Jeff Fil­lion sé­vè­re­ment blâ­mé

Le Quotidien - - ACTUALITÉS - AN­NIE MA­THIEU ama­thieu@le­so­leil.com

Pour ses pro­pos « ra­cistes, sexistes, dé­gra­dants et hai­neux » te­nus en ondes le 15 no­vembre 2016 à l’égard des femmes au­toch­tones, l’ani­ma­teur Jeff Fil­lion et la sta­tion CHOI 98,1 ont été sé­vè­re­ment blâ­més par le Con­seil de presse du Qué­bec. Lors de son émis­sion Fil­lion, l’ani­ma­teur ori­gi­naire de Sa­gue­nay com­mente les al­lé­ga­tions for­mu­lées par des femmes au­toch­tones à l’émis­sion En­quête de Ra­dio-Ca­na­da sur des agres­sions sexuelles dont elles disent avoir été vic­times de la part de po­li­ciers de Val-d’Or, en Abi­ti­bi.

Jeff Fil­lion avance no­tam­ment que les po­li­ciers n’ont pu com­mettre des agres­sions parce qu’ils sont beaux contrai­re­ment aux vic­times al­lé­guées. Pour étayer ses pro­pos, il évoque une conver­sa­tion pri­vée qu’il a eue avec un re­pré­sen­tant des forces de l’ordre.

« Ce que le gars me di­sait, il dit : ‘‘je re­garde au­tour de moi, c’est tous des beaux gars. [...]. Met­tons que là-de­dans, il y en a qui ont en­vie de trom­per leur femme. Je veux pas être mé­chant, mais ils fe­ront pas ça avec quel­qu’un qui a sans doute des pro­blèmes d’hé­pa­tite [...] des dents pour­ries[...]. Le terme qu’on va uti­li­ser : dé­boî­tées. Vrai­ment ma­ga­nées.’’ »

PRO­POS «DÉ­GRA­DANTS ET MÉPRISANTS»

Le Con­seil de presse es­time que ces pro­pos « sont ex­trê­me­ment dé­gra­dants, méprisants et viennent en­cou­ra­ger les pré­ju­gés en­vers les femmes des Pre­mières Na­tions ». L’or­ga­ni­sa­tion re­lève que « sans consti­tuer di­rec­te­ment une in­ci­ta­tion à la vio­lence, de tels pro­pos sont néan­moins sus­cep­tibles de la ba­na­li­ser, ce qui est tout aus­si dé­plo­rable ».

Le Con­seil juge éga­le­ment que le mé­pris dont il est ques­tion « est d’au­tant plus ré­pré­hen­sible qu’une telle si­tua­tion com­man­dait au contraire une grande sen­si­bi­li­té ».

Un blâme sé­vère a donc été adres­sé à Jeff Fil­lion et à la sta­tion CHOI 98,1 FM pour ses pro­pos « en­tre­te­nant les pré­ju­gés et por­tant at­teinte à la di­gni­té des per­sonnes ». Le Con­seil de presse jus­ti­fie la sé­vé­ri­té de sa se­monce en rai­son de la « gra­vi­té de la faute et du fait que l’ani­ma­teur et la sta­tion de ra­dio qui l’em­ploie n’en sont pas à leurs pre­mières fautes en ces ma­tières ».

Le Con­seil a aus­si dé­plo­ré le re­fus de col­la­bo­rer de la sta­tion CHOI 98,1 FM dans le dos­sier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.