Ses ra­vis­seurs le battent et me­nacent de le brû­ler

Le Quotidien - - ACTUALITÉS - ISA­BELLE MA­THIEU Le­so­leil

Ra­phaël Tremblay et deux com­plices au­raient or­ga­ni­sé une sordide ven­geance contre un in­di­vi­du qu’ils me­na­çaient de brû­ler vif, rien de moins. Le jeune homme de 20 ans a ten­té en vain lundi d’être en­voyé en thé­ra­pie fer­mée du­rant les pro­cé­dures.

Après avoir en­ten­du les faits et les an­té­cé­dents ju­di­ciaires de Tremblay, le juge Re­né de la Sa­blon­nière a es­ti­mé que la pro­tec­tion du pu­blic com­man­dait la dé­ten­tion pro­vi­soire.

Se­lon la po­lice, Tremblay, ac­com­pa­gné de Dave Mar­tin, 19 ans, et Alexan­dra Le Ma­dec, 25 ans, ont en­le­vé un homme de Beau­port le 18 mars der­nier.

Les en­quê­teurs croient que la cible avait une dette de drogue en­vers Tremblay. Ce der­nier ré­torque avoir plu­tôt agi par ven­geance parce que le Beau­por­tois l’avait vo­lé et at­ta­qué au poivre de Cayenne quelques se­maines plus tôt.

Quoi qu’il en soit, les trois in­di­vi­dus ont conduit leur vic­time jusque dans un ga­rage pri­vé de Pont-Rouge.

Ils l’ont li­go­tée sur une chaise, bat­tue à coups de pied de biche et lui ont mis un sac sur la tête.

Le mal­heu­reux a en­suite été as­per­gé d’es­sence.

Ra­phaël Tremblay est sor­ti du ga­rage après avoir or­don­né à Alexan­dra Le Ma­dec de frap­per le dé­te­nu au moindre mou­ve­ment.

La vic­time ca­gou­lée a per­du connais­sance et est tom­bée de sa chaise. La jeune femme l’au­rait alors bat­tue et au­rait me­na­cé de la faire brû­ler.

Le pro­prié­taire du ga­rage a pris le trio d’agres­seurs sur le fait. Il les a pour­chas­sés avec un ma­drier pen­dant que sa femme ap­pe­lait la po­lice.

Tremblay, Le Ma­dec et Mar­tin ont été ar­rê­tés ra­pi­de­ment. De­puis, Mar­tin a été li­bé­ré sous cau­tion tan­dis que Le Ma­dec, dé­te­nue du­rant les pro­cé­dures, a vu son pro­cès être fixé en sep­tembre.

JEUNE PA­PA

Ra­phaël Tremblay a vite per­du ses airs de dur lorsque la pro­cu­reure de la Cou­ronne, Me Mé­la­nie Tremblay, s’est mise à ré­su­mer l’en­lè­ve­ment.

En pleurs, le jeune homme a plai­dé qu’il avait lui-même été vic­time d’un rè­gle­ment de comptes et que sa conjointe, en­ceinte, avait été arrosée de poivre de Cayenne.

Se­lon Tremblay, le stress de de­ve­nir père à seu­le­ment 20 ans l’a pous­sé pro­gres­si­ve­ment à consom­mer à nou­veau des drogues dures comme l’hy­dro­mor­phone. Il avait pour­tant réus­si une thé­ra­pie fer­mée de cinq mois un peu plus tôt.

L’ac­cu­sé se dit dé­ci­dé à ré­gler son pro­blème de consom­ma­tion, qui l’amène à com­mettre des dé­lits, di­til. C’est pour­quoi il veut quit­ter la pri­son pour in­té­grer une nou­velle thé­ra­pie fer­mée longue de six mois.

Pour lui, mais sur­tout pour sa toute pe­tite fille, qu’il n’a ja­mais pu te­nir dans ses bras de­puis sa nais­sance, vu la dé­ten­tion.

«Ma conjointe me sup­porte, mais elle veut un père pré­sent, un père qui a toute sa tête», ex­plique Tremblay, entre deux san­glots.

Le juge Re­né de la Sa­blon­nière n’a pas vou­lu ac­ca­bler l’ac­cu­sé et a dit com­prendre son pas­sé dif­fi­cile. Il a tou­te­fois sou­li­gné que l’ac­cu­sé avait fait la preuve, dans un pas­sé ré­cent, de son po­ten­tiel ex­plo­sif.

La thé­ra­pie de­vra donc at­tendre que l’ac­cu­sé en ait fi­ni avec la jus­tice.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.