Le cor­ni­chon du bon­heur

Le Quotidien - - D’UNE FILLE À L’AUTRE - MÉ­LA­NIE CÔ­TÉ mcote@le­quo­ti­dien.com

Connais­sez-vous Monsieur Cor­ni­chon? Pro­ba­ble­ment que non, mais ça vaut la peine d’en par­ler. Parce que der­rière ce per­son­nage que l’on peut suivre sur Fa­ce­book se cache une belle his­toire d’amour entre At­choum le clown et deux jeunes fans, les ju­melles Ta­nya et Sé­lé­na. Une des nom­breuses his­toires d’amour entre l’ar­tiste et ses ad­mi­ra­teurs, en fait. Parce qu’avec ses chan­sons, ses ren­contres et sa grande dis­po­ni­bi­li­té pour des «col­leux», At­choum sème beau­coup de bon­heur, dans beau­coup de pe­tits coeurs.

En près de deux dé­cen­nies, la grande soeur d’At­choum, Vé­ro­nique Ga­gné, a eu le temps d’ac­cu­mu­ler beau­coup d’ac­ces­soires et d’élé­ments de dé­cor uti­li­sés dans ses spec­tacles. Quand est ve­nu le temps de dis­po­ser du cor­ni­chon, uti­li­sé pour la chan­son Les Cor­ni­chons de Ni­no Fer­rer, elle a pensé aux ju­melles. Deux pe­tites filles de 10 ans du Lac-Saint-Jean qui la suivent de­puis qu’elles ont deux ans et avec qui elle a dé­ve­lop­pé une com­pli­ci­té par­ti­cu­lière.

«Elles se sont beau­coup confiées à moi à tra­vers les an­nées et elles m’écri­vaient sur ma page Fa­ce­book. At­choum est im­por­tante pour elles», m’a ra­con­té Vé­ro­nique Ga­gné.

Quand At­choum a lé­gué le cor­ni­chon à Ta­nya et Sé­lé­na, elle n’avait au­cune ar­rière-pen­sée. Mais les jours ont pas­sé et l’élé­ment de dé­cor s’est trans­for­mé en per­son­nage: Monsieur Cor­ni­chon a fait son ap­pa­ri­tion sur les ré­seaux so­ciaux. Dans une pis­cine, par exemple.

«‘‘C’est ma­lade’’, je me suis dit. Nous avons pensé à la page Fa­ce­book et à dif­fé­rentes mises en scène. On s’est par­lé sur Skype pour dé­ve­lop­per le pro­jet.»

De­puis, Monsieur Cor­ni­chon est al­lé à che­val, à la ferme, cueillir des fraises, au parc Mille lieux de la col­line, etc. Par la page Fa­ce­book, il per­met de faire dé­cou­vrir et de pro­mou­voir plu­sieurs ac­ti­vi­tés à faire avec des en­fants.

Ce pro­jet avec At­choum per­met donc aux jeunes filles de dé­ve­lop­per leur créa­ti­vi­té. Elles se font re­mar­quer, elles ex­pliquent qui est Monsieur Cor­ni­chon et prennent le temps de dis­cu­ter avec les autres en­fants, in­tri­gués par le per­son­nage. Et cette col­la­bo­ra­tion a même per­mis aux deux fillettes de connaître le se­cret qu’At­choum par­tage avec sa grande soeur.

«À Pâques, je les ai in­vi­tées dans ma loge et nous avons dis­cu­té. Je leur ai po­sé des ques­tions et j’ai dé­voi­lé mes secrets. Elles me voient main­te­nant d’un oeil dif­fé­rent. On se voit comme des com­plices.»

Après avoir dis­cu­té avec Ta­nya

et Sé­lé­na, je me suis ren­du compte que le pro­jet leur fait ef­fec­ti­ve­ment plai­sir. Ça s’en­tend dans leur voix. Et elles m’ont bien fait rire. «C’est une très bonne amie à moi, même si je suis très vieille! Ça me ra­mène en en­fance», a lan­cé Ta­nya, 10 ans, je rap­pelle, pre­nant soin d’ajou­ter qu’elle est la seule, avec sa soeur, à connaître son se­cret.

Sé­lé­na adore toutes les ac­ti­vi­tés qu’elle fait avec Monsieur Cor­ni­chon. Quand on s’est par­lé, les ju­melles par­taient en croi­sière avec le per­son­nage et elles se pro­met­taient une pe­tite ma­nu­cure avec le Cor­ni­chon, ré­sul­tat d’un ca­deau de fête re­çu der­niè­re­ment.

PAS LES SEULES

Ta­nya et Sé­lé­na ne sont pas les seules qui pro­fitent de la dis­po­ni­bi­li­té et de la gé­né­ro­si­té d’At­choum.

Au cours des der­nières an­nées, elle s’est no­tam­ment liée d’ami­tié avec la pe­tite Maé­lie, d’Al­ma, at­teinte d’une leu­cé­mie. Elles ont par­ta­gé beau­coup de beaux mo­ments et l’un d’entre eux a été le dé­voi­le­ment de la salle de jeux de Maé­lie et de sa grande soeur Ali­cia. Le pro­jet a été réa­li­sé en col­la­bo­ra­tion avec plu­sieurs en­tre­prises lo­cales ain­si qu’avec Jim & Jane Pro­duc­tions.

Et en tant que ma­man de deux jeunes filles de trois et sept ans, je dois vous dire que je suis aus­si té­moin, et sou­vent, du bon­heur don­né par At­choum. Après les spec­tacles, elle prend tou­jours le temps, et beau­coup de temps, pour ren­con­trer pa­tiem­ment tous ses fans qui at­tendent pour un câ­lin et un bi­sou. Ce qui m’im­pres­sionne le plus, c’est qu’à tra­vers toutes les ren­contres qu’elle fait, tous les en­fants qu’elle voit, elle réus­sit à se sou­ve­nir de cer­tains d’entre eux. Dont ma pe­tite Ro­sa­lie. Et vous n’ima­gi­nez pas à quel point elle repart la tête haute et fière de sa­voir qu’At­choum la connaît!

«Je m’en­nuie vrai­ment quand ça fait long­temps que je n’ai pas fait de spec­tacle. J’aime voir les en­fants rire de rien. Je n’ai qu’à le­ver la jambe et ils trouvent ça drôle! Pour eux, tout ce qu’At­choum fait est drôle. Mais le tra­vail com­mence beau­coup avec les pa­rents à la mai­son. C’est pour­quoi les câ­lins sont pleins d’amour et qu’ils ont plein d’his­toires à me ra­con­ter quand ils viennent me voir. Et là, je me sens heu­reuse.»

Les pe­tits du Sa­gue­nay-LacSaint-Jean ont été les pre­miers à pro­fi­ter du bon­heur se­mé par At­choum. Mais de­puis près de trois ans, elle ré­pand de plus en plus de sou­rires aux quatre coins du Qué­bec. Une dé­ci­sion dé­chi­rante, pour cette Gas­pé­sienne d’ori­gine, de quit­ter sa ré­gion d’adop­tion, mais né­ces­saire pour sa car­rière.

«Si le Sa­gue­nay était plus près de Mon­tréal, je ne se­rais pas par­tie. Mais je ne vou­lais pas avoir le re­gret de ne pas l’avoir fait.»

PHO­TO COURTOISIE

Cette se­maine, Ta­nya et Sé­lé­na ont pro­fi­té du beau temps pour ame­ner Monsieur Cor­ni­chon sur le ba­teau La Tour­née.—

— PHO­TO COURTOISIE

Ta­nya et Sé­lé­na posent en com­pa­gnie de Monsieur Cor­ni­chon... le cow-boy!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.