Une vi­site dans les murs de l’Usine Al­ma

Après 13 ans, Rio Tin­to ouvre en­core ses portes

Le Quotidien - - LA UNE - LAURE GAGNON-TREM­BLAY lga­gnon-trem­blay@le­quo­ti­dien.com

Au cours des 13 der­nières an­nées, plus de 7000 per­sonnes ont pu dé­cou­vrir les ins­tal­la­tions de Rio Tin­to à Al­ma.

Par­mi toutes les usines de la mul­ti­na­tio­nale dans le monde, l’alu­mi­ne­rie d’Al­ma est la seule à per­mettre des vi­sites gra­tuites de ses bâ­ti­ments, pour que la po­pu­la­tion puisse dé­cou­vrir ses opé­ra­tions. Du lun­di au ven­dre­di, deux fois par jour, une di­zaine de per­sonnes peuvent donc vi­si­ter les ins­tal­la­tions de la com­pa­gnie.

Les vi­sites sont of­fertes en par­te­na­riat avec l’or­ga­nisme Tou­risme Al­ma. D’après la co­or­don­na­trice au tou­risme, France Cou­lombe, il existe un vé­ri­table en­goue­ment pour le tou­risme in­dus­triel.

« L’idée était un peu de dé­ve­lop­per notre pa­tri­moine in­dus­triel. En 2003, lors­qu’on a com­men­cé les vi­sites, on avait dé­jà dé­ve­lop­pé l’Odys­sée des bâ­tis­seurs. Donc le par­te­na­riat avec Rio Tin­to ve­nait com­plé­ter cette offre-là, pour mon­trer com­ment la ré­gion s’est dé­ve­lop­pée, et com­ment on se dé­ve­loppe en­core », ex­plique Mme Cou­lombe.

Comme la plu­part des vi­si­teurs sont ori­gi­naires de l’ex­té­rieur du Sa­gue­nay–Lac-Saint-Jean, le guide fait éga­le­ment un re­tour sur l’his­toire de l’usine et la place de l’alu­mi­nium dans l’éco­no­mie de la ré­gion.

Puisque l’usine est tou­jours en fonc­tion­ne­ment, Tou­risme Al­ma et Rio Tin­to ont dû trou­ver le moyen de faire voir le plus de choses pos­sible aux vi­si­teurs, tout en ga­ran­tis­sant leur sé­cu­ri­té et en s’as­su­rant de ne pas nuire aux opé­ra­tions.

« Il y a une re­la­tion de confiance qui a été éta­blie à tra­vers les an­nées. C’est un par­te­na­riat qui est peu com­mun, alors pour nous c’est im­por­tant de conser­ver cette confiance. On le fait en étant ri­gou­reux, en s’as­su­rant de res­pec­ter les normes de sé­cu­ri­té. On ap­plique les règles qui nous sont im­po­sées tout le temps », as­sure la co­or­don­na­trice au tou­risme.

L’ac­ti­vi­té, d’une du­rée de deux heures en­vi­ron, per­met aux vi­si­teurs de dé­cou­vrir les en­droits où se dé­roulent les prin­ci­pales opé­ra­tions de l’usine. Dès le dé­but de la vi­site, le guide leur ex­plique quelles sont les règles de sé­cu­ri­té à res­pec­ter, et donne à chaque per­sonne un casque, des lu­nettes de pro­tec­tion et une veste orange fluo.

Le point de ren­contre étant aux bu­reaux de Tou­risme Al­ma, c’est en au­to­bus que le groupe se rend à l’usine. Une fois sur place, les vi­si­teurs com­mencent par dé­cou­vrir l’en­droit où sont construites les anodes, de gros blocs com­po­sés d’un mé­lange de coke et de brai (deux sub­stances dé­ri­vées du pé­trole), qui pro­duisent la cha­leur né­ces­saire à la trans­for­ma­tion de l’alu­mine en alu­mi­nium en se consu­mant.

Même si on ne peut pas en­trer dans ce bâ­ti­ment di­rec­te­ment, on peut voir, de l’ex­té­rieur, les anodes et la struc­ture qui per­met de les des­cendre dans les cuves. Le tout est plus grand qu’un homme, et lors­qu’on ap­prend qu’il y en a 20 par cuve, on réa­lise l’am­pleur des opé­ra­tions qui se dé­roulent à l’usine.

Puis, les vi­si­teurs peuvent voir l’une des quatre salles de cuves, où se dé­roule le pro­ces­sus de trans­for­ma­tion d’alu­mine en alu­mi­nium. Cette fois, on peut en­trer briè­ve­ment dans la bâ­tisse et voir l’ef­fet du champ ma­gné­tique uti­li­sé pour chauf­fer les anodes dans les cuves. Chaque par­ti­ci­pant se voit en ef­fet re­mettre une chaîne en mé­tal et peut s’amu­ser à tes­ter les dif­fé­rents ob­jets au­tour de lui. Les vi­si­teurs sont seule­ment à l’en­trée du bâ­ti­ment, mais le guide, lui, peut s’ap­pro­cher d’une cuve avec sa chaîne pour dé­mon­trer que plus on s’ap­proche des cuves et du centre, plus l’ef­fet est im­por­tant.

En­suite, le guide di­rige le groupe dans le sec­teur des fours, où l’alu­mi­nium en fu­sion est trans­fé­ré dans de gi­gan­tesques fours, pour en­suite être trans­for­mé dans les dif­fé­rents pro­duits of­ferts par l’Usine Al­ma. Lors de la vi­site du Quo­ti­dien, le groupe a jus­te­ment pu voir la ma­noeuvre être réa­li­sée. C’est ain­si que la vi­site se ter­mine.

« En 2016, on a pu faire une étude d’acha­lan­dage pour avoir un bon portrait de notre clien­tèle. On a re­mar­qué que 93 % des gens qui viennent font la vi­site pour la pre­mière fois. Il y a donc un en­goue­ment qui est tou­jours là et la clien­tèle se re­nou­velle chaque an­née ! Et évi­dem­ment, il y a des re­tom­bées éco­no­miques dans le mi­lieu. Juste pour les vi­sites de Rio Tin­to, on parle de plus de 270 000 $ qui sont des re­tom­bées di­rectes dans le ré­seau com­mer­cial et d’hé­ber­ge­ment au Sa­gue­nay– Lac-Saint-Jean », conclut France Cou­lombe.

— PHOTO LE QUO­TI­DIEN, LAURE GAGNON-TREM­BLAY

Pour conser­ver sa po­si­tion comme chef de file et pour s’as­su­rer une place dans le mar­ché mon­dial, l’Usine Al­ma se spé­cia­lise dans les pro­duits d’alu­mi­nium à va­leur ajou­tée, c’est-àdire qu’ils de­mandent un peu plus de ma­ni­pu­la­tion.

PHOTO LE QUO­TI­DIEN, LAURE GAGNON-TREM­BLAY —

Une di­zaine de per­sonnes ont par­ti­ci­pé à la vi­site des ins­tal­la­tions de l’usine d’Al­ma. Tous ont re­çu l’équi­pe­ment sé­cu­ri­taire né­ces­saire pour l’ac­ti­vi­té.

LAURE GAGNON-TREM­BLAY — PHOTO LE QUO­TI­DIEN,

Le di­rec­teur de l’usine d’Al­ma de Rio Tin­to, André Mar­tel, es­time que l’en­tre­prise a ame­né plu­sieurs re­tom­bées po­si­tives dans la ré­gion.

— PHOTO LE QUO­TI­DIEN, LAURE GAGNON-TREM­BLAY

La co­or­don­na­trice au tou­risme de l’en­tre­prise Tou­risme Al­ma, France Cou­lombe, es­time que le par­te­na­riat entre son or­ga­nisme et Rio Tin­to né­ces­site une très bonne re­la­tion de confiance.

— PHOTO LE QUO­TI­DIEN, LAURE GAGNON-TREM­BLAY

De­puis quelques an­nées, Re­né Mar­chand as­sure l’ani­ma­tion lors des vi­sites de l’Usine Al­ma.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.