Un quar­tier digne du fu­tur

Le Quotidien - - ACTUALITÉS - DO­MI­NIQUE GOBEIL dgo­beil@le­quo­ti­dien.com

Le quar­tier éco­lo­gique Sourceia se dé­ve­loppe à Saint-Fé­li­cien. Le pro­jet de 13 ré­si­dences met de l’avant les éner­gies vertes et les ini­tia­tives ré­gio­nales, comme la créa­tion de l’usine de pan­neaux pré­fa­bri­qués For­tis pour les murs des mai­sons à l’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique re­haus­sée. « Sourceia, c’est choi­sir son éner­gie lo­gique, ex­plique le pro­mo­teur Jé­rôme Si­mard. Et la meilleure éner­gie, c’est celle qu’on ne consomme pas. »

L’éco­no­mie d’éner­gie en chauf­fage pour­rait at­teindre 70 % par rap­port à une mai­son tra­di­tion­nelle. En plus des huit pan­neaux so­laires sur chaque uni­té et du chauf­fage par bio­masse, chaque dé­tail de concep­tion compte. Les mai­sons sont orien­tées d’est en ouest, pour que les vents puissent ra­fraî­chir l’in­té­rieur quand les fe­nêtres sont ou­vertes. Les ter­rains sont même dé­cou­pés en dia­go­nale par rap­port à la rue pour per­mettre cette orien­ta­tion. La pente du toit est cal­cu­lée pour que le so­leil ré­chauffe l’ha­bi­ta­tion en hi­ver lorsque l’astre est plus bas, mais que le mi­lieu de vie reste à l’ombre et au frais du­rant l’été. Même les murs ont leur im­por­tance pour éco­no­mi­ser l’éner­gie.

« Au lieu de la laine mi­né­rale, c’est une sorte de po­ly­sty­rène. C’est plus du­rable. Les pan­neaux struc­tu­rels iso­lants (SIP) ont un fort po­ten­tiel. L’usine ne va pas se li­mi­ter au quar­tier. On peut même al­ler vers les mar­chés agri­cole et com­mer­cial », avance M. Si­mard.

Pour le mo­ment, For­tis par­tage les mêmes ins­tal­la­tions que Construc­tion Pros­père, où la mai­son mo­dèle de Sourceia a été com­plè­te­ment construite et où le se­ront éga­le­ment les pro­chaines pro­prié­tés clés en main. L’usine de murs pré­fa­bri­qués de­vrait pou­voir en­trer en ac­ti­vi­té à la fin juillet. Il y au­ra aus­si une sy­ner­gie entre les deux en­tre­prises pour la main-d’oeuvre.

Au moins deux ache­teurs se sont dé­jà por­tés ac­qué­reurs des pro­prié­tés va­lant près de 200 000 $. Les ter­rains me­surent en­vi­ron entre 500 et 900 mètres car­rés. Les plans peuvent être mo­di­fiés se­lon les goûts. « C’est im­por­tant pour nous de ne pas dé­pas­ser ce prix, as­sure le pro­mo­teur. Si cer­tains vou­laient ache­ter une mai­son sans les pan­neaux so­laires puis­qu’ils coûtent cher, je ne la ven­drai pas. L’éner­gie so­laire fait par­tie du con­cept. »

Les pro­prié­taires au­ront la pos­si­bi­li­té de se connec­ter au ré­seau d’Hy­dro-Qué­bec en tant qu’au­to­pro­duc­teurs grâce aux pan­neaux so­laires. Le sur­plus d’élec­tri­ci­té pour­ra être ven­du à la so­cié­té d’État en échange de cré­dits lorsque les be­soins sont plus grands et que le so­leil n’est pas au ren­dez-vous, par exemple. Le for­fait men­suel per­met une cer­taine tran­quilli­té d’es­prit et en­lève la né­ces­si­té d’ache­ter une coû­teuse bat­te­rie.

« Les pan­neaux de­vraient suf­fire à ali­men­ter les ap­pa­reils élec­triques. Ce qui coûte le plus cher, c’est le chauf­fage, et le sys­tème de bio­masse s’en oc­cupe avec le plan­cher ra­diant », in­dique Jé­rôme Si­mard.

À l’en­trée du quar­tier, une pe­tite construc­tion abrite quatre bouilloires chauf­fées aux gra­nules. La res­source pro­vient de la bio­masse ré­si­duelle de l’in­dus­trie pro­duite à quelques ki­lo­mètres, ce qui ré­duit aus­si les émis­sions de CO2 pour le trans­port. L’eau chaude cir­cule en­suite à tra­vers un ré­seau entre les mai­sons, qui pos­sèdent leur propre sys­tème pour cal­cu­ler l’uti­li­sa­tion. Chaque pro­prié­taire paie­ra donc au pro­mo­teur le coût réel de ses be­soins.

Il est aus­si pos­sible d’in­té­grer la do­mo­tique aux pro­prié­tés. Un bloc de six condos de­vrait être construit se­lon la même idéo­lo­gie à l’au­tomne. Un parc se­ra éga­le­ment amé­na­gé près de la ri­vière.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.