Re­mises en ques­tion

Le Quotidien - - CLUB DE LECTURE - PATRICIA CLOUTIER pclou­tier@le­so­leil.com MA COTE

Par­fois, il faut sor­tir de sa zone de confort et confron­ter ses idées. C’est ce qui risque d’ar­ri­ver à la lec­ture de Ca­ma­rade, ferme ton poste. Un re­cueil de textes qui ques­tionne notre so­cié­té soi-di­sant libre.

Le bou­quin ne traite pas seule­ment de notre pro­pen­sion à se lais­ser en­dor­mir le cer­veau par la té­lé­vi­sion et les dif­fé­rents écrans. L’au­teur va beau­coup plus loin et se de­mande si le Qué­bec d’au­jourd’hui n’a pas per­du ses re­pères. Cultu­rels, idéo­lo­giques et po­li­tiques. A-t-il je­té le bé­bé avec l’eau du bain en re­je­tant la re­li­gion ca­tho­lique, et par le fait même toute une com­mu­nau­té qui trans­met­tait de belles va­leurs?

Au dé­part, j’ai été un peu en­nuyée par ce dis­cours que je consi­dère d’une époque ré­vo­lue. J’avais l’im­pres­sion que l’au­teur, d’une autre gé­né­ra­tion que la mienne, était beau­coup trop né­ga­tif et pas­séiste. Qu’il avait peur de la mon­dia­li­sa­tion, de la perte de ce qui dis­tingue les Qué­bé­cois, sans voir tous les avan­tages de l’ou­ver­ture aux autres.

Mais Ber­nard Émond a réus­si à bous­cu­ler mes idées lors­qu’il a abor­dé la ques­tion de la fa­mille, qui est de moins en moins pré­sente au­jourd’hui. Tout le monde se consi­dère libre et pro­fite à fond de sa li­ber­té. Les com­mu­nau­tés se désa­grègent, si bien que la so­li­tude se pro­page, tel un mal en­va­his­sant. L’ab­sence de règles crée un vide qui a des ef­fets per­ni­cieux.

C’est vrai, ce livre n’est pas vrai­ment adap­té à la lé­gè­re­té des va­cances. Les dif­fé­rents textes sont courts et très bien écrits. Sauf qu’ils sou­lèvent des ques­tions tel­le­ment pro­fondes qu’il faut par­fois dé­po­ser le bou­quin pour avoir le temps de di­gé­rer un peu le pro­pos.

Pe­tite dé­cep­tion : presque chaque texte a été com­po­sé au cours des der­nières an­nées, pour dif­fé­rents évé­ne­ments aux­quels Ber­nard Émond a été convié. Comme lec­trice, j’ai eu l’im­pres­sion d’avoir droit à du ma­té­riel re­cy­clé. Mais du ma­té­riel tout de même très per­ti­nent, qui a re­mué la tren­te­naire que je suis.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.