Des joueuses s’iden­ti­fient un peu à Bou­chard

Le Quotidien - - SPORTS - Presse ca­na­dienne

TO­RON­TO - Si­mo­na Ha­lep re­hausse sa confiance en pu­bliant des ci­ta­tions de mo­ti­va­tion sur Ins­ta­gram. Ca­ro­line Woz­nia­cki a re­pris du to­nus après une pause du tennis. Gar­bine Mu­gu­ru­za croit en elle-même quand elle sait qu’elle a fait tout son pos­sible pour se pré­pa­rer.

L’élite du tennis a trou­vé un truc ou un autre pour re­bon­dir après de mau­vaises sé­quences. Dans le cas d’Eu­ge­nie Bou­chard, peut-être que la quête se pour­suit. Après avoir été vain­cue par la qua­li­fiée Don­na Ve­kic, mar­di, Bou­chard a dit que son « ni­veau de confiance était de toute évi­dence un peu bas ». Ques­tion­née quant à sa­voir ce qu’elle de­vrait faire pour re­prendre confiance, la na­tive de West­mount a dit de fa­çon la­co­nique : « Ga­gner des matches ».

Mu­gu­ru­za est d’ac­cord. Mais pour la nu­mé­ro 4 à la WTA, cham­pionne en titre de Wim­ble­don, ça va au-de­là de ça. « C’est sûr que les vic­toires vous donnent confiance, mais la pre­mière étape est d’avoir le sen­ti­ment d’avoir tout fait pour se pré­pa­rer, a dit l’Es­pa­gnole. Tout le monde veut ga­gner, mais pour moi de me dire, ‘j’ai fait mes de­voirs, je suis là, je suis prête,’ ça m’aide. »

Bou­chard a per­cé en 2014, at­tei­gnant le cin­quième rang du tennis fé­mi­nin en se ren­dant en fi­nale à Wim­ble­don. Elle est main­te­nant 70e.

Woz­nia­cki, an­cienne nu­mé­ro 1 au monde, peut s’iden­ti­fier à ce­la.

La Da­noise a ré­gné en 2010 et 2011. Elle a fait par­tie du top 10 un cer­tain temps avant de glis­ser au 60e rang, l’été der­nier. « Je ne m’in­quié­tais pas vrai­ment du clas­se­ment, a dit Woz­nia­cki, qui a re­pris as­sez de poil de la bête pour être sixième au monde. Je sa­vais que si je jouais bien, j’al­lais re­mon­ter. Je connais une belle an­née. J’ai conti­nué de faire mon af­faire, peu im­porte ce que qui­conque di­sait.

Bou­chard, qui a fi­gu­ré au ta­bleau prin­ci­pal de la Coupe Ro­gers sept ans de suite, a men­tion­né avant le tour­noi que de jouer en terre na­tale lui cause en­core de la ner­vo­si­té.

Ha­lep en sait quelque chose. Meilleure joueuse rou­maine, elle est de­puis plu­sieurs an­nées le meilleur es­poir de ce pays en Grand che­lem.

« C’est cor­rect, je ne m’en fais plus avec ça, a dit Ha­lep, deuxième ra­quette mon­diale. Au dé­but je ne sa­vais pas trop com­ment gé­rer ça. Ça m’a dé­jà fait perdre beau­coup d’éner­gie, mais au­jourd’hui je com­pose très bien avec ça. Je me sens tou­jours bien en Rou­ma­nie. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.