Les ma­rion­nettes prennent l’air

Le Quotidien - - LA UNE - DA­NIEL CÔ­TÉ dcote@le­quo­ti­dien.com

Un vent d’au­tomne souf­flait sur le Parc de la Ri­vière-aux-Sables, ven­dre­di après-mi­di. Des nuages noirs lais­saient pla­ner la me­nace d’une on­dée, mais par­tout sur le site, on re­trou­vait des gens qui n’ac­cor­daient qu’une im­por­tance re­la­tive au cli­mat. Re­cou­pant toutes les tranches d’âges, avec une pointe mar­quée chez les moins de dix ans, ils te­naient à as­sis­ter aux pre­miers spec­tacles ex­té­rieurs of­ferts dans le cadre du Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal des arts de la ma­rion­nette à Sa­gue­nay. Le ciel jon­quié­rois a te­nu le coup, fi­na­le­ment, si bien qu’ils étaient des cen­taines à s’ag­glu­ti­ner, as­sis et de­bout, au­tour de la scène où a été don­née la pre­mière re­pré­sen­ta­tion de La four­mi­lite, une créa­tion de la com­pa­gnie qué­bé­coise Échan­tillon 23. For­mé de tiroirs en bois que les in­ter­prètes dé­placent à la ma­nière d’un jeu de blocs, le dé­cor po­sé sur la Place de la Fran­ci­té fut tour à tour un la­bo­ra­toire, le bu­reau d’un pré­sident fou, ain­si qu’une ville en proie à la pa­nique en rai­son de la pré­sence d’une four­mi géante.

L’his­toire est celle du pro­fes­seur Ben­si­kov, qui cherche un re­mède afin de gué­rir sa vieille mère. Il croit avoir échoué de nou­veau quand l’une de ses re­cettes se trouve en­ri­chie par l’ap­pa­ri­tion in­opi­née d’une four­mi. La vieille dame boit le pro­duit et de­vient hy­per­ac­tive, ath­lé­tique, un brin éner­vée, ce qui im­pres­sionne le mi­li­taire qui pré­side le pays. Il oblige le sa­vant à lui re­mettre son in­ven­tion, pre­mière étape de­vant me­ner à sa com­mer­cia­li­sa­tion sous le nom de Po­wer Punch.

Les pé­ri­pé­ties abondent, tou­jours re­haus­sées par de la mu­sique pro­ve­nant de l’Eu­rope de l’Est, sou­vent de fac­ture clas­sique. On se croi­rait dans la Syl­da­vie de Tin­tin, mais avec une touche fan­tas­tique illus­trée par la trans­for­ma­tion ex­trême de la mère, qui de­vient une énorme four­mi que même son fils ne peut plus rai­son­ner. Quant au dic­ta­teur, il a été mal ins­pi­ré de boire un peu de la po­tion ma­gique, puis­qu’il vit main­te­nant sé­pa­ré de son corps.

Le ton co­mique et les nom­breux re­bon­dis­se­ments ont amu­sé les adultes au même titre que les en­fants. Ils ont aus­si ap­pré­cié les trou­vailles vi­suelles émaillant le spec­tacle, comme la fois où l’un des in­ter­prètes - ils sont trois, tous très alertes - s’est cou­vert de tiroirs avant de cher­cher noise à la four­mi géante. On a aus­si pensé au film King Kong en voyant celle-ci en­tou­rée de deux mi­nus­cules avions, l’un pi­lo­té par la tête du pré­sident, l’autre par son corps.

Ce spec­tacle qui se­ra re­pris sa­me­di, à 13 h 30 et 19 h, consti­tue un pur di­ver­tis­se­ment, du théâtre exempt de toute no­tion pé­da­go­gique. La four­mi­lite dure une qua­ran­taine de mi­nutes et pour plu­sieurs, elle au­ra re­pré­sen­té le point de dé­part d’une sé­rie de re­pré­sen­ta­tions - toutes gra­tuites - don­nées par les troupes par­ti­ci­pant au fes­ti­val. Pour bâ­tir son propre cir­cuit, rien de plus simple. Il suf­fit de consul­ter l’ho­raire, puis de mar­cher d’une scène à l’autre en ne per­dant pas trop de temps. Les meilleures places s’en­volent ra­pi­de­ment.

— PHO­TO LE PRO­GRÈS, ROCKET LA­VOIE

Cette scène est l’une des plus spec­ta­cu­laires de La four­mi­lite. Elle montre un per­son­nage for­mé de tiroirs en bois aux prises avec une vieille dame trans­for­mée en four­mi géante à la suite d’une ex­pé­rience scien­ti­fique qui a mal tour­né. Cette pièce se­ra pré­sen­tée à nou­veau sa­me­di à 13h30 et 19h, au Parc de la Ri­vière-aux-Sables.

— PHO­TO LE PRO­GRÈS, ROCKET LAVOI

Temps frais ou pas, de nom­breuses per­sonnes ont as­sis­té à la re­pré­sen­ta­tion de La four­mi­lite don­née ven­dre­di après-mi­di, à Jon­quière.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.