Des chan­ge­ments à ve­nir

Le Quotidien - - ACTUALITÉS - MY­RIAM GAU­THIER mgau­thier@le­quo­ti­dien.com

Le Site de la Nou­velle-France de­vrait connaître plu­sieurs chan­ge­ments dans les pro­chaines an­nées. Le plan stra­té­gique de l’en­droit se­ra re­vu cet au­tomne. Bri­gitte Si­mard, di­rec­trice gé­né­rale par in­té­rim du Site de la Nou­vel­leF­rance, a sou­li­gné le po­ten­tiel du site tou­ris­tique qui est beau­coup plus vaste que les sec­teurs ac­ces­sibles aux vi­si­teurs. Le ter­rain ap­par­tient d’ailleurs à la mu­ni­ci­pa­li­té de Saint-Fé­lix-d’Otis.

« Les terres sont gran­dioses, face au fjord et c’est un en­droit avec beau­coup de po­ten­tiel que nous avons l’oc­ca­sion de dé­ve­lop­per avec les gens de Saint-Fé­lix et du Bas-Sa­gue­nay », a-t-elle in­di­qué, ren­con­trée par Le Quo­ti­dien sur le site tou­ris­tique.

Plu­sieurs idées semblent dé­jà avoir ger­mé dans l’es­prit de l’équipe, mais Mme Si­mard pré­fère ne pas s’avan­cer sur les chan­ge­ments qui pour­raient être ap­por­tés. Chose cer­taine, les pro­jets à ve­nir ne visent pas à mettre le Site de la Nou­vel­leF­rance en com­pé­ti­tion avec les autres at­traits du Bas-Sa­gue­nay.

« Nous sommes le plus gros site du Bas-Sa­gue­nay, avec le Parc na­tio­nal du Fjord-du-Sa­gue­nay, et nous consta­tons que si ça va bien pour l’un, ça va bien pour l’autre et pour les autres en­droits tou­ris­tiques du sec­teur. Nous sommes in­ter­re­liés. »

Les chan­ge­ments de­vraient être vi­sibles dans les deux pro­chaines an­nées. L’en­droit, ou­vert au pu­blic de­puis 1993, après le tour­nage des films Robe noire, en 1990, et She­ha­weh, en 1992, est ame­né à ré­flé­chir aux fa­çons de dé­ve­lop­per l’en­droit, même si l’at­trait du site tou­ris­tique his­to­rique de­meure. « Les gens sont dif­fi­ciles, très pla­ni­fiés dans leurs ho­raires de va­cances et ils ont des stan­dards éle­vés, ce qui est une bonne chose, puisque ça tire tout le monde vers le haut », a sou­li­gné Mme Si­mard, qui agit aus­si comme agente de dé­ve­lop­pe­ment et res­pon­sable des com­mu­ni­ca­tions pour Saint-Fé­lix-d’Otis.

Les amou­reux des che­vaux le ré­pètent : la re­la­tion entre l’hu­main et le che­val est puis­sante. Le spec­tacle équestre Les Filles de la fo­rêt pré­sen­té sur le Site de la Nou­velle-France, à Saint-Fé­lixd’Otis, rap­pelle la fas­ci­na­tion que peut sus­ci­ter ce lien entre l’homme et la bête, mais aus­si le lien his­to­rique du ma­jes­tueux ani­mal avec nos com­mu­nau­tés.

Le spec­tacle qui s’adresse aux fa­milles est pré­sen­té pour une deuxième an­née consé­cu­tive. La créa­tion de la com­pa­gnie Lu­na Ca­bal­le­ra pro­pose une for­mule in­ti­miste, dans le théâtre du site tou­ris­tique, où les spec­ta­teurs se trouvent à quelques mètres de l’aire de spec­tacle cir­cu­laire en sable qui ac­cueille les per­for­mances des che­vaux et des ar­tistes.

Les Filles de la fo­rêt al­lie théâtre, arts du cirque, pro­jec­tion et jeux d’ombre dans une suc­ces­sion de courts échanges entre les per­son­nages et de per­for­mances sur trame mu­si­cale met­tant en ve­dette les che­vaux de dif­fé­rentes races.

L’his­toire prend comme point de dé­part un frère et une soeur qui re­plongent dans leurs sou­ve­nirs d’en­fance en re­vi­vant un conte que leur ra­con­tait leur grand-père. Deux hé­roïnes s’y donnent pour mis­sion de ra­me­ner les che­vaux dans leur vil­lage. Les ani­maux avaient fui et trou­vé re­fuge dans la fo­rêt après avoir été mal­trai­tés.

Les ha­bi­tants du vil­lage re­grettent alors amè­re­ment la perte de leurs com­pa­gnons équestres, qui leur ser­vaient d’ani­mal de tra­vail, de moyen de trans­port et de com­pa­gnon. Al­lez sa­voir si ce­la était vou­lu par l’au­teur Mar­tin Gi­guère, mais une telle mise en contexte cadre tout à fait avec le site sur le­quel est pré­sen­té le spec­tacle, un site tou­ris­tique his­to­rique qui rap­pelle la vie quo­ti­dienne du 17e siècle en Nou­velle-France, où le che­val était un ani­mal es­sen­tiel dans la vie des co­lons.

C’est donc dans le but de ra­me­ner les che­vaux au vil­lage que les deux jeunes femmes, jouées par Ca­ro­line Ro­che­fort et Ma­rianne Hébert, dé­cident de par­tir à leur re­cherche dans la fo­rêt et d’af­fron­ter une sor­cière, sous les conseils d’un vieillard in­car­né par Pa­trice Le­blanc. Un per­son­nage d’ailleurs in­ter­pré­té avec brio et qui sait faire rire les en­fants.

De la mi­mique des per­son­nages aux ré­pliques, le spec­tacle d’un peu plus d’une heure a été pen­sé pour les fa­milles. Des adultes seuls qui s’y pré­sen­te­ront pour­ront être dé­çus, à moins de vou­loir re­trou­ver leur coeur d’en­fant.

Les per­for­mances avec les che­vaux — toutes réa­li­sées par des ar­tistes fé­mi­nines — sus­citent tan­tôt l’émo­tion, à voir la grâce des ani­maux et la dou­ceur du lien qui unit les bêtes et les ar­tistes, tan­tôt l’ad­mi­ra­tion lors de l’exé­cu­tion de cer­taines acro­ba­ties. No­tons à ce cha­pitre la che­vau­chée, de­bout sur deux po­neys, un pied sur chaque selle, qui a im­pres­sion­né la cin­quan­taine de spec­ta­teurs qui se trou­vaient à la re­pré­sen­ta­tion à la­quelle a as­sis­té Le Quo­ti­dien la se­maine der­nière.

On peut dire la même chose du nu­mé­ro de tra­pèze de l’acro­bate aé­rienne Va­lé­rie Ville­neuve en mi­lieu de spec­tacle et le nu­mé­ro de clô­ture de tis­su aé­rien, tout en grâce, qui lui ont va­lu des ap­plau­dis­se­ments.

Si le pu­blic était dis­cret pen­dant la re­pré­sen­ta­tion, ne vou­lant peu­têtre pas bri­ser la concen­tra­tion des ar­tistes et des che­vaux, plu­sieurs n’ont pas hé­si­té à s’ex­cla­mer po­si­ti­ve­ment lors de la sor­tie.

Une ving­taine de re­pré­sen­ta­tions du spec­tacle Les Filles de la fo­rêt, don­nées à 11 h, sont en­core à ve­nir en juillet et en août.

LE PRO­GRÈS, MY­RIAM GAU­THIER — PHO­TO

Aline Thi­beault, res­pon­sable des opé­ra­tions du Site de la Nou­velle-France, Mo­nique Trem­blay, qui in­carne une Amé­rin­dienne, et Bri­gitte Si­mard, di­rec­trice gé­né­rale par in­té­rim, posent ici de­vant une mai­son longue.

— AR­CHIVES LE QUO­TI­DIEN, MARIANE L. ST-GELAIS

Les nu­mé­ros de l’acro­bate aé­rienne Va­lé­rie Ville­neuve, qui in­carne le per­son­nage Ma­dame Rose, sont tout en grâce.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.