Une piste trop glis­sante à l’aé­ro­port de Saint-Ho­no­ré

Un syn­di­cat met la faute sur le pri­vé qui au­rait uti­li­sé la mau­vaise pein­ture

Le Quotidien - - LA UNE - LOUIS TREM­BLAY ltrem­blay@le­quo­ti­dien.com

L’As­so­cia­tion pro­fes­sion­nelle des in­gé­nieurs du gou­ver­ne­ment du Qué­bec (APIGQ) met en évi­dence une er­reur dans la réa­li­sa­tion du contrat de ré­fec­tion d’une piste à l’aé­ro­dro­me­deSaint-Ho­no­ré­pour at­ti­rer l’at­ten­tion de la po­pu­la­tion sur­la«dés­in­gé­nie­rie­del’État­qué­bé­cois».Uneex­pres­sion­qu’el­leu­ti­lise pour dé­crire l’em­ploi de firmes pri­vées au lieu d’em­bau­cher des in­gé­nieurs, di­la­pi­dant ain­si l’ex­per­tise du mi­nis­tère des Tran­sports.

Le se­cré­taire-tré­so­rier de l’as­so­cia­tion, An­dy Guyaz, a fait le point sur ce pro­blème de concep­tion du pro­jet de ré­fec­tion de la piste 06-24 pour illus­trer ce que les in­gé­nieurs de l’État dé­noncent de­puis des an­nées. « Dans ce pro­jet (on parle de 2,1 M $), le mon­tant n’est pas le plus éle­vé de tous les pro­blèmes que nous avons consta­tés, mais il illustre bien ce­lui de la perte d’ex­per­tise au mi­nis­tère des Tran­sports et prouve que le re­cours au pri­vé n’est pas né­ces­sai­re­ment une so­lu­tion qui as­sure la qua­li­té des pro­jets », ex­plique l’in­gé­nieur.

Dans le pro­jet de l’aé­ro­drome de Saint-Ho­no­ré, la pein­ture uti­li­sée pour faire le mar­quage de la piste rend son uti­li­sa­tion dan­ge­reuse pour les avions. Se­lon l’APIGQ, la firme de gé­nie-con­seil man­da­tée pour la concep­tion a sti­pu­lé dans les de­vis l’uti­li­sa­tion d’une pein­ture à base d’époxy pour le mar­quage de la piste. « Or, c’est do­cu­men­té et très bien connu que la pein­ture à l’époxy n’est pas uti­li­sée pour les pistes des aé­ro­dromes comme Saint-Ho­no­ré. Il est re­com­man­dé d’uti­li­ser de la pein­ture à l’eau et tout le monde le sait », ex­plique le se­cré­taire-tré­so­rier de l’as­so­cia­tion.

Les sur­faces d’époxy sont très glis­santes quand il pleut et le mar­quage à la pein­ture s’étend sur toute la lon­gueur de la piste. Il y a aus­si des craintes con­cer­nant des plaques de pein­ture qui peuvent se dé­ta­cher de l’as­phalte et en­trer dans un mo­teur d’avion avec les dé­pla­ce­ments d’air.

FIRMES PRI­VÉES

Dans le cadre de ce pro­jet, la firme WSP a ob­te­nu le contrat de concep­tion et de pré­pa­ra­tion des plans et de­vis pour un mon­tant de 129 221 $. La firme de gé­nie-con­seil a pré­pa­ré un pre­mier ap­pel d’offres qui a dû être re­pris. « L’ap­pel d’offres était beau­coup trop com­pli­qué et per­sonne n’a pré­sen­té de sou­mis­sion », ajoute An­dy Guyaz.

La firme GHD a quant à elle ob­te­nu le contrat pour le contrôle de la qua­li­té dans ce pro­jet pour un mon­tant de 52 125 $ et c’est la firme Te­tra Tech QI Inc. qui se char­geait de la sur­veillance des tra­vaux. Les deux firmes n’ont vi­si­ble­ment pas iden­ti­fié ce pro­blème de pein­ture pen­dant la réa­li­sa­tion du contrat.

Pour l’as­so­cia­tion, il est dé­ce­vant de consta­ter que la di­rec­tion ré­gio­nale du mi­nis­tère a choi­si de don­ner à des firmes pri­vées ex­ternes les man­dats de concep­tion et réa­li­sa­tion des de­vis ain­si que de sur­veillance. Ce genre de dé­ci­sion est de plus en plus fré­quent, ré­itère le porte-pa­role de l’as­so­cia­tion.

« On doit se de­man­der qui va payer pour ce pro­blème. Ce sont des pe­tits mon­tants qui tra­duisent une réa­li­té. Nos membres nous font par­ve­nir de plus en plus de si­tua­tions de cette na­ture aux quatre coins du Qué­bec », sou­tient An­dy Guyaz.

Tran­sports Ca­na­da doit ef­fec­tuer une vi­site des lieux à l’au­tomne afin de dé­ter­mi­ner si les équi­pe­ments de Saint-Ho­no­ré et le nombre de mou­ve­ments aé­riens vont per­mettre de lui re­don­ner le classement d’aé­ro­port qui fut le sien il y a quelques an­nées.

— AR­CHIVES COUR­TOI­SIE, HAR­VEY AVIA­TION

La piste 06-24 est celle que l’on voit en avant plan, de­vant la tour de contrôle, for­mant le bas du triangle des pistes. L’état du pa­vage la ren­dait dan­ge­reuse. Main­te­nant, c’est son ba­li­sage fait avec de la pein­ture à l’époxy qui la rend im­pra­ti­cable, sur­tout s’il y a de la pluie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.