L’ef­fi­ca­ci­té des ser­vices in­cen­die sou­li­gnée dans la ré­gion

Le Progres de Coaticook - - La Une - VINCENT CLICHE vcliche@le­progres.net

BI­LAN. L’en­semble des trois ser­vices in­cen­die de la grande ré­gion de Coa­ti­cook sont do­tés d’une grande ef­fi­ca­ci­té tout en coû­tant moins cher que dans des mu­ni­ci­pa­li­tés de même taille.

Voi­là ce qui res­sort du rap­port an­nuel en sé­cu­ri­té in­cen­die de la MRC de Coa­ti­cook, le­quel a été ré­cem­ment dé­po­sé aux élus de la Val­lée.

En ré­su­mé, les trois ser­vices in­cen­die, soit ceux de Coa­ti­cook, Comp­ton et Wa­ter­ville, coûtent en­vi­ron 56 $ par ci­toyen. Si on les com­pare à d’autres groupes des­ser­vant des mu­ni­ci­pa­li­tés entre 5000 et 25 000 ha­bi­tants, ils se re­trouvent bien de­çà de la moyenne pro­vin­ciale, qui se si­tue à 90,75 $ par ci­toyen. « Pour la qua­li­té du ser­vice que nous avons, ça ne nous coûte pas trop cher », men­tionne le res­pon­sable des dos­siers de sé­cu­ri­té à la MRC de Coa­ti­cook et maire de Sainte-Ed­widge-de-Clif­ton, Ber­nard Ma­rion.

Au cours de l’an­née 2017, 265 in­ter­ven­tions des pom­piers ont été re­cen­sées sur le ter­ri­toire des­ser­vi par les trois ser­vices in­cen­die. Sur ce nombre, 46 l’ont été pour com­battre les flammes. No­tons que le nombre d’in­ter­ven­tions est en hausse de 16 % par rap­port à l’an der­nier. « Nos ser­vices sont de plus en plus uti­li­sés en si­tua­tion d’ur­gence, comme dans le cas d’ac­ci­dents de la route. Ça peut ex­pli­quer en par­tie le fait qu’on sort de plus en plus sou­vent », note le co­or­don­na­teur en sé­cu­ri­té in­cen­die de la MRC de Coa­ti­cook, Jo­na­than Gar­ceau.

LES POM­PIERS SUR LES LIEUX EN 12 MI­NUTES

Somme toute, les pom­piers peuvent ar­ri­ver en un peu plus de 12 mi­nutes sur le site d’un in­cen­die, lors­qu’ils re­çoivent l’ap­pel de la cen­trale, qui elle, prend en­vi­ron une mi­nute à contac­ter le bon ser­vice lors­qu’elle re­çoit l’ap­pel du 9-1-1. Bien qu’on ait pris un lé­ger re­tard com­pa­ra­ti­ve­ment à l’an­née pré­cé­dente, le temps de dé­ploie­ment sa­tis­fait le maire Ma­rion. « Il ne faut pas ou­blier que l’en­semble de nos pom­piers sont à temps par­tiel, in­dique-t-il. Je trouve ça quand même cor­rect vu la gran­deur de notre ter­ri­toire et du fait que nous avons des routes dis­pa­rates. »

LES FAUSSES ALERTES DANS LE VI­SEUR

Au cours de la der­nière an­née, les pom­piers de la MRC ont ef­fec­tué 1329 vi­sites dans les ré­si­dences et dans les lieux à haut risque, at­tei­gnant ain­si un ob­jec­tif fixé il y a quelques an­nées.

Ces sor­ties sont im­por­tantes aux yeux du co­or­don­na­teur Jo­na­than Gar­ceau, car elles peuvent pré­ve­nir les flammes, mais aus­si faire pen­ser les pro­prié­taires de sys­tèmes en tout genre de bien les en­tre­te­nir. « Mal­heu­reu­se­ment, un peu moins de 20 % de nos sor­ties l’an der­nier l’ont été pour des fausses alarmes, ex­plique-t-il. C’est la pre­mière fois en huit ans qu’on passe sous la barre des 20 %. On a tra­vaillé fort de­puis plu­sieurs an­nées sur ce point, mais je pense qu’on de­vrait être à 5 %. On sou­haite res­pon­sa­bi­li­ser les pro­prié­taires de ces sys­tèmes de bien les en­tre­te­nir. »

(Pho­to gra­cieu­se­té)

Les trois ser­vices in­cen­die de la grande ré­gion de Coa­ti­cook ont dres­sé un bi­lan po­si­tif de la der­nière an­née.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.