Des bons signes pour les frayères d’éper­lans dans le lac Saint-Jean En voie vers une ex­cel­lente an­née pour la mon­tai­son de oua­na­niches

Le Quotidien - - LA UNE - LOUIS TREM­BLAY

L’abon­dance de oua­na­niches dans les rivières per­met aux adeptes de pêche à la mouche d’ob­te­nir des ré­sul­tats ex­cep­tion­nels. C’est du moins la conclu­sion que l’on peut ti­rer à par­tir des ré­sul­tats ob­te­nus dans la ri­vière Mis­tas­si­ni qui dé­passent tout ce qui a été ob­ser­vé sur cette ri­vière de­puis l’ou­ver­ture de la pêche à la mouche en 2008. Se­lon les chiffres four­nis par le di­rec­teur gé­né­ral de la CLAP, le bio­lo­giste Marc Ar­cher, le suc­cès de pêche moyen a at­teint 1,29 cap­ture/jour-pê­cheur. Il s’agit de ré­sul­tats com­pa­rables à ceux ob­te­nus par les pê­cheurs sur la haute Ashuap­mu­shuan et la ri­vière Mé­ta­bet­chouane qui sont consi­dé­rées comme les deux meilleures zones de pêche à la mouche dans les tri­bu­taires du lac Saint-Jean. Il fau­dra at­tendre la fin de la sai­son afin de sa­voir si le suc­cès de pêche aug­men­te­ra dans ces deux zones qui ac­cueille­ront éga­le­ment beau­coup plus de sau­mons que pen­dant les autres an­nées. Il faut pré­ci­ser que les don­nées per­mettent d’éta­blir que le nombre de sau­mons qui re­montent l’Ashuap­mu­shuan est le double de ce­lui de la ri­vière Mis­tas­si­ni. La ri­vière Mé­ta­bet­chouane de­vrait éga­le­ment ac­cueillir plus de sau­mons dans les sites de fraie.

—PHO­TO LE QUO­TI­DIEN, LOUIS TREM­BLAY

Le pê­cheur Ma­thieu Blouin avait dé­jà à son ac­tif une oua­na­niche lors du pas­sage du Quo­ti­dien à la 2e chute de la ri­vière Mis­tas­si­ni.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.