Du beurre des États-Unis au coeur de l’ana­lyse

Le Quotidien - - ACTUALITÉS - LOUIS TREM­BLAY ltrem­blay@le­quo­ti­dien.com

Un lot de 700 tonnes de beurre im­por­té des États-Unis au dé­but de 2016 par la Com­mis­sion ca­na­dienne du lait est au coeur de l’ana­lyse dans l’en­quête me­née par l’Agence ca­na­dienne d’ins­pec­tion des ali­ments (ACIA) vi­sant à dé­ter­mi­ner les causes du rap­pel de trois marques de com­merce pro­duites par la Fro­ma­ge­rie St-Laurent de Saint-Bru­no.

L’ACIA avait pu­blié dans la pre­mière se­maine de juillet un com­mu­ni­qué of­fi­ciel pour le re­trait pré­ven­tif de cer­tains lots de beurre por­tant les marques Per­ron, Beurre du Lac, St-Laurent et St-Laurent Lé­ger et Nu­tri­nor. Se­lon l’agence, ces pro­duits pré­sen­taient un risque de pré­sence de la bac­té­rie Lis­te­ria mo­no­cy­to­genes à la suite de l’ana­lyse de l’agence. Cette bac­té­rie peut en­traî­ner des pro­blèmes de san­té graves et des risques par­ti­cu­liers pour les femmes en­ceintes.

Se­lon la porte-pa­role de la Com­mis­sion ca­na­dienne du lait, Chan­tal Paul, le beurre a été ven­du par la com­mis­sion à la Fro­ma­ge­rie St-Laurent à la fin de 2016. « Le beurre a été pro­duit en oc­tobre 2016 par l’un des plus im­por­tants pro­duc­teurs de beurre des États-Unis », ajoute la porte-pa­role.

Se­lon les in­for­ma­tions re­cueillies par Le Quo­ti­dien, la Fro­ma­grie St-Laurent a dû faire l’achat de beurre au­près de la Com­mis­sion ca­na­dienne du lait pour com­bler ses be­soins. Elle uti­lise le beurre en ques­tion qu’elle mé­lange à sa pro­duc­tion avant de pro­cé­der au re­mou­lage du pro­duit fi­ni et de l’em­bal­ler avec les éti­quettes des dif­fé­rentes marques de com­merce. Il s’agit d’un pro­cé­dé gé­né­ra­li­sé dans l’in­dus­trie lai­tière ca­na­dienne de­puis quelques an­nées alors qu’une seule usine peut pro­cé­der à la pré­pa­ra­tion et l’em­bal­lage de plu­sieurs marques de com­merce.

Dans la ré­gion, la Lai­te­rie de La Baie est un im­por­tant pro­duc­teur de beurre. L’en­tre­prise baie­ri­ve­raine com­mer­cia­lise sa marque l’Étoile d’Or et pro­duit une mul­ti­tude d’autres marques pour des en­tre­prises de l’ex­té­rieur de la ré­gion.

Dans le pré­sent cas, la Com­mis­sion ca­na­dienne du lait a im­por­té un lot de beurre d’un ex­por­ta­teur amé­ri­cain avec qui elle a des re­la­tions d’af­faires. La porte-pa­role men­tionne que la com­mis­sion a tou­jours en sa pos­ses­sion un cer­tain nombre de caisses de beurre qui a été mis à la dis­po­si­tion de l’ACIA dans le cadre de son en­quête. La com­mis­sion loue des en­tre­pôts et a des contrats avec les trans­por­teurs pour la dis­tri­bu­tion des pro­duits qu’elle doit im­por­ter pour com­bler la de­mande in­terne.

Tou­jours se­lon les in­for­ma­tions ob­te­nues par Le Quo­ti­dien, la Fro­ma­ge­rie St-Laurent au­rait fait par­ve­nir une mise en de­meure à la com­mis­sion. La porte-pa­role de l’or­ga­nisme a confir­mé la ré­cep­tion d’une cor­res­pon­dance de l’en­tre­prise de Saint-Bru­no sans tou­te­fois pré­ci­ser la na­ture de cette cor­res­pon­dance.

La réa­li­sa­tion de cette sé­rie de tests de­vrait per­mettre à d’iden­ti­fier la source de la bac­té­rie. La Com­mis­sion ca­na­dienne du lait s’as­sure qu’elle im­porte des pro­duits de qua­li­té ayant fait l’ob­jet de vé­ri­fi­ca­tion et se­lon Chan­tal Paul, le test de dé­tec­tion de la lis­té­riose fait par­tie des exi­gences de la com­mis­sion.

Par contre, il s’agit d’im­por­ta­tion de mil­liers de tonnes de beurre par an­née de­puis quelques an­nées sub­di­vi­sées en caisses de 25 ki­lo­grammes (ou 56 livres). Ce ne sont évi­dem­ment pas toutes les caisses de beurre qui font l’ob­jet de pré­lè­ve­ment aux fins d’ana­lyses.

Le beurre im­por­té par la com­mis­sion pour com­pen­ser le manque de pro­duc­tion de lait par les pro­duc­teurs de lait ca­na­diens est ha­bi­tuel­le­ment des­ti­né aux très grandes en­tre­prises de trans­for­ma­tion.

« Dans notre jar­gon, le beurre im­por­té va ma­jo­ri­tai­re­ment aux sur-trans­for­ma­teurs. Ce sont des en­tre­prises qui l’uti­lisent à titre d’exemple dans des re­cettes pour la pro­duc­tion de bis­cuits. Ou du fro­mage pour la pro­duc­tion de lin­guine au fro­mage », pré­cise la porte-pa­role de la com­mis­sion Chan­tal Paul.

Le beurre est ain­si sou­mis à un trai­te­ment ther­mique qui fait en sorte d’éli­mi­ner la pré­sence éven­tuelle de bac­té­ries comme la Lis­te­ria.

Ce n’est pas le cas quand il est tout sim­ple­ment pas­sé dans un mé­lan­geur pour être re­mou­lé et ven­du sous des marques de com­merce ca­na­diennes comme c’est le cas avec les lots re­ti­rés du mar­ché à la suite de l’in­ter­ven­tion de l’ACIA. Le beurre est conge­lé et donc fa­cile à conser­ver dans des en­tre­pôts ré­fri­gé­rés.

La Fro­ma­ge­rie St-Laurent n’a pas ren­du l’ap­pel du Quo­ti­dien.

Le beurre a été pro­duit en oc­tobre 2016 par l’un des plus im­por­tants pro­duc­teurs de beurre des États-Unis. — Chan­tal Paul

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.