Y a-t-il trop d’évé­ne­ments spor­tifs ?

La Course des zom­bies an­nu­lée faute de par­ti­ci­pants

Le Quotidien - - LA UNE - JO­HANNE SAINT-PIERRE jst­pierre@le­quo­ti­dien.com

Y a-t-il trop d’évé­ne­ments spor­tifs liés ou non à de bonnes causes pour le dol­lar-loi­sir dis­po­nible dans la ré­gion? La ques­tion risque de se po­ser dans un ave­nir rap­pro­ché. Non seule­ment le nombre d’évé­ne­ments ne cesse de se mul­ti­plier et de se di­ver­si­fier, mais dans plu­sieurs cas, les par­ti­ci­pants at­tendent de plus en plus à la der­nière mi­nute pour s’ins­crire, ce qui com­plique gran­de­ment la tâche des or­ga­ni­sa­tions.

Un pre­mier évé­ne­ment vient d’être an­nu­lé en rai­son des dif­fi­cul­tés lo­gis­tiques qu’en­traînent des ins­crip­tions de plus en plus tar­dives. DG d’Évé­ne­ments 123 Go, Fré­dé­rick Lessard a dû se ré­soudre à contre­coeur à an­nu­ler la 4e édi­tion de la Course des zom­bies, qui de­vait être pré­sen­tée au mont Ja­cob de Jon­quière le 30 sep­tembre.

En en­tre­vue té­lé­pho­nique, Fré­dé­rick Lessard ex­plique que le rythme de la pré­ins­crip­tion était trop faible par rap­port à l’an der­nier. « Les ins­crip­tions ne roulent pas comme par le pas­sé. Je constate, avec les évé­ne­ments que j’or­ga­nise au fil des an­nées, que de plus en plus de gens at­tendent à la der­nière mi­nute pour s’ins­crire. Au point de vue lo­gis­tique, c’est très lourd à sup­por­ter », fait-il va­loir.

« Au cours des deux der­nières éditions, l’évé­ne­ment avait at­ti­ré quelque 1000 par­ti­ci­pants. His­to­ri­que­ment, à pa­reille date, je suis à 50 % (d’ins­crits) et là, je n’avais même pas 10 %. Les ins­crip­tions ne roulent pas toutes. Ça de­vient qua­si im­pos­sible à gé­rer sur le plan lo­gis­tique. Il y a plein de choses que nous de­vons cal­cu­ler, que ce soit le nombre de lunchs, la sé­cu­ri­té, l’en­ca­dre­ment, etc. En plus, il est de plus en plus dif­fi­cile de re­cru­ter des bé­né­voles et il de­ve­nait dif­fi­cile de pré­voir le nombre de bé­né­voles en fonc­tion de l’évé­ne­ment. »

« Lors­qu’on or­ga­nise un évé­ne­ment, il y a une grande chaîne lo­gis­tique à mettre en oeuvre et tout au long de ce pro­ces­sus. Mal­heu­reu­se­ment, compte te­nu de plu­sieurs fac­teurs, dont le taux d’ins­crip­tion et le nombre de bé­né­voles dis­po­nibles, après avoir consul­té les par­te­naires et plu­sieurs conseillers, nous avons pris la dé­ci­sion d’an­nu­ler l’évé­ne­ment. Dé­ci­sion dif­fi­cile qui s’im­po­sait pour le bien de l’en­semble des ac­teurs im­pli­qués », ex­plique M. Lessard sur la page Fa­ce­book en pré­ci­sant que les rem­bour­se­ments se­ront ef­fec­tués au cours des pro­chains jours. « Les gens sont vrai­ment dé­çus et comme or­ga­ni­sa­teur, ç’a été une dé­ci­sion dure à prendre », in­dique le DG, en men­tion­nant que l’an­nu­la­tion de l’évé­ne­ment im­plique aus­si des frais. Fré­dé­rick Lessard ten­te­ra, au cours des pro­chaines se­maines, de trou­ver une for­mule qui in­ci­te­rait les gens à s’ins­crire d’avance. Ce­la dit, pas ques­tion d’aban­don­ner l’ins­crip­tion sur place le jour de l’évé­ne­ment. « Pour moi, ça re­pré­sente plus de la moi­tié des ins­crip­tions », dit-il.

— ARCHIVES LE PRO­GRÈS RO­CKET LAVOIE

Mal­gré la po­pu­la­ri­té et le coût abordable de la Course des zom­bies au mont Ja­cob, les or­ga­ni­sa­teurs ont dû an­nu­ler la 4e édi­tion, entre autres en rai­son du nombre de plus en plus éle­vé de par­ti­ci­pants qui at­tendent à la der­nière mi­nute pour s’ins­crire, cau­sant ain­si un vé­ri­table casse-tête lo­gis­tique.

LAVOIE — ARCHIVES LE PRO­GRÈS, RO­CKET

L’édi­tion du Cross des cou­leurs des­ti­née à mon­sieur et ma­dame Tout-le-Monde a été an­nu­lée. L’édi­tion sco­laire au­ra tou­te­fois lieu.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.