la pre­mière fois que Da­vid Gou­dreault se re­trou­ve­ra seul sur une scène, sans l’ap­pui de mu­si­ciens.

Les pre­mières pa­roles se­ront en­ten­dues à 20 h 30.

PRO­JETS LIT­TÉ­RAIRES

La tour­née « Au bout de ta langue » le tien­dra oc­cu­pé jus­qu’au prin­temps pro­chain. Entre temps, Da­vid Gou­dreault dit avoir en­core le temps à consa­crer à cer­tains pro­jets d’écri­tures. D’ailleurs, quelques ro­mans sont « en chan­tier ». Son per­son­nage de la Bête, is­su de la po­pu­laire tri­lo­gie du même nom, pour­rait-il re­ve­nir ? « Mal­heu­reu­se­ment, dit-il, ca­té­go­rique. Je ne veux pas res­ter pris avec ce per­son­nage pour tou­jours. Je pré­fère lais­ser mes lec­teurs sur leur faim plu­tôt que d’éti­rer la sauce. Tou­te­fois, je re­vi­si­te­rai cet uni­vers « hu­mo­ris­ti­co­trash » dans d’autres livres. »

Heu­reu­se­ment, la Bête se­ra bien­tôt pu­bliée en France ain­si qu’au Ca­na­da an­glais, en plus de faire les frais d’une adap­ta­tion au grand écran, réa­li­sée par Si­mon Sau­vé, la­quelle de­vrait être tour­née à Sher­brooke.

No­tons éga­le­ment que Da­vid Gou­dreault est le porte-pa­role du dic­tion­naire Usi­to, dé­ve­lop­pé à l’Uni­ver­si­té de Sher­brooke. « On se doit d’être fier du fran­çais qu’on parle, ex­plique-t-il. Long­temps, on nous a dit qu’on par­lait mal. Au contraire, on le parle très bien. C’est ça, notre iden­ti­té qué­bé­coise. »

(Pho­to gra­cieu­se­té)

Da­vid Gou­dreault mon­te­ra sur les planches du Mu­sée-église de Saint-Ve­nant-de-Pa­quette, le 23 sep­tembre pro­chain.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.