Marc Mal­tais en co­lère contre le PQ

Le Quotidien - - ACTUALITÉS - LAURE GAGNON-TREMBLAY lga­gnon-tremblay@le­quo­ti­dien.com

Le conseiller ré­gio­nal de la Fé­dé­ra­tion des tra­vailleurs du Qué­bec (FTQ), Marc Mal­tais, est en co­lère contre le Par­ti qué­bé­cois (PQ), qu’il ac­cuse de faire du « ca­pi­tal po­li­tique » sur le dos des tra­vailleurs de l’État. M. Mal­tais ré­agis­sait ain­si à une pu­bli­ca­tion Fa­ce­book du Par­ti qué­bé­cois, qui avait par­ta­gé un ar­ticle du Jour­nal de Mon­tréal por­tant sur le sa­laire amas­sé par des ré­par­ti­teurs d’Hy­dro-Qué­bec en travaillant des heures sup­plé­men­taires, pu­blié jeu­di.

« Nous de­vons abo­lir les sa­laires dé­rai­son­nables dans le sec­teur pu­blic. Il n’est pas nor­mal qu’un ré­par­ti­teur d’Hy­dro-Qué­bec soit mieux ré­mu­né­ré que le plus haut fonc­tion­naire de l’État et que le pre­mier mi­nistre », peut-on lire dans la pu­bli­ca­tion du PQ.

D’après M. Mal­tais, l’ar­ticle montre très bien que si les tra­vailleurs d’Hy­dro-Qué­bec ont pu presque tri­pler leur sa­laire en heures sup­plé­men­taires, c’est que les di­ri­geants ont été pris par sur­prise par plu­sieurs dé­parts à la re­traite, entre autres élé­ments. « C’est la res­pon­sa­bi­li­té d’Hy­dro-Qué­bec si les tra­vailleurs ont dû faire des heures sup­plé­men­taires. En fait, je crois qu’on est même chan­ceux que des per­sonnes aient choi­si de pas­ser moins de temps avec leur fa­mille pour rem­plir un em­ploi né­ces­saire. On est chan­ceux que cer­taines per­sonnes aient vou­lu tra­vailler 16 h par jour ! », a af­fir­mé M. Mal­tais, en en­tre­vue té­lé­pho­nique avec Le Quo­ti­dien, jeu­di en soi­rée.

Le conseiller ré­gio­nal avait tout d’abord ré­agi sur Fa­ce­book, un peu plus tôt. « De la ré­cu­pé­ra­tion mi­nable du PQ [...] Je suis in­dé­pen­dan­tiste jus­qu’à la moelle, mais quand je vois ces écoeu­ran­te­ries de la part du PQ je ful­mine », a-t-il écrit sur sa page.

M. Mal­tais men­tionne éga­le­ment que pour lui, il n’y a pas de sous­mé­tiers, con­trai­re­ment au PQ, qui

«On di­rait que c’est une stra­té­gie po­li­tique d’al­ler ta­per sur les tra­vailleurs de la fonc­tion pu­blique, pour al­ler cher­cher l’élec­to­rat de la Coa­li­tion ave­nir Qué­bec (CAQ), en di­sant qu’il y a trop de fonc­tion­naires.»

semble vou­loir dire qu’un ré­par­ti­teur n’a pas la même va­leur qu’un haut fonc­tion­naire. « C’est un em­ploi es­sen­tiel. Je ne pense pas qu’il y ait de sous-mé­tiers. S’il n’y avait plus de per­sonnes pour le faire, comme s’il n’y avait plus de concierges, je crois que les hauts fonc­tion­naires re­mar­que­raient la dif­fé­rence. On a be­soin de ces gens pour faire ces mé­tiers », a-t-il as­su­ré.

Se­lon lui, ce commentaire du PQ ne semble pas être une er­reur de com­mu­ni­ca­tion, mais res­semble plu­tôt à une stra­té­gie po­li­tique. « On di­rait que c’est une stra­té­gie po­li­tique d’al­ler ta­per sur les tra­vailleurs de la fonc­tion pu­blique, pour al­ler cher­cher l’élec­to­rat de la Coa­li­tion ave­nir Qué­bec (CAQ), en di­sant qu’il y a trop de fonc­tion­naires. J’ai l’im­pres­sion que le PQ se tasse de plus en plus vers la droite, sur­tout de­puis que l’al­liance avec Qué­bec so­li­daire n’a pas fonc­tion­né. On est en pé­riode pré­élec­to­rale, avec les élec­tions l’an­née pro­chaine, et ça pa­raît », a men­tion­né Marc Mal­tais.

Le conseiller ré­gio­nal de la FTQ compte in­ter­pel­ler les dé­pu­tés pé­quistes de la ré­gion pen­dant les pro­chains jours, pour dis­cu­ter avec eux de cet en­jeu en par­ti­cu­lier. « Je suis in­dé­pen­dan­tiste. Je suis membre de Qué­bec so­li­daire et du Par­ti qué­bé­cois. Mais je n’ac­cepte pas ça », a conclu M. Mal­tais.

— AR­CHIVES LE QUO­TI­DIEN, GIMMY DESBIENS

Marc Mal­tais, conseiller ré­gio­nal du Sa­gue­nay–Lac-Saint-Jean de la Fé­dé­ra­tion des tra­vailleurs du Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.