De nou­veaux em­ployés, dont des étu­diants

Le Quotidien - - ACTUALITÉS - LAURE GAGNON-TREM­BLAY lga­gnon-trem­blay@le­quo­ti­dien.com

L’usine Rio Tin­to d’Al­ma a pro­cé­dé à l’em­bauche de 24 nou­veaux em­ployés de­puis le dé­but de l’an­née, en plus de 45 étu­diants pour l’été.

« L’Usine Al­ma a bien­tôt 17 ans et a dé­jà vé­cu plu­sieurs cycles. On entre main­te­nant dans un autre cycle, avec une cam­pagne de ré­fec­tion de cuves qui va com­men­cer pro­chai­ne­ment. Cette cam­pagne a des re­tom­bées tan­gibles et nous a per­mis de gé­né­rer de nou­velles em­bauches », ex­plique le di­rec­teur de la di­vi­sion, André Mar­tel.

En plus des nou­veaux em­plois chez Rio Tin­to, le pro­jet de ré­fec­tion des cuves, uti­li­sées pour trans­for­mer l’alu­mine en alu­mi­nium, a per­mis à une firme ex­terne qui s’oc­cupe du pro­jet d’em­bau­cher une soixan­taine de per­sonnes.

Pour ce qui est des em­plois étu­diants, le pro­gramme s’adresse à tous les jeunes qui sont ins­crits à des cours uni­ver­si­taires à temps plein. « C’est vrai­ment pour tout le monde et ce n’est pas pour al­ler cher­cher de fu­turs tra­vailleurs, ex­plique André Mar­tel. En fait, ce qu’on veut, c’est don­ner la chance aux jeunes de sub­ve­nir à leurs be­soins pen­dant l’an­née sco­laire. »

Des étu­diants de tous les do­maines ont donc pu par­ti­ci­per à une pige, pour en­suite tra­vailler pen­dant tout l’été dans dif­fé­rents postes au sein de l’en­tre­prise. Les autres usines de Rio Tin­to dans la ré­gion offrent éga­le­ment ce pro­gramme. En tout, une cen­taine d’étu­diants dans tout le Sa­gue­nay– Lac-Saint-Jean tra­vaillent pour la mul­ti­na­tio­nale pen­dant la sai­son es­ti­vale.

Se­lon André Mar­tel, l’Usine Al­ma, qui uti­lise la tech­no­lo­gie AP-30, conti­nue de dé­ve­lop­per de nou­velles tech­no­lo­gies, ce qui aide, dit-il, à conso­li­der les em­plois. « Les in­ves­tis­se­ments qu’il y a eu l’an­née der­nière nous per­mettent de conti­nuer à dé­ve­lop­per nos pro­duits et nos fa­çons de faire, ce qui nous per­met de res­ter chef de file dans notre cré­neau au ni­veau mon­dial. Ça nous per­met de concré­ti­ser les em­plois ac­tuels et d’en ajou­ter de nou­veau. C’est vrai­ment le constat qu’on fait cette an­née », ajoute-t-il.

« On compte à peu près 830 em­ployés qui tra­vaillent pour nous. Ce sont des em­ployés Rio Tin­to et on a éga­le­ment une pa­no­plie de pres­ta­taires de ser­vices qui nous donnent des ser­vices di­rec­te­ment à l’in­té­rieur de l’usine ou par leurs en­tre­prises dans la ré­gion », ex­plique André Mar­tel.

L’usine de Rio Tin­to pro­duit entre 460 000 et 470 000 tonnes d’alu­mi­nium par an­née et l’usine com­porte en­vi­ron 432 cuves.

« On est très axés sur le pro­duit de va­leur ajou­tée dans les mar­chés de niche, comme des tiges spé­cia­li­sées pour des ap­pli­ca­tions élec­triques, des lin­gots en T, des barres om­ni­bus, qui sont un nou­veau pro­duit qu’on a com­men­cé à dé­ve­lop­per cette an­née et qui nous per­mettent de nous dé­mar­quer dans de nou­veaux mar­chés. Ça nous a per­mis d’al­ler cher­cher de nou­velles res­sources », men­tionne le di­rec­teur de l’usine.

IN­VES­TIS­SE­MENTS

Au dé­but du mois de juin, le PDG de Rio Tin­to, Jean-Sé­bas­tien Jacques, était de pas­sage au Sa­gue­nay–Lac-Saint-Jean. Il avait alors as­su­ré que l’alu­mi­nium était im­por­tant, que c’était l’un des pôles ma­jeurs de l’en­tre­prise.

« La si­tua­tion éco­no­mique, au ni­veau du mar­ché glo­bal, conti­nue d’être plus dif­fi­cile. Jean-Sé­bas­tien Jacques a men­tion­né que des in­ves­tis­se­ments se fe­raient lorsque la si­tua­tion al­lait être plus fa­vo­rable, et je pense que c’est à ce mo­ment-là que la di­rec­tion va de­voir dé­ci­der à quel en­droit se fe­raient les in­ves­tis­se­ments », ajoute André Mar­tel.

L’Usine Al­ma at­tend de­puis le dé­but des an­nées 2000 des in­ves­tis­se­ments pour réa­li­ser la phase II de son alu­mi­ne­rie, qui per­met­trait d’aug­men­ter sa ca­pa­ci­té de pro­duc­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.