« Ç’a été la course la plus dif­fi­cile à la­quelle j’ai par­ti­ci­pé »

Le Progres de Coaticook - - Sports -

EN­DU­RANCE. Le Triath­lon Ex­trême Ca­na­da Man/Wo­man de Lac-Mé­gan­tic a pro­ba­ble­ment été l’épreuve la plus dif­fi­cile que Ke­vin Blouin a dû sur­mon­ter.

On peut fa­ci­le­ment le com­prendre. Après tout, di­manche der­nier (8 juillet), le spor­tif coa­ti­coo­kois s’est at­ta­qué à un dé­fi du moins co­los­sal : 3,8 km de nage sur la lac Mé­gan­tic, 180 km de vé­lo sur la route des Som­mets et 42 km de course sur route et sen­tiers, le tout sur un dé­ni­ve­lé po­si­tif to­tal d’en­vi­ron 4000 mètres.

Mal­gré quelques em­bûches, il a ter­mi­né le par­cours avec un chro­no­mètre de 17 h 28m, quelque peu der­rière l’ob­jec­tif de 15 heures qu’il s’était fixé avant d’en­tre­prendre ce chal­lenge. « Je suis vrai­ment sa­tis­fait de mon ré­sul­tat, a in­di­qué le ma­ra­tho­nien. Si on re­garde les sta­tis­tiques de mon der­nier Iron­man, j’ai quand même été ca­pable d’al­ler re­tran­cher 21 mi­nutes de mon temps. »

« Dé­fi­ni­ti­ve­ment, ç’a été la course la plus dif­fi­cile à la­quelle j’ai par­ti­ci­pé », avoue-t-il.

La nage s’est re­la­ti­ve­ment bien dé­rou­lée se­lon lui. Il a connu quelques ra­tés à vé­lo. « J’ai cas­sé ma chaîne au sep­tième ki­lo­mètre. Le temps de tout ré­pa­rer et de re­par­tir, j’ai per­du un peu de temps là-des­sus », si­gnale-t-il.

C’est tou­te­fois au par­cours de course à pied qu’il a connu le plus d’em­bûches. « Ce vo­let m’a vrai­ment ache­vé, dit-il sans ego. J’ai com­men­cé à cou­rir à 13 h 30, où le so­leil était à son plus fort. J’ai pris un bon coup de cha­leur dans les pre­miers cinq ki­lo­mètres. Ç’a donc été plus dif­fi­cile, plus éreintent par la suite. J’ai dû mar­cher les deux tiers du par­cours tel­le­ment j’étais fa­ti­gué. À la fin, je n’ar­ri­vais même pas à man­ger ni à boire. Ça n’al­lait vrai­ment pas bien. »

Heu­reu­se­ment, l’ath­lète coa­ti­coo­kois, qui s’est dit « pas mal ma­ga­né » au terme de cette course, s’en est re­mis. Et il sou­haite s’ins­crire à d’autres dé­fis du genre. « Je pense que ce qui me mo­tive le plus dans ces épreuves, c’est le fait d’avoir à pous­ser mes propres li­mites. Le dé­pas­se­ment de soi, c’est comme une drogue. Quand tu en fais un, tu veux en re­faire un autre plus dif­fi­cile. »

S’il y avait une clé pour ga­gner une épreuve, ce se­rait cer­tai­ne­ment la pré­pa­ra­tion. Ke­vin Blouin se pré­pare à une telle épreuve, comme celle du Triath­lon Ex­trême de Lac-Mé­gan­tic, de­puis des mois. « J’ai fait beau­coup de nage cet hi­ver avec le Club de triath­lon Mem­phré­ma­gog. Cô­té vé­lo, j’ai fait plu­sieurs sor­ties. J’ai aus­si un pe­tit « set-up » dans mon ga­rage où j’ai ins­tal­lé une té­lé près de mon ap­pa­reil. Tou­te­fois, j’aime mieux al­ler à l’ex­té­rieur, car trois heures en de­dans, ça peut être long. Fi­na­le­ment, il faut faire beau­coup de sor­ties et faire beau­coup de course sur route et sur sen­tier. Pour ma der­nière, je m’étais peut-être un peu trop fié sur mes ex­pé­riences pas­sées et ça m’a peut-être un peu nui dans ma per­for­mance. »

Pa­rions qu’il ne fe­ra pas deux fois la même « er­reur » pour sa pro­chaine épreuve, qui se­ra un triath­lon dans la ré­gion de Char­le­voix à la fin du mois de juillet. Sa par­ti­ci­pa­tion au Bro­mont Ul­tra, cet au­tomne, se­ra à confir­mer. ( V.C.)

(Pho­to gra­cieu­se­té)

Ke­vin Blouin se dit sa­tis­fait de son chro­no lors du Triath­lon Ex­trême de Lac-Mé­gan­tic.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.