« L’équipe ne ré­pond pas aux at­tentes qu’on s’était fixées »

Le Progres de Coaticook - - Culture Sports - VINCENT CLICHE vcliche@le­progres.net

BA­SE­BALL. Le Ro­cket South Shore de Coa­ti­cook entre dans le der­nier droit de la sai­son. Avec seule­ment six vic­toires, force est d’ad­mettre que la fiche n’est pas celle dont rê­vaient les di­ri­geants en pen­sant à leur cin­quième cam­pagne.

« C’est cer­tain qu’on est dé­çu, avance l’en­traî­neur de la for­ma­tion, Mike Goyette. Ça ne ré­pond pas à nos at­tentes. »

La prin­ci­pale fai­blesse du Ro­cket se trouve à l’at­taque. Les frap­peurs at­teignent une moyenne col­lec­tive au bâ­ton d’en­vi­ron ,230. « On a des ca­rences à ce ni­veau, confie Goyette. On ne score pas et ça met de la pres­sion sur nos lan­ceurs. Ça ne nous laisse pas une grande marge de ma­noeuvre, sur­tout dans une ligue où il n’est pas rare de voir une équipe faire 8, 10 ou en­core 12 points lors d’une ren­contre. »

Cô­té dé­fen­sive, « on offre des per­for­mances en dents de scie », croit l’en­traî­neur.

Au dé­but de la sai­son, le Ro­cket croyait être en me­sure d’of­frir entre 15 et 20 vic­toires à ses par­ti­sans. « Avec cette fiche, on au­rait pas­sé en sé­ries. C’est tou­jours pos­sible de le faire, mais il fau­dra tra­vailler très fort pour re­joindre Re­pen­ti­gny. »

Dans le der­nier droit de la sai­son, l’en­traî­neur Mike Goyette sait exac­te­ment quoi ses joueurs de­vront tra­vailler pour amé­lio­rer leur sort. « Il faut com­men­cer les matchs en force, dit-il avec aplomb. On a sou­vent ten­dance à être acu­lé au pied du mur avant de ré­agir. On ne peut pas se per­mettre ça, sur­tout en tant qu’équipe en bas de clas­se­ment. On est aus­si peu patient lors de cer­taines oc­ca­sions. On com­mence tou­jours les manches avec un ou deux re­traits. Mal­heu­reu­se­ment, il est dif­fi­cile de pro­vo­quer les choses par la suite. Chose cer­taine, il faut mar­quer des points. »

Les quelques matchs res­tants au ca­len­drier sont tous « pre­nables » aux dires de l’en­traî­neur. « Si on se pré­sente et qu’on joue, tout est pos­sible. Il faut sim­ple­ment que toutes les pièces du casse-tête soient réunies et que tout le monde tra­vaille en­semble. »

Mal­gré tout, Mike Goyette dit que l’am­biance au sein de l’équipe est bonne. « Les gars s’en­tendent tous bien en­semble et sont con­tents de ve­nir jouer à la balle à Coa­ti­cook. Ils ont une bonne at­ti­tude. C’est un cô­té po­si­tif de notre sai­son. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.