»

Le Quotidien - - SPORTS -

Après une an­née de mise à ni­veau au sein de l’équipe de ré­serve — la marche est haute entre le football uni­ver­si­taire ca­na­dien et la NFL —, Gi­guère vi­sait un poste lais­sé va­cant par la re­traite de Har­ri­son. Mais une frac­ture de la jambe a gâ­ché son au­tomne 2009, ce qui ne l’a pas em­pê­ché de jouer une ren­contre cette sai­son-là et d’être en uni­forme pour le Su­per Bowl, per­du 31-17 contre les Saints de La Nou­velle-Or­léans et Drew Brees.

Li­bé­ré après le camp d’en­traî­ne­ment de 2010, Gi­guère a en­suite ob­te­nu un es­sai in­fruc­tueux au­près des Ben­gals de Cin­cin­na­ti, avant d’in­té­grer l’uni­té d’en­traî­ne­ment des Giants de New York. C’est là qu’il a connu Eli. Mais une dé­chi­rure à l’aine en 2011 a mis un terme à son sé­jour au sud de la fron­tière.

«Eli ne dé­ci­dait pas des jeux. Il se fai­sait dire le jeu des lignes de cô­té et il l’ap­pe­lait. Il pou­vait chan­ger, il avait beau­coup d’au­to­no­mie, mais il y avait tou­jours un jeu qui lui était trans­mis», ex­plique Gi­guère, plus proche du ca­det Man­ning entre autres en âge, avec quatre ans et de­mi d’écart.

Il re­tient l’énorme pri­vi­lège d’avoir pu cô­toyer deux quarts-ar­rières d’aus­si haut ca­libre, sans doute le meilleur duo de frères de l’his­toire de la NFL. Gi­guère les a sou­vent ob­ser­vés en ac­tion, ja­mais en vain. «Il y a une rai­son pour­quoi ces gars­là ont été aus­si bons aus­si long­temps. Tout le ba­gage ac­quis en les re­gar­dant, je l’ap­porte en­core avec moi au­jourd’hui.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.