Per­ry MacKin­non capte l’at­ten­tion de Cor­nell

Le Progres de Coaticook - - Actualités - VINCENT CLICHE vcliche@le­progres.net

COURSE. Per­ry MacKin­non pour­rait bien en­re­gis­trer ses ex­cel­lentes per­for­mances sur des pistes de course amé­ri­caines, et ce, dès l’an pro­chain. L’ath­lète de Barns­ton-Ouest a ef­fec­ti­ve­ment cap­té l’at­ten­tion de l’Uni­ver­si­té Cor­nell, l’une des plus pres­ti­gieuses mai­sons d’enseignement au pays de l’Oncle Sam.

Pour le mo­ment, rien n’est of­fi­ciel, mais le jeune homme de 20 ans est confiant de pour­suivre son par­cours uni­ver­si­taire aux ÉtatsU­nis. C’est d’ailleurs quelque chose qu’il pré­pare de­puis un bon p’tit bout de temps. «Tout ça a com­men­cé lorsque je leur ai écrit une lettre, l’an der­nier, leur mon­trant mes in­ten­tions de me joindre au pro­gramme, se sou­vient-il. L’en­traî­neur m’a en­suite in­vi­té à vi­si­ter l’uni­ver­si­té et j’ai vrai­ment ai­mé le cam­pus et le pro­gramme d’ath­lé­tisme et de course.»

D’autres uni­ver­si­tés ont aus­si dé­mon­tré de l’in­té­rêt en­vers Per­ry MacKin­non, dont Guelph, en On­ta­rio, l’Uni­ver­si­té La­val ain­si que l’Uni­ver­si­té de Sher­brooke. Tou­te­fois, l’his­toire et la ré­pu­ta­tion de l’éta­blis­se­ment amé­ri­cain ont fait pen­cher la ba­lance en sa fa­veur. «Cor­nell est une école ré­pu­tée, un éta­blis­se­ment de la ‘’Ivy League’’. Elle évo­lue dans le cir­cuit NCAA, et ça, c’est très in­té­res­sant pour moi. Les com­pé­ti­tions y sont de ca­libre su­pé­rieur et ça va cer­tai­ne­ment me per­mettre de me sur­pas­ser.»

N’ou­blions pas son pro­gramme d’études, soit une maî­trise en agroé­co­no­mie. «Lorsque Cor­nell a été fon­dée, c’était une école d’agri­cul­ture, note l’ath­lète. Ça me parle, car, plus tard, j’ai­me­rais bien re­prendre la ferme fa­mi­liale [si­tuée à Way’s Mills]. Si ça ne fonc­tionne pas, puis­qu’il y a beau­coup de mou­ve­ments en agri­cul­ture, je pour­rai tout de même tra­vailler dans une banque ou en­core pour une autre en­tre­prise en lien avec l’agri­cul­ture, grâce à mes études.»

DI­REC­TION FIN­LANDE ET RÊVE OLYM­PIQUE

Per­ry MacKin­non s’est en­vo­lé ces der­niers jours pour la Fin­lande, un voyage per­son­nel, où il join­dra l’utile à l’agréable en par­ti­ci­pant à deux courses.

Là-bas, il pen­se­ra cer­tai­ne­ment à Cor­nell, à savoir s’il re­joint la pres­ti­gieuse uni­ver­si­té l’hi­ver pro­chain ou en­core à l’au­tomne 2019. Si l’op­tion plus tar­dive est celle qu’il choi­sit, il a un plan pour son an­née sab­ba­tique. «J’ai­me­rais al­ler au Ke­nya, en Afrique, pour m’en­traî­ner avec un ami qui rêve des Olym­piques», lance-t-il.

Les Jeux, pour lui, est-ce aus­si le but ul­time? «Bien sûr que oui, songe-t-il, un sou­rire ac­cro­ché au vi­sage. Tou­te­fois, la course, c’est une étape à la fois. Je per­forme bien au Qué­bec et je com­mence à le faire aus­si au Ca­na­da. J’ai des temps res­pec­tables qui me per­met­tront de me qua­li­fier à de grandes courses aux États-Unis. Si ça va bien, là, je pour­rai rê­ver aux Olym­piques. J’ai en­core beau­coup de che­min à faire.»

(Pho­to gra­cieu­se­té – Ca­leb Gin­gras)

Per­ry MacKin­non pour­rait pour­suivre son par­cours uni­ver­si­taire du cô­té des ÉtatsU­nis.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.