DE­MAN­DEURS D’ASILE La pointe de l’ice­berg

Le Quotidien - - ACTUALITÉS - JOËL-DE­NIS BELLAVANCE La Presse

OT­TA­WA - Alors que la si­tua­tion se corse dé­jà au poste frontalier de Saint-Ber­nard-de-La­colle de­puis quelques jours, le gou­ver­ne­ment Tru­deau pré­vient que le nombre im­por­tant de de­man­deurs d’asile que l’on voit ar­ri­ver à la fron­tière ca­na­do-amé­ri­caine pour­rait bien connaître une hausse mar­quée. En outre, il s’at­tend à ce que les nou­veaux ar­ri­vants ne soient plus ma­jo­ri­tai­re­ment d’ori­gine haï­tienne. Moins de 24 heures après qu’une cen­taine de sol­dats des Forces ar­mées ca­na­diennes eurent ter­mi­né d’ins­tal­ler une large tente à ce poste frontalier pou­vant hé­ber­ger 500 mi­grants dé­si­reux de quit­ter les États-Unis pour s’ins­tal­ler au Ca­na­da, des sources gou­ver­ne­men­tales ont in­di­qué à [ita­lique]La Presse[nor­mal] hier qu’Ot­ta­wa se pré­pa­rait main­te­nant à une hausse du nombre de de­man­deurs d’asile. Et on n’écarte pas l’hy­po­thèse que de plus en plus de res­sor­tis­sants du Sal­va­dor se pointent ain­si à la fron­tière ca­na­do-amé­ri­caine. Quelque 465 000 res­sor­tis­sants du Sal­va­dor se trouvent illé­ga­le­ment aux ÉtatsU­nis en ce mo­ment.

Dé­jà, mer­cre­di, le nombre de de­man­deurs d’asile a at­teint un nou­veau som­met au poste frontalier -plus de 600 per­sonnes, se­lon des sources sur les lieux consul­tées par La Presse. Près de 500 mi­grants au­raient été ac­cueillis par les agents doua­niers la veille. Après que l’ad­mi­nis­tra­tion de Do­nald Trump eut fait sa­voir que les Haï­tiens sans pa­piers qui se trou­vaient aux États-Unis de­puis le trem­ble­ment de terre sur­ve­nu en Haï­ti en 2010 de­vraient quit­ter le sol amé­ri­cain au plus tard en jan­vier 2018, beau­coup ont dé­ci­dé de mettre le cap vers le Ca­na­da.

En tout, on dé­nombre quelque 50 000 Haï­tiens sans pa­piers qui de­vront tôt ou tard plier ba­gage de leur plein gré ou être ex­pul­sés par les au­to­ri­tés amé­ri­caines. Dans les of­fi­cines gou­ver­ne­men­tales à Ot­ta­wa, on ne s’at­tend pas à ce que ces res­sor­tis­sants haï­tiens soient ten­tés de ren­trer en Haï­ti ou de ga­gner le Mexique.

« Nous sommes bien au cou­rant de ces chiffres. C’est un dos­sier as­sez com­plexe. Le phé­no­mène au­quel on as­siste en ce mo­ment pour­rait bien n’être que la pointe de l’ice­berg. Nous sommes au fait de la si­tua­tion. Mais il n’y a pas de so­lu­tion ma­gique à tout ce­la », a in­di­qué une source gou­ver­ne­men­tale, qui s’ex­pri­mait sous le cou­vert de l’ano­ny­mat afin de pou­voir dis­cu­ter plus li­bre­ment de ce dos­sier.

« Nous nous pré­pa­rons à tous les scé­na­rios, y com­pris une hausse du nombre de de­man­deurs d’asile », a in­di­qué une autre source gou­ver­ne­men­tale, qui s’ex­pri­mait aus­si sous le cou­vert de l’ano­ny­mat.

Se­lon nos sources, avant de se sta­bi­li­ser, cette si­tua­tion pour­rait se cor­ser pour deux rai­sons. Pri­mo : cer­tains res­sor­tis­sants font le voyage jus­qu’à la fron­tière ca­na­do-amé­ri­caine en pré­su­mant qu’ils se­ront au­to­ma­ti­que­ment ac­cep­tés par les au­to­ri­tés ca­na­diennes. De fausses in­for­ma­tions cir­culent abon­dam­ment à ce su­jet par­mi ces res­sor­tis­sants et ceux d’autres com­mu­nau­tés qui pour­raient être tou­chées par les po­li­tiques d’im­mi­gra­tion plus contrai­gnantes de l’ad­mi­nis­tra­tion Trump.

Se­cun­do : les au­to­ri­tés ca­na­diennes ont aus­si consta­té que de plus en plus d’Haï­tiens se ren­daient aux États-Unis en pré­tex­tant vou­loir vi­si­ter le pays, alors qu’en réalité, ils cherchent à se rendre au Ca­na­da. Se­lon nos in­for­ma­tions, le mi­nistre de la Sé­cu­ri­té pu­blique Ralph Goo­dale avait dé­jà abor­dé cette ques­tion avec son ho­mo­logue amé­ri­cain res­pon­sable de la Sé­cu­ri­té in­té­rieure, John Kel­ly, qui a été pro­mu au poste de chef de ca­bi­net de Do­nald Trump le mois der­nier.

« Tout ce­la ali­mente la si­tua­tion que nous ob­ser­vons au­jourd’hui. Mais ces gens doivent sa­voir que leur ad­mis­sion est loin d’être as­su­rée. En fait, les chiffres dé­montrent que la de­mande d’en­vi­ron 50 % des gens a été re­je­tée et qu’ils ont

— PHO­TO PC

Des sol­dats des Forces ar­mées ca­na­diennes ont ins­tal­lé une large tente au poste frontalier de Saint-Ber­nard-de-La­colle pou­vant hé­ber­ger 500 mi­grants dé­si­reux de quit­ter les États-Unis pour s’ins­tal­ler au Ca­na­da.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.