Black­burn veut gar­der le pa­pier

Le Quotidien - - ACTUALITÉS - STÉ­PHANE BÉGIN sbe­gin@le­quo­ti­dien.com

Jean-Pierre Black­burn, le can­di­dat in­dé­pen­dant à la course à la mai­rie de Sa­gue­nay, croit que son ad­ver­saire Jo­sée Né­ron fait fausse route en vou­lant ban­nir le pa­pier de l’hô­tel de ville et en­voie un mes­sage né­ga­tif aux tra­vailleurs de la pa­pe­tière de Ké­no­ga­mi. M. Black­burn ré­pond à la chef de l’Équipe du re­nou­veau dé­mo­cra­tique (ERD), en pré­ci­sant que lui lais­se­ra libre choix, s’il est élu à la mai­rie de Sa­gue­nay, aux conseillers mu­ni­ci­paux de faire ce qu’ils pré­fèrent.

« Je pense qu’elle lance un bien mau­vais si­gnal aux 183 tra­vailleurs de la pa­pe­tière de Ké­no­ga­mi et aux 12 000 autres tra­vailleurs du do­maine de la fo­rêt dans la ré­gion. Cette usine (Ké­no­ga­mi) peine à se sor­tir la tête de l’eau. Cette en­tre­prise em­ploie des femmes et des hommes qui ap­portent des re­ve­nus à la ville », note-t-il, en ajou­tant que les sur­taxes amé­ri­caines et la crise du bois d’oeuvre sont dé­jà une me­nace pour ce mi­lieu.

En plus du mes­sage aux tra­vailleurs du pa­pier, M. Black­burn craint aus­si la por­tée du mes­sage en­vi­ron­ne­men­tal au­près du pu­blic.

« Veut-elle vé­hi­cu­ler que l’uti­li­sa­tion du pa­pier est né­faste pour l’en­vi­ron­ne­ment et de­vrait ces­ser, car elle contri­bue à dé­truire nos fo­rêts ? », s’in­ter­roge l’an­cien dé­pu­té fé­dé­ral.

« Je ne par­tage pas cette idée mal­heu­reu­se­ment trop ré­pan­due et vé­hi­cu­lée à tort », dit-il.

Jean-Pierre Black­burn base sa po­si­tion no­tam­ment sur les com­men­taires des membres de la Chaire en éco­con­seil de l’UQAC et pu­bliés dans Le Quo­ti­dien d’avril et oc­tobre 2016. Ils pré­cisent que les arbres se nour­rissent de gaz car­bo­nique. Et lorsque l’on coupe des arbres pour pro­duire des biens, le car­bone conte­nu dans le bois est re­ti­ré du­ra­ble­ment de l’at­mo­sphère et ne contri­bue pas au ré­chauf­fe­ment du cli­mat.

Les ex­perts pré­cisent que la coupe fo­res­tière et le re­boi­se­ment contri­buent da­van­tage à la lutte aux chan­ge­ments cli­ma­tiques.

« Il est im­por­tant et même de notre de­voir de dé­fendre nos tra­vailleurs de la fo­rêt et du sec­teur des pâtes et pa­piers. Notre éco­no­mie ré­gio­nale, nos em­plois, tout comme l’ave­nir de l’usine de pa­pier de Ké­no­ga­mi, y sont en jeu », ajoute le can­di­dat in­dé­pen­dant à la mai­rie.

S’il est élu le 5 no­vembre, JeanPierre Black­burn lais­se­ra donc le choix aux élus de tra­vailler avec ou sans pa­pier, es­ti­mant que cer­tains sont plus fa­mi­liers avec les ou­tils tra­di­tion­nels. « Mais in­ter­dire le pa­pier, ab­so­lu­ment pas ques­tion », conclut-il.

PRO­GRÈS, YOHANN GASSE — ARCHIVES LE

Jean-Pierre Black­burn

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.