À la res­cousse des ba­leines

Le Quotidien - - ACTUALITÉS - CA­MILLE B. VINCENT cb­vincent@le­so­leil.com

Le gou­ver­ne­ment ca­na­dien veut par­ler des ba­leines, et ce, avec tous les Ca­na­diens. Pour ce faire, il pro­pose des di­zaines de me­sures concrètes pour pro­té­ger trois es­pèces de ba­leines en pé­ril, dont fait par­tie la ba­leine noire, et in­vite les ci­toyens à se pro­non­cer. Le geste est « cou­ra­geux », laisse en­tendre Ro­bert Mi­chaud, pré­sident du Groupe de re­cherche et d’édu­ca­tion sur les mam­mi­fères ma­rins (GREMM). Car Pêches et Océans Ca­na­da énu­mère pas moins de 63 « ac­tions claires » po­ten­tielles vi­sant à « ré­duire les pres­sions exer­cées sur la ba­leine noire de l’At­lan­tique Nord, le bé­lu­ga de l’es­tuaire du SaintLaurent et l’épau­lard ré­sident du sud, trois es­pèces qui fi­gurent sur la liste des es­pèces en voie de dis­pa­ri­tion de la Loi sur les es­pèces en pé­ril.

Et même si ces pro­po­si­tions ne font pas l’ob­jet d’un plan d’ac­tion im­mé­diat, elles sont tout de même en­cou­ra­geantes, pense M. Mi­chaud, dans le contexte où la si­tua­tion de ces trois es­pèces, par­ti­cu­liè­re­ment l’épau­lard et la ba­leine noire, in­quiète de plus en plus les ex­perts.

Reste à voir comment Pêches et Océans Ca­na­da agi­ra au mo­ment d’an­non­cer de vé­ri­tables in­ves­tis­se­ments pour ve­nir en aide à ces mam­mi­fères ma­rins. Là se­ra « le vrai test », dit-il.

Contrô­ler les ac­ti­vi­tés de pêche dans cer­tains sec­teurs, li­mi­ter le pas­sage des na­vires, mettre en oeuvre des li­mites de vi­tesse, gé­rer la pêche aux proies des ba­leines, aug­men­ter la dis­tance au­to­ri­sée entre les mam­mi­fères ma­rins et les em­bar­ca­tions de plai­sance, iden­ti­fier et créer des zones de re­fuge acous­tique. Voi­là quelques-unes des ac­tions pro­po­sées mar­di par Pêches et Océans Ca­na­da. Ces me­sures théo­riques ont été éla­bo­rées en col­la­bo­ra­tion avec les dif­fé­rents ac­teurs du mi­lieu, au­tant des groupes en­vi­ron­ne­men­taux que des re­pré­sen­tants de l’in­dus­trie ma­ri­time. Le GREMM a éga­le­ment été consul­té.

Ro­bert Mi­chaud in­dique que les consi­dé­ra­tions so­cioé­co­no­miques ont été mises de cô­té du­rant la ré­flexion afin d’en ar­ri­ver à un ré­sul­tat ap­pro­fon­di et sans biais. La liste d’ac­tions po­ten­tielles est donc ex­haus­tive, mais cer­tai­ne­ment in­vrai­sem­blable si prise dans son en­semble. « Nous re­con­nais­sons que la mise en oeuvre de ces me­sures ne se­ra peut-être pas ai­sée », men­tionne d’ailleurs par cour­riel Ja­nine Ma­li­kian, conseillère en com­mu­ni­ca­tions pour Pêches et Océans Ca­na­da.

Une étude scien­ti­fique me­née ce prin­temps dans le contexte du Plan de pro­tec­tions des océans, dé­po­sé en no­vembre 2016, a permis de confir­mer que l’em­pê­tre­ment dans les en­gins de pêche et les col­li­sions avec les na­vires de­meurent les me­naces prin­ci­pales pour la ba­leine noire de l’At­lan­tique Nord. « Cet exa­men s’est dé­rou­lé avant que n’ait eu lieu le nombre sans pré­cé­dent de morts de ba­leines noires cet été », sou­ligne tou­te­fois Mme Ma­li­kian.

AP­PUI DU PU­BLIC

Pa­ral­lè­le­ment aux 63 pro­po­si­tions de me­sures, Pêches et Océans Ca­na­da lance un vaste pro­jet de consul­ta­tion pu­blique in­ti­tu­lé Par­lons des ba­leines. Car « même si nos don­nées scien­ti­fiques nous in­diquent quelles me­sures sont né­ces­saires, la mise en oeuvre de ces me­sures ne se­ra pas fa­cile et né­ces­si­te­ra l’ap­pui et la col­la­bo­ra­tion des Ca­na­diens et des in­ter­ve­nants afin d’ac­com­plir le tra­vail », a trans­mis le mi­nis­tère par voie de com­mu­ni­qué.

Jus­qu’au 19 sep­tembre, les Ca­na­diens sont in­vi­tés à se pro­non­cer sur cinq su­jets, soit la dis­po­ni­bi­li­té des proies, les bruits sous-ma­rins, les em­pê­tre­ments, les conta­mi­nants et les na­vires. « Les points de vue pré­sen­tés dans le cadre de cette mo­bi­li­sa­tion per­met­tront d’orien­ter les éven­tuelles me­sures im­mé­diates vi­sant à ré­ta­blir ces ba­leines em­blé­ma­tiques », in­dique Pêches et Océans Ca­na­da.

En 2015, la po­pu­la­tion de ba­leines noires d’At­lan­tique Nord était es­ti­mée à 524 in­di­vi­dus, et les éva­lua­tions ont in­di­qué de­puis un dé­clin dans la san­té et l’abon­dance. L’épau­lard ré­sident du sud se chif­frait quant à lui à 78 in­di­vi­dus en 2016, tan­dis que le bé­lu­ga de l’es­tuaire du Saint-Laurent, dont le nombre est es­ti­mé à 900, a vu sa po­pu­la­tion di­mi­nuer de 1 % par an­née de­puis le dé­but des an­nées 2000.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.